Search
jeudi 19 avril 2018
  • :
  • :

L’érection de Korientzé en Cercle: les raisons d’une volonté populaire

S’il y a aujourd’hui une aspiration largement partagée par les autorités communales, les populations et certaines localités voisines, ce n’est ni plus ni moins que l’érection de l’Arrondissement de Korientzé (cercle de Mopti) en Cercle. En tout cas, se fondant sur les énormes potentialités agro-sylvo-pastorales dont il dispose, le Conseil municipal a adressé, dans ce sens, une correspondance officielle en date du 18 août 2017, signée de son maire, Amadou dit Mody KATILE, au ministre de l’Administration territoriale. En outre, il ressort de nos investigations que d’autres localités proches démarchées, dans ce sens, n’ont pas hésité à manifester leur vif intérêt à faire partie du futur Cercle de Korientzé.

Selon la correspondance du maire, c’est à l’unanimité que les 23 conseillers communaux présents, composant le conseil communal de Korombana, régulièrement convoqué en session extraordinaire, le 16 août 2017, dans la salle de délibération de la mairie, sous le patronage du maire, Amadou dit Mody KATILE, ont adopté le projet de l’érection de l’Arrondissement de Korientzé en Cercle.
Aussitôt, le lendemain 18 août 2017, une correspondance a été adressée au ministre de l’Administration territoriale (autorité de tutelle compétente de l’époque indiquée) avec comme objet : demande de l’érection de l’arrondissement de Korientzé en Cercle.
Lors de cette session extraordinaire, après un bref exposé sur le bienfondé de cette volonté de la population de Korientzé, le maire Amadou dit Mody KATILE a justifié cette décision par plusieurs raisons : Korombana est un très ancien canton qui relevait du Cercle de Niafunké. En 1925, Korientzé a été rattaché au Cercle de Mopti.
Ensuite, l’Arrondissement jouit d’une position géographique très stratégique (à cheval entre les cercles des régions de Tombouctou et de Mopti).
Enfin, il dispose d’énormes potentialités socioéconomiques et des infrastructures, en plus de la parfaite adhésion de la population. C’est fort de ces constats que les 23 conseillers communaux se sont engagés à ne ménager aucun effort pour atteindre ce légitime objectif.

Les potentialités économiques
Situé à 150 km de Mopti et à 65 km de Konna, Korientzé se trouve dans une position stratégique entre plusieurs localités avec d’énormes potentialités agro-sylvo-pastorales. Sa foire hebdomadaire (lundi) est l’une des plus importantes de la région de Mopti, partant du Mali.
L’Arrondissement de Korientzé compte une population de plus de 32 333 habitants (recensement général de la population et de l’habitat 2009) avec 32 villages, vivant principalement d’agriculture, d’élevage, de pêche et de commerce, 3 centres de santé, 5 maternités rurales, 8 écoles de 1er cycle et un second cycle. Cependant, il est enclavé à partir de Konna à cause du mauvais état de la route longue de 65 km.
Aussi, la zone reste caractérisée par une abondante production de riz, de poisson (peut-être une seconde route de poisson), de l’élevage avec une exportation régulière des bovins, ovins et caprins vers la Côte d’Ivoire, le Nigeria, etc. À titre, en 2015, en partance pour la Côte d’Ivoire, plus de 52 000 bœufs du marché à bétail de Korientzé ont été vaccinés. De même, elle approvisionne en bétail les régions de Ségou, Koulikoro et le District de Bamako.
« À Niankadougou, en Côte d’Ivoire, les gens sont tellement impressionnés par le grand nombre de bœufs en provenance de Korientzé qu’ils se demandent s’il n’y a pas une usine qui fabrique de ces animaux à Korientzé », commentait le Dr Oumar Abba TRAORE, un natif du terroir lors de la visite de l’ancien ministre de l’Équipement et du désenclavement, Mamadou Hachim KOUMARE, à Korientzé en janvier 2015, pour le lancement des travaux d’entretien de la route Konna-Korientzé.
Pour la petite histoire, ce jour, le Dr Oumar Abba TRAORE a rappelé que Korientzé-Korombana a été détaché du Cercle de Niafunké et rattaché à celui de Mopti en 1925. Une année après, 1926, la route Mopti-Konna-Korientzé a été construite. Elle est vieille aujourd’hui de 93 ans. Ladite route dessert toute la zone inondée et exondée du « Guimbala » c’est-à-dire les grandes communes enclavées de Guidio, Sah, N’Gorkou, Saraféré, Koumaira, les communes de Dongo et Girma dans la sous-préfecture d’Ambery et les communes de N’Gouma et de Séndegué, etc.

Les alliés acquis à la cause
Dans le cadre de la décentralisation, surtout le projet de découpage administratif, les responsables politiques ont démarché leurs collègues des localités avec lesquels ils partagent les mêmes aspirations. C’est ainsi, la commune de Guidio (précédemment dans le canton de Korombana, mais actuellement dans le cercle de Youwarou) serait prête à revenir dans sa famille d’origine pour faire partie du futur Cercle de Korientzé.
Il en est de même pour Konko, qui, après l’Indépendance, a été rattaché à N’Gorkou avec qui il ne semble pas s’y reconnaît pas. C’est pourquoi les autorités politiques et notabilités n’ont pas hésité à donner leur quitus pour relever du futur Cercle de Korientzé.
Takouti (ancien canton de Tarabé) rattaché à N’Gouma contre son gré s’est heureux d’être avec le futur Cercle de Korientzé.
Même son de cloche avec les autorités politiques et les notabilités de la commune de Séndégué.
Ainsi, sans difficultés majeures, le futur Cercle de Korientzé pourra couvrir le ressort territorial de l’Arrondissement de Korientzé (resté intact), de Guidio-Saré (15 km) en créant les Arrondissements de Takouti (18 km) situé à plus de 150 km de Douentza, son chef-lieu de cercle actuel ; et de Konko (22 km) qui était canton dans la commune de NGorkou, situé à plus de 100 km de Niafunké son chef-lieu de cercle actuel.
Imaginez que l’Arrondissement de Konna soit érigé en Cercle et que Korientzé lui soit rattaché ?
Qui ne se rappelle pas encore de la révolte des populations de Korientzé qui, en son temps, ont refusé la création d’un tribunal (Justice de paix à compétence étendue) à Konna où ses justiciables seraient jugés, au point que le gouvernement a purement et simplement abandonné son projet. Pour ne pas remuer le couteau dans cette plaie à peine cicatrisée, alors il serait judicieux d’ériger l’Arrondissement de Korientzé en Cercle. Ce qui est justice !
Selon une légende populaire, Korientzé ou Korondjira serait la déformation de « Koro Dji » (grand-frère Dji). Aussi Douentza serait la traduction « dôgo Zan » (petit frère Zan).

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *