Search
vendredi 22 septembre 2017
  • :
  • :

L’auto-emploi des personnes handicapées: un PO de 96 millions de FCFA poue 2017

Jeudi, 24 août 2017 s’est tenue la session ordinaire du Conseil d’administration de la Fédération malienne des personnes handicapées (FEMAPH) au siège de l’organisation à Bakaribougou.

L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre de la Solidarité et de l’action humanitaire Moussa Boubou SISSOKO ; en présence du président de la FRMAPH, Moctar BAH, des membres des autres associations.
Selon les responsables, le conseil d’administration est une occasion de se retrouver pour parler de la vie de l’organisation, renforcer la gouvernance en son sein.
De même, il s’agit pour les membres du conseil d’administration d’examiner, d’amender et d’adopter les différents rapports ainsi que le plan opérationnel (PO) 2017 de la faitière pour mieux envisager l’avenir.
Parmi les résultats obtenus, au cours de l’année précédente, on peut citer, entre autres : la poursuite d’action de plaidoyer pour l’adoption du projet de loi de protection sociale et le financement du plan stratégique de promotion des personnes handicapées 2015-2024 du ministère de la Solidarité et de l’action humanitaire ; la formation de 60 diplômes handicapés grâce au financement du MSAH postulant pour le concours d’entrée à la fonction publique session de décembre 2016 ; le financement après un long processus par la MINUSMA, à travers sa division droit de l’homme du projet << inclusion des droits des détenus handicape par l’amélioration de l’accessibilité de la Maison centrale d’arrêt de Bamako >>, dont la clôture est prévue à la fin de ce mois.
De même, on peut noter le financement, en fin de cette année, par OXFAM du projet d’influence d’envergure nationale d’une durée de trois mois dénommée << projet d’amélioration de l’accès des personnes handicapées aux services sociaux et la participation citoyenne>> qui va couvrir Bamako, Kayes, Koulikoro, Sikasso, et Ségou.
À l’issue de l’ouverture des travaux, le président a souligné que son organisation, présente dans tous les cercles du Mali, reçoit chaque année un appui de l’État d’une valeur de 96 millions F CFA.
Malheureusement, cette année, la cagnotte s’était fait attendre. Et ce n’est que la semaine dernière que la somme est tombée. Conséquence, pendant six mois, les activités de la faitière étaient paralysées, à cause essentiellement de ce manque de fonds.
Selon lui, la FEMAPH travaille selon un plan opérationnel validé qu’il transmet au département de tutelle pour validation.
Malgré cette difficulté de taille, les six derniers mois ont été caractérisés par le renforcement des capacités membres de la FEMAPH.
De même, les associations membres ont bénéficié de plusieurs modules de formation sur la formation, le plaidoyer lobbying pour le droit des personnes handicapées.
Il y a déjà la loi sur la protection sociale au Mali qui a vu le jour et attend d’atterrir sur la table du gouvernement pour l’initiation d’un projet de loi. En cas d’adoption, cette loi, selon Moctar BAH, constituerait une avancée pour le Mali en matière de protection sociale.
En ce qui concerne l’emploi, la FEMAPH a aussi bénéficié de l’accompagnement de l’État. Il s’agit surtout de l’intégration d’une trentaine de diplômés en situation de handicap dans la fonction publique de l’État. Mais pour les responsables de la FEMAPH, cette aide est loin de répondre aux préoccupations des personnes en situation de handicap dont les diplômés sont nombreux sur le marché de l’emploi et va grandissant. Pour changer la donne, la FEMAPH entend faire la promotion de l’auto emploi de ses militants.
Autres motifs de satisfaction pour la FEMAPH, la performance de ses athlètes qui ont engrangé beaucoup de médailles en cours de différentes compétitions sur le plan régional et international.
Dans les perspectives, la FEMAPH ambitionne de se lancer dans la rechercher de partenaire au plan régional et international.
À l’ouverture des travaux, le représentant du ministre de Solidarité et de l’action humanitaire, Moussa Boubou SISSOKO, a appelé la faitière à l’unité et à la cohésion.
Selon lui, l’engagement de la FEMAPH à faire de la promotion des personnes handicapées une réalité n’est plus à démonter. « C’est à vous, acteur sur le terrain de faire des différentes signatures de l’État une réalité à tous les niveaux », a-t-il lancé aux membres du conseil d’administration.
Selon lui, on dénombre plus de 600 organisations de personnes handicapées (OPH) à travers le pays. À cet effet, il a indiqué que dans ce contexte, l’union doit être une règle d’or.
Aujourd’hui, avec la mobilisation de l’État et de ses partenaires, le handicap ne doit plus empêcher quelqu’un de vivre ou de réussir et ne doit plus être un moyen d’exclusion.
De l’avis du représentant du ministre, la principale préoccupation du département reste la cohésion au sein des structures membres de la FEMAPH. À cet effet, il a invité les uns et les autres à privilégier le dialogue et la concertation dans le règlement des différends.
En 2015, a-t-il rappelé, le Mali a adopté le Plan stratégique de promotion des personnes handicapées. Il a invité les OPH à s’impliquer dans la mise en œuvre de ce plan qui constitue une avancée majeure.
Dans le souci de répondre aux préoccupations de la FEMAPH, le département vient de créer, en son sein, une division technique chargée des questions relatives aux personnes handicapées.
Selon ses responsables, toutes les actions de la FEMAPH visent à faire en sorte que les personnes handicapées soient reconnues comme porteuses de droit à l’instar des autres membres de la société dans le processus de développement et cela à tous les niveaux.

Par Abdoulaye OUATTARA et Sandy TOURE (Stagiaire)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *