le RPM et les Communales en C VI : les convictions de mme Diakité Mariam Cissé

aaaaa

Elle porte sur ses épaules, des années de combat pour le bien-être des habitants de la commune VI du district de Bamako, à travers des actions concrètes. Elle, c’est Mme Mariam Diakité, la candidate la liste RPM de la commune VI, une pionnière de l’assainissement qui est connue par les jeunes et les femmes de sa commune, pour ses idées novatrices de développement durable. Pour élargir ses actions de bienfaisance dans tourtes la commune, Mme Diakité a répondu à l’appel de plusieurs centaines de ses concitoyens qui lui ont exprimé le souhait de la voir siéger à leur conseil communal afin mieux mener son combat contre l’insalubrité et la déscolarisation et l’insuffisance de couverture sanitaire.

Propulsée 2e sur une liste de 45 candidats, beaucoup de partisans de Mme Diakité estiment qu’elle mérite bien cette place, au regard de son dévouement et son engament personnel au sein du parti et pour la cause de sa communauté.
Nous avons rencontré cette femme battante chez elle, hier mercredi, à Magnambougou. Au cours de notre entretien, elle nous a étalé ses ambitions et celles de son parti pour faire de la CVI du district « une référence au Mali », et cela à travers un projet de développement quinquennal axé sur les priorités les populations exprimées par elles.
C’est en une femme visiblement dévouée et engagée que Mme Diakité remercié d’abord les populations et les responsables du parti RPM pour la confiance placée en elle, en la mettant à cette position confortable sur la liste du Tisserand.
Mme Diakité et ses camarades du RPM entendent, en premier lieu, s’attaquer aux problèmes liés à l’accès des populations aux services sociaux de base. La candidate du RPM estime que ces services ne sont pas encore à la portée des plus nécessiteux. L’autre priorité de la candidate est la question de l’environnement qui doit être sain pour préserver la santé des populations. Elle se dit convaincue que l’insalubrité dans lequel baignent nos populations est loin d’être une fatalité.
Au nom de sa liste, elle s’est engagée à créer et d’aménager plus de dépôts de transit d’ordures dans les quartiers de la commune. Mme DIAKITE constate que la plupart du problème d’assainissement se situe au niveau de la gestion de déchets solides ainsi que liquides. La meilleure alternative pour les gérer est, selon elle, serait de créer une usine de transformation des déchets pour la commune VI. Cette initiative, selon elle, aura pour impact immédiat, la disparition des montagnes d’ordures, à travers la commune, un environnement sain et la disparition de certaines maladies comme le palu, la méningite et la typhoïde ainsi que l’insertion des jeunes sans-emploi dans le tissu économique.
« Je suis convaincue que ce cadre de vie dans lequel les Maliens en générale et les populations de ma commune en particulier vivent n’est pas une fatalité », a-t-elle dit. Avant d’ajouter : « Nous devons le changer et nous allons le changer une fois que nous sommes élus ».
Plus ambitieuse que jamais, Mme Diakité promet que les candidats de la liste RPM amélioreront le plateau technique des centres de santé communautaires et du centre de santé de référence de leur commune.
En sa qualité de mère, Mme Diakité est également soucieuse de l’éducation de tous les enfants des différents quartiers de sa commune. En cas de victoire de la liste RPM, elle s’engage à doter tous les quartiers de la commune VI de cadre d’étude sain et gaie pour les enfants.
« Il y a des écoles dans certains de nos quartiers qui datent de 40 ans et plus. Il faudra les rénover, pour que les enfants puissent étudier dans un environnement propre et commode. Nous allons aussi construire de nouvelles classes pour éviter les doubles vacations et surtout le nombre pléthoriques des élèves dans les salles de classe », a-t-elle rassuré.
De même, a-t-elle expliqué, il y aura l’aménagement de voies principales et secondaires dans tous les quartiers de la commune, la création d’un village artisanal, la création d’emplois pour les jeunes et les femmes.
Par ailleurs, la promotion du sport, de l’éducation civique des citoyens, la sécurité sont, entre autres préoccupations qui figurent sur la liste des préoccupations des candidats de la liste RPM. Pour la réalisation de tous ces projets, Mme Diakité sera une actrice sur la ligne départ, en raison de sa position sur la liste.

Une femme politique attachée à ses convictions
Présidente de la section des femmes de la commune VI et 5e vice-présidente du bureau national des femmes du RPM, Mme Diakité considère la politique comme un moyen de rendre service à sa communauté et à son État. Selon elle, son choix porté sur le parti RPM est une question de conviction personnelle.
Pour ce qui est de son rôle dans sa communauté, Mme Diakité a la certitude que la femme politique doit être un bon exemple dans le quartier.
Restauratrice de son état, Mme Diakité se dit préoccupée par le sort de ces nombreux jeunes de son quartier qui passent la journée à prendre du thé : « je suis une restauratrice de masse. Après mes réunions politiques, je fais mon service. En tant que mère, je suis gênée de voir des jeunes assis dans le quartier à prendre de thé. Ainsi, je les emploie. J’ai à mon service, plus de 20 jeunes filles et garçons qui travaillent à mon compte. Ces jeunes et la commune et d’autres, à travers le pays auront du bulot, grâce à notre projet de développement quinquennal. Je suis convaincue que nous pouvons changer et nous allons changer. Car les candidats du RPM sont la solution du changement », nous a-t-elle expliqué. Pour cela, Mme Diakité propose des campagnes de communication pour le changement, des formations pour les jeunes et les femmes de la commune VI, pour des agents des mairies et autres groupes de personnes successibles d’apporter un changement pour le développement durable dans la communauté.
Pour finir, elle a appelé les électeurs de sortir massivement pour voter le 20 novembre.
« Ne restez pas à la maison. Sortez massivement et allez voter le meilleur choix. Notre projet de développement quinquennal est à la disposition de tout le monde. Nous ne faisons pas un jeu de cache-cache. Et nous vous assurons de tenir à notre promesse », a-t-elle invité.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *