Search
vendredi 20 mai 2022
  • :
  • :

Le ministre Abdoulaye Diop à propos des pourparlers: «nous partons avec un esprit déterminé et constructif»

En prélude aux pourparlers inter-Maliens qui reprendront ce mercredi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la Coopération internationale a rencontré, lundi dernier, les journalistes à la Maison de la presse. Il s’agissait de clarifier les hommes de média sur la position du gouvernement malien face à ces nouvelles échéances de négociations.
Avant de prendre l’avion pour la capitale algérienne, M. Diop a tenu à partager avec les hommes de médias les conclusions de la table ronde organisée par le gouvernent sur le préaccord d’Alger, du 27 novembre 2014, à l’intention des forces vives de la nation, le week-end dernier.
Au cours de cette conférence de presse qu’il a animée avec son homologue Choguel Kola Maïga, de l’Économie numérique, de l’information et de la communication, porte-parole du gouvernement; M. Diop a affirmé que sa délégation partait avec « un esprit déterminé et constructif, en vue de conclure un accord qui va dans le sens de l’intérêt supérieur du peuple malien ». À travers cette rencontre, il s’agissait pour les deux membres du gouvernement d’informer l’opinion nationale et internationale de l’état d’esprit de cette reprise des négociations. Ce 5ème round qui se tient à un moment particulier caractérise par l’extension de la violence et des affrontés armés entre les différents groupes armés du nord.
Aussi, il intervient à un moment où l’ancienne puissance coloniale, par la voix de son président, François Hollande, vient d’exiger de notre pays un accord de paix global et définitif avec les groupes armés dans un bref délai. C’est dire que la pression se fait sentir sur le dos et les épaules de cette délégation malienne.
La conférence de presse du lundi dernier a été une occasion pour le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, de rappeler aux différents partenaires que « nous (les membres de la délégation malienne) ne conclurons aucun accord que si nous ne l’estimons dans le sens de l’intérêt supérieur du peuple malien». Le chef de la délégation gouvernementale à ces pourparlers d’Alger a souligné à la presse qu’il se rendait à ce 5ème round avec un esprit constructif, avec le sens de la responsabilité. Il s’agit, selon lui, d’être fidèle à ce qu’a dit le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, à savoir la préservation des lignes rouges que sont : l’intégrité territoriale, l‘unité nationale, la forme laïque et républicaine de l’État, etc. Et selon le ministre, ces lignes rouges sont préservées dans le document de préaccord proposé par la médiation. Pour le ministre Diop, le document de préaccord, qui a été largement diffusé et expliqué aux Maliens, n’a pas été rejeté, comme le disent certains. Toutefois, il reconnait qu’il y a des divergences. Lesquelles, selon lui, aident le gouvernement à réfléchir mieux. Pour Abdoulaye Diop, il est absolument normal que des points de vue divergents s’expriment sur une question d’une telle importance. Comme en témoignent les nombreuses observations et amendements préconisés lors de la Table ronde qui s’est tenue, ce week-end, au CICB par les représentants des forces vives.
«Après avoir écouté les Maliens, j’en tire la conclusion que ce document n’est pas rejeté», a dit Abdoulaye Diop. Avant d’expliquer que le document de préaccord n’est qu’une base de discussion pour aboutir à un accord de paix.
«C’est un document de base parce qu’il se situe dans le cadre de la feuille de route et des résolutions des Nations unies. Mais, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des éléments qui méritent qu’on puisse y travailler», a indiqué le chef de la diplomatie malienne. Analysant les divergences de point de vue sur le document en question, le ministre Diop a conclu que cette situation est surtout liée au fait que les gens n’ont pas certainement eu l’opportunité de prendre connaissance du document et de le comprendre. Parce que, a-t-il dit, on peut même lire le document et ne pas comprendre l’implication.
«Dans tous les cas, nous sommes dans une négociation», a-t-il soutenu.
Au passage, le ministre Diop a fait savoir au partenaire français que les genres de déclarations, comme celle de Hollande, la semaine dernière ne sont pas de nature à nous aider à arriver rapidement au bout du tunnel.
«Moi, je prends mes instructions auprès du président, Ibrahim Boubacar Kéita, et je négocie dans ce cadre exclusivement», a martelé M. Diop. Selon lui, la grande majorité des Maliens veut une paix, mais pas une paix factice.
«Nous ne devons pas être pessimistes dans cette situation. On a vu des situations similaires dans d’autres pays où cela n’a pas empêché d’obtenir un accord », a fait savoir le conférencier.
En ce qui concerne la Minusma, le chef de la diplomatie malienne souhaite que les «amis » du Mali aient la responsabilité d’écouter tous les Maliens et non ceux qui ont des armes. Après les événements malheureux de Gao du mois dernier, Abdoulaye Diop a appelé la Minusma et la force Barkhane à garder leur neutralité sur le terrain, tout en appelant également à un arrêt des hostilités. Pour terminer, le ministre a assuré que nous ne sommes pas dans un schéma où la position de force sur la table de négociation dépendra de la force militaire sur le terrain.
Quant à Choguel Kokala Maïga, il a axé son intervention sur la réponse du gouvernement face la politique de la chaise vide adoptée par l’opposition malienne, le week-end dernier, refusant de participer aux travaux de la table ronde sur le document de préaccord à CICB. Le ministre Maiga, non moins porte-parole du gouvernement a soutenu que le gouvernement a pris acte de la décision de l’opposition. Sur les détails, il n’a pas souhaité faire de commentaires, outre mesure.
Rappelons que l’opposition avait boycotté cette rencontre au motif que les termes de référence de ladite Table ronde ne lui avaient pas été transmis à temps.
PAR ABDOULAYE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *