Les coulisses d’un rendez-vous historique

8

Ni enfant ni badaud pour remplir la salle
Ce 4e congrès a permis au Parti du Tisserand de mesurer sa force réelle, en termes de mobilisation des militants. Contrairement à la stratégie commune aux partis politiques de notre pays qui n’hésitent pas à mettre à contribution les moyens financiers et matériels pour remplir les grandes salles des palais ou des stades, le Parti RPM a réussi une grande mobilisation sans confection de t-shirts pour les militants et sans location de Sotrama pour les transporter. Malgré tout, il a fait le plein de la salle de spectacle du Palais de la culture Amadou Hampathé Ba qui a abrité les travaux de ce congrès ordinaire. Cette salle a refusé du monde. Toutes les places assises étaient occupées et certains congressistes étaient assis à même le sol.
Autre fait marquant de cette mobilisation était la qualité des participants. Contrairement à certains congrès que nous avons l’habitude de couvrir, ce n’était pas les enfants encore moins les badauds qui étaient mobilisés avec de l’argent pour venir remplir la salle.

Les vedettes du congrès
La vedette de ce congrès a été sans doute la première dame, Mme KEITA Aminata MAIGA qui a focalisé toutes les attentions. Un grand nombre d’intervenants ont tenu à la saluer pour son engagement, sa discrétion pour soutenir son mari pendant les moments difficiles aujourd’hui président du Mali.
À côté d’elle se trouvait le Premier ministre, Modibo KEITA. Outre ces personnalités, d’autres invités de marque membres de l’International socialiste ont fait l’insigne honneur au RPM de venir participer à son congrès.
Il s’agit notamment du Secrétaire général de l’International Socialiste, Louis AYALA; le président du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N’GUESSAN; du représentant du Parti Socialiste Démocrate (PDS), Emmanuel N’GOULOU; du représentant du Parti Socialiste du Sénégal, Ousmane NDIENG; du représentant de la Ligue Démocrate du Sénégal, Mamadou N’DOYE; du président de la jeunesse du MPP du Burkina Faso, Mikael Bangnan; du représentant de l’Union Socialiste des Forces Populaires du Maroc (USFP), Abdel SALAM.
Tous, dans leur intervention ont salué le RPM pour la tenue de ce 4e congrès et réaffirmé le soutien de leur parti ou mouvement au Président Ibrahim Boubacar KEITA pour la consolidation de la paix et la réconciliation nationale.

L’absence des ténors de l’Opposition
Aucun des 13 partis politiques de l’Opposition n’était représenté à l’ouverture du congrès par son président. Or, l’on apprend de la commission d’organisation de l’assise que des invitations ont été envoyées à toute la classe politique. Malgré tout, ils ont brillé par l’absence à cette cérémonie. Ce qui est dommage pour l’image de notre démocratie où les divergences politiques ne devraient pas primer sur des valeurs sociétales, démocratiques et républicaines.
Toutefois, pour la circonstance, le Parti URD était représenté Madani TRAORE qui a appelé l’ensemble de la population malienne à travailler de concert pour le développement du pays.

Des délégués de 74 sections du Parti RPM
En plus de personnalités de marque des partis politiques africains membres de l’International Socialiste (IS), ce congrès du Rassemblement Pour le Mali (RPM) a enregistré la participation des délégués de 74 sections. Il s’agit de 57 sections venues de toutes les localités du pays et de 17 sections de l’extérieur, notamment de France, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Niger, du Burkina Faso, de la RDC, du Gabon, du Togo, de la Mauritanie.
Conformément aux objectifs et aux missions assignés à cette assise, ces délégués ont renouvelé la direction du parti, actualisé les textes du parti, défini les perspectives du parti pour les prochaines élections.

Le soutien sans faille au Président IBK
L’un des temps forts de cette assise a été l’intervention des partis politiques de la Majorité et de l’Opposition. Presque tous les responsables politiques de ces partis, réaffirmant leur soutien, ont salué et félicité le Chef de l’État pour les nombreux efforts qu’il est en train de consentir pour le développement du pays, à la recherche de la paix et à la consolidation de la démocratie.
Selon eux, le bilan du Président IBK est élogieux pour avoir stimulé la croissance économique, augmenté le budget du secteur de l’agriculture à 15%, facilité l’accès de la population aux services sociaux de base, lancé de nombreux chantiers de développement d’infrastructures routières, initié la Loi d’orientation et de programmation militaire, entre autres.
Aussi, ils se disent fiers du bilan d’IBK parce qu’il a permis à notre pays de revenir la scène internationale afin de porter et de faire entendre la voix du pays. Et, ironisent-ils, il faut avoir de la myopie politique pour ne pas reconnaître ces efforts du président de la République du Mali en faveur de notre pays. Mais pour davantage consolider ces acquis, ils invitent l’ensemble des partis politiques du pays à s’unir et à œuvrer pour l’intérêt général du Mali.

Ouverture marathon de 5 heures de temps et 25 interventions
L’ouverture des travaux de ce 4e congrès a commencé aux environs de 10h 30 minutes pour prendre fin à 14 h 30 minutes. En tout, cette cérémonie d’ouverture aura duré près de 5 heures d’horloge: un record pour l’ouverture d’un congrès dans le pays.
Ce n’est pas tout. Il y a aussi le nombre élevé d’intervenants qui a attiré l’attention de plus d’un. Il y a eu à près 25 interventions enregistrées lors de cette cérémonie au cours de laquelle on voulait donner la parole à tous les invités. Conséquence ? Le programme préalablement conçu a été largement bousculé. Et pour permettre de poursuivre avec l’agenda initial, le maître de cérémonie a été finalement obligé de mettre fin à la série des interventions alors qu’il restait encore une dizaine de représentants de partis politiques qui étaient sur la liste des interventions.
En dépit du temps et le nombre élevé des interventions, la salle est restée presque intacte. Les militants sont restés sur place, contrairement à beaucoup de cérémonies politiques où la salle se vide avant même la lecture du discours d’ouverture.
Le discours d’ouverture prononcé par le président intérimaire, le Dr Boulkassoum HAIDARA, a pris une trentaine de minutes. Le doyen a prononcé son discours avec une tranquillité et avec voix très audible et ferme. Cela, couplé à la pertinence du contenu du discours enrichit par un bilan irréfutable des actions du régime et aussi des révélations sur le comportement peu amène des camarades qui ont trahi le Parti pour des intérêts personnels, a fait que les trente minutes du discours se sont passées inaperçues.

Bakary Konimba TRAORE dit Bakary Pionnier ovationné
Physiquement affecté par une attaque cérébrale qui l’a conduit ces dernières années au Maroc, en Tunisie, en France et à Cuba pour recevoir des traitements médicaux et pour une rééducation, l’ancien ministre et 3e vice-président du Rassemblement Pour le Mali est rentré au pays.
Depuis il s’active dans la vie politique de son parti comme il l’a toujours fait. Ce samedi, lors de l’ouverture de ce 4e congrès, il a fait son entrée dans la salle sous une ovation nourrie des participants alors même que le président par intérim, Boulkassoum HAIDARA faisait lecture de son discours. Une reconnaissance méritée des congressistes à cet homme dévoué à la cause du Parti RPM.

Le président HAIDARA a pris une demi-heure sur son discours
Après la représentante des femmes du RPM, le président par intérim, Boulkassoum HAIDARA, avait l’honneur de prononcer son discours d’ouverture de la rencontre qui était assimilable à un discours-fleuve compte tenu de son volume. Il lui a fallu 30 minutes pour lire ce discours qui retrace à la fois le parcours du RPM, fait le bilan des 3 ans du Président IBK, les enjeux du congrès et les perspectives du RPM. Et contrairement à son habitude, il attaque les démissionnaires du RPM qui ont rallié l’ADP-Maliba en déclarant : «quels que soient les motifs du départ de plus de dix (10) députés d’un regroupement politique au pouvoir (manque de conviction, corruption), nous invitons nos honorables députés en mission à l’Assemblée Nationale, de réviser les modalités de gestion de leur collaboration qui doivent être fondées sur le respect mutuel et l’esprit de partage».

Rassemblées par Sikou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *