Search
lundi 19 octobre 2020
  • :
  • :

Législatives: le Mali trahi par ses propres fils

En lieu et place des élections législatives le peuple malien devait demander collectivement la démission de IBK.

De son élection en 2013 à aujourd’hui voilà le tableau :

1_ la corruption comme mode de gouvernance à travers :

_ l’acquisition frauduleux de l’avion présidentiel

_ la surfacturation sur l’achat d’armement en 2014

_ la surfacturation sur l’achat de 1000 tracteurs agricoles.

_ la fameuse affaire des engrais frelatés

_ les fonds alloués aux FAMa par l’EU qui ont disparu par manque de traçabilité.

_ la corruption et la mauvaise gestion des 1230 milliards pour la loi de programmation et d’orientation militaire.

_ les hélicoptères cloués au Sol

_ les bénéfices engendrés par les taux de change lors des achats des armements.

_ la corruption tout récemment avec l’achat des blindés en carton.

_ la création des entreprises fictives pour s’occuper des avenants.

La vente des patrimoines de l’Etat à des particuliers pour ensuite les louer à l’État.

_ opacité dans la gestion du pays qui constitue une violation flagrante de la constitution à travers la nomination de boubou Cissé comme premier ministre et ministre de l’économie et des finances avec un pouvoir administratif sur tous les ministères et un pouvoir économique et financier sur tous les ministères et ayant en sa possession plus de 50 services techniques.

2_ enterrement de la démocratie

_ immixtion des religieux et des familles fondatrices et des autorités coutumières dans la vie politique.

_ L’incapacité d’organiser des élections municipales sur toute l’étendue du territoire, les conseils de cercle et les assemblées régionales qui sont à 10 ans sans être renouvelés.

Le haut conseil des collectivités illégal et illégitime depuis plus de 5ans

La haute cour de justice illégitime

Assemblée nationale illégitime

La mise en place des autorités intérimaires en violation de la constitution.

La cour constitutionnelle partisane en faveur du régime .

Le gouvernement se substitue à la cour constitutionnelle.

La justice à géométrie variable .

3_L’incapacité et l’incompétence du président IBk:

La signature du traité de coopération militaire avec la France en sous-traitant la sécurité du Mali et mettant en cause la souveraineté militaire du Mali .

La signature de l’accord d’Alger de partition qui est supraconstitutionnel.

La signature d’un accord politique de gouvernance ou d’escroquerie politique pour se sauver et non sauver la République.

Un DNI pour appliquer l’accord d’Alger de partition, faire la révision constitutionnelle et silence Radio sur le comportement des forces étrangères au Mali.

La nomination d’un premier ministre et ministre des Finances et de l’économie pour avoir la main mise sur toutes les ressources du pays.

L’aggravation de la crise du nord au centre avec plus 5000 mille morts de 2013 à maintenant .

De 2017 à 2019 le Mali a perdu en moyenne 1518 personnes/an

La résignation du peuple face à la situation avec 468 mille personnes ayant abandonné le centre avec également des morts quotidiennes.

Manque de vision et de stragie pour l’armée sans résultat probant surtout avec le remplacement de l’armée républicaine malienne par l’armée reconstituée ethnique,raciste et sectariste sous le commandement de la CMA.

Les villages incendiés et des céréales brûlés à Dioura ,kolongo ,sobane da , ogossagou 1 et 2 , diougani, bonni, indeliman .

La crise scolaire perpétuelle avec la grève des enseignants, 1200 écoles fermées et 170 mille enfants privés d’éducation.

L’éducation sexuelle complète remplace l’éducation nationale au Mali.

La crise sanitaire avec 38 jours de grève

La grève des magistrats qui a même paralysé le pays .

4_ la gestion patrimoniale du pouvoir avec ma famille d’abord et non le peuple.

5_ l’incapacité à réunir le peuple malien :

La division de la CAFO

La division du CNJ

La division des religieux

La division de la classe politique

L’AEEM a été divisé également

6 _l’ incapacité etl’ incompétence du régime IBk à relever le défi économique avec 420 milliards de déficit budgétaire en 2019 et plus de 4 millions de Maliens souffrent de faim.

En conclusion de l’Etat clientéliste sous AOK en passant par la criminalisation sous ATT nous vivons dans un État effondré et mise sous tutelle par le mauvais leadership de IBK.

IBk est un mauvais interlocuteur avec une position ambiguë dans ses prises de position et de gestion du pays.

Aboubacar Sidiki Fomba




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *