Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Le nouveau PM Moussa Mara définit ses priorités

Le fait est inédit pour passer inaperçu : avant même la nomination des membres de la nouvelle équipe que le nouveau Premier ministre annonce les couleurs de ce que sera l’action gouvernementale. Preuve, s’il en était besoin, qu’il n’y a pas de temps à prendre ; mais surtout qu’il y a une vision claire et nette de ce que sera la mission à lui confiée par le Président Ibrahim Boubacar KEITA.

Avant tout propos, le Premier ministre, Moussa MARA, a tenu à  remercier le Président IBK pour la confiance portée en sa personne et pour l’honneur qu’il lui fait en lui confiant la responsabilité de conduire l’action gouvernementale en ce moment difficile pour le pays.

Manifestement rompu aux arcanes protocolaires, Moussa MARA a également remercié son prédécesseur pour les actes déjà posés, sa volonté de changement et lui a souhaité le meilleur pour le futur.

Six axes stratégiques

Parlant de la mission qui lui a été confiée par le Président de République, elle s’inscrit dans une orientation de six ordres.

Un : la restauration et le renforcement des institutions de la République sans lesquelles, il n’y a pas d’État. Il s’agit de l’amélioration de la gouvernance, l’amélioration des rapports entre les citoyens et l’administration d’État, la lutte contre la corruption.

Deux : la sécurité sur l’ensemble du territoire national. En ce qui est du cas spécifique de Kidal, M. MARA a fait savoir qu’il ne s’agit plus seulement d’un problème  entre Maliens ; mais que d’autres connexions ont été établies et qui ont été de nature à compliquer davantage la donne. Dès lors, a-t-il indiqué, ne faudrait-il pas s’attendre à un règlement immédiat. « La gestion prendra du temps »,  a-t-il prévenu. Par contre, le Gouvernement se fera le devoir de dire régulièrement aux Maliens comment il compte s’y prendre pour la résolution de cette crise.

Trois : la réconciliation nationale pour recoudre le tissu national déchiré. Cette réconciliation, a-t-il souligné, se fera dans la vérité, la justice. C’est d’ailleurs le sens du changement de dénomination de la Commission dialogue et réconciliation qui devient la Commission Vérité, Justice et Réconciliation, a fait remarquer le nouveau PM.

Quatre : l’École qui est une priorité en ce sens qu’elle conditionne l’avenir ; mais aussi parce que, dans le présent, elle conditionne notre présence dans le concert des Nations.

Cinq : l’Économie pour créer les conditions de la croissance et pour la réduction de la pauvreté ; que les fruits de la prospérité soient partagés de façon juste et équitable entre les citoyens du pays. La finalité de toutes les actions du Gouvernement étant d’offrir de meilleures conditions de vie aux populations.

Six : le développement social qui doit rimer avec le développement des services sociaux de base (accès à l’eau, l’hygiène, l’éducation, la santé) et l’accès de ces services à un plus grand nombre de nos compatriotes.

L’état d’esprit

Le deuxième axe de l’intervention du Premier ministre a porté sur l’état d’esprit dans lequel il entend mener sa mission. À cet effet, il a mis un accent particulier la loyauté envers le Président de la République. Et pour cause, a-t-il soutenu, c’est lui qui a été élu par les Maliens ; alors que le Gouvernement n’est qu’un instrument de la mise en œuvre de sa politique.

Ensuite, il a fait état de la nécessité d’un esprit de solidarité entre les membres du Gouvernement qui forment une équipe où chacun occupe un poste (gardien de but, milieu de terrain, latéral…). La volonté de réussir ensemble est indispensable. Le PM s’est engagé à ce que cela soit une réalité.

Il a insisté sur l’esprit d’intégrité absolue qui doit prévaloir chez les cadres de l’État.

« La responsabilité publique ne saurait plus être un ascenseur social », a mis en garde Moussa MARA.

Il a enfin mis en lumière l’esprit de récompense du mérite et de sanction de la faute, les deux étant pédagogiques ; l’équité entre tous les citoyens, pauvres ou riches, avec une administration neutre et impartiale quelle que soit la situation qui se présente.

Le socle de la majorité présidentielle

Pour le succès de sa mission, a annoncé le PM, il sera indispensable pour le Gouvernement de se fonder sur le socle de la majorité présidentielle qui est diversifiée et avec laquelle il travaillera la main dans la main. Cette majorité est centrale. De même, a-t-il levé toute équivoque sur le fait qu’il ne peut pas y avoir de Gouvernement sans politique.

Il a particulièrement fait savoir qu’il faudra composer avec le  Rassemblement pour le Mali (Rpm) qui est la première force politique du pays. Le Gouvernement travaillera avec lui et lui rendra ce qui lui est dû.

Le PM  a saisi l’occasion pour saluer une initiative du Nouveau Parlement d’inviter le Gouvernement à y aller s’expliquer sur les questions d’actualité. Une initiative à laquelle il est totalement acquis et l’a fait savoir au Président de l’Assemblée nationale.

Par ailleurs, tout comme de la majorité parlementaire qu’il a déjà rencontrée, le Premier ministre se dit disposé à faire de même avec l’opposition avec laquelle il entend travailler comme un autre pilier de la démocratie.

La méthode d’action

Le dernier jalon de l’action gouvernementale est la méthode. Pour le PM, l’action publique est aussi une question de méthode pour qu’elle ne soit pas diluée dans l’indifférence et dans l’incompréhension. Il s’agit d’avoir à cœur les résultats en termes de bien-être des populations ; que les actions se mesurent à l’aune de la satisfaction des besoins des Maliens.

Concrètement, il a annoncé dans cette veine la reconfiguration du Programme d’action gouvernemental (PAG)  (non la reprise parce qu’il a été élaboré en fonction de l’orientation présidentielle), pour l’axer sur le bien-être des Maliens. Aussi, le Gouvernement communiquera-t-il sur les objectifs poursuivis et les résultats obtenus.

Autre mesure annoncée, c’est la rapidité de la machine administrative.

« La lourdeur et l’indifférence de l’administration ne seront plus permises », a-t-il prévenu. La réactivité aux sollicitations des usagers étant le seul gage de changement.

Le Premier ministre a enfin mis en exergue la constance dans l’action, l’implication, la vision.

Tous ces défis, il compte les relever par la grâce du Tout Puissant.

Le Premier ministre a lancé un appel aux Maliens.

Le Gouvernement a certes la volonté de satisfaire les Maliens ; mais, ils doivent aussi savoir que la réussite du Mali dépend de tout un chacun, a-t-il rappelé.

Que chacun mesure sa responsabilité, respecte les règles, paye ses impôts, pour qu’ensemble, nous puissions sortir le pays de l’ornière, a invité MARA.

(Archives Info-Matin)

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *