Search
mercredi 28 juin 2017
  • :
  • :

Les pépites du vendredi

En cette mi-janvier 2015, c’est le nouveau gouvernement et Charlie qui se disputent les manchettes des canards. Si globalement les déclamations sont généreuses pour le nouveau locataire de la Primature, le régime reste sous les feux roulants d’une presse largement divisée quant à son soutien à CH (Charlie Hebdo), victime d’un attentat terroriste qui a décimé la rédaction du confrère parisien tout comme l’opinion malienne est profondément divisée sur la participation du Président à « marche républicaine » aux cotés de Hollande et du Premier ministre israélien.

Nous avons choisis pour vous quelques pépites d’une actualité bien fournie.

IBK : Outrage à la langue ?

Lors de la rentrée solennelle du gouvernement, mercredi dernier, le Site Internet Malijet (autre presse) rapporte que le Président IBK aurait fait une bien curieuse mise en garde à ses ministres en ces termes :

« Je vais dire également mesdames et messieurs les ministres, que je ne tolérai aucun écart vis-à-vis du chef du gouvernement, aucun écart, aucun écart. Le moindre écart je vous appellerai monsieur le premier ministre à un réaménagement ministériel immédiat, immédiat, immédiat. Quiconque s’accuserai de mettre notre autorité en cause ou en doute le saura à ses dépens. Nous sommes là pour gérer ce pays avec rigueur avec sérieux avec responsabilité, les maliens ne m’ont pas élu pour faire la figuration. Ils m’ont élu sachant qui je suis, pour les espoirs d’un futur s’accomplissent de la façon la plus heureuse, la plus responsable et la plus digne ». Signé KT

Le ton est bien de l’homme ; mais la mise en forme du rendu tranche avec son style raffiné, avec sa rigueur syntaxique, bref avec son français chatoyant. Absolument d’accord avec T. Sankara : si KT était le ministre rapporteur de ces propos, outre qu’il aurait écopé d’une belle volée de bois vert, il aurait été immédiatement viré par le Président IBK pour outrage à la langue, à la belle langue, celle de Louis XIV.

Nouveau gouvernement

RDS: le oui, mais du Prof

« Nous pensons que c’est un bon gouvernement mais il faut attendre le résultat. Le Premier ministre, Modibo Kéïta, est un homme d’expérience et nous pensons qu’il l’a mettra au profit du pays. Par rapport aux membres de son gouvernement, c’est des hommes et des femmes qui ont le profil. Mais le vrai problème du Mali, c’est la coordination de l’action gouvernementale. Il appartiendra au nouveau PM de bien gérer cette question pour que Kidal revienne rapidement dans le giron du Mali ».

Ça se voit bien que le Prof a été cueilli à froid pour recueillir sa réaction sur le nouveau gouvernement par notre confrère du « Le Républicain ». Allons professeur ! Si c’est un bon gouvernement (Un PM d’expérience, des ministres qui ont le profil), les résultats sont prévisibles et ne peuvent être qu’excellents non ! Qu’est-ce que l’éternel problème de la coordination de l’action gouvernement a à voir avec la question de Kidal ? Réponse validée : ils ne seront bons, Modibo et ses ministres, que lorsque Kidal redeviendra dans le giron du Mali. Ce qui amène à se demander depuis quand Kidal ne fait plus partie du Mali…
URD : prétention incurable

Dans une déclaration rendue publique à la suite de la mise en place du gouvernement, l’Union pour la République et la Démocratie indique : « (…) L’URD reconnaît avec humilité que le Président de la République a fini par donner raison à l’opposition en limogeant les membres du Gouvernement cités dans les affaires de mal gouvernance et de mauvaise gestion de ces derniers mois. L’URD espère que la justice aura les mains libres pour situer  les responsabilités afin de laver l’honneur du Mali et restaurer la confiance auprès de nos partenaires (…). L’URD continuera à être vigilant et critique dans le respect des lois républicaines».

L’opposition URD n’est pas paltoquet, elle manque simplement de modestie. Chez elle, la critique fait toujours déborder la prétention. Ce n’est pas pour donner raison à une opposition prétentieuse que le Président IBK a remanié son gouvernement, mais bien pour plus de cohérence, de transparence et d’efficacité.

Pour ce qui des mains libres de la justice, la question ne se pose pas sous IBK, sinon un député de son parti n’aurait pas été coffré par la Justice. L’Urd s’en rappelle certainement.

Yéah SAMAKE : la mauvaise défense

« Le nouveau premier ministre incarne l’espoir et peut inspirer le peuple malien. Nous reconnaissons les valeurs et l’intégrité de S.E.M. Modibo Keita qui est sans doute l’homme politique le plus impartial et qui fait l’unanimité dans toutes les composantes de la classe politique malienne. Cependant, pour rester nous-mêmes et fidèles aux idéaux du PACP, nous estimons que ce choix est un recul par rapport à notre ambition de renouveau de la classe politique malienne. Le Président de la République avait promis qu’il ferait de son quinquennat la promotion des jeunes du Mali. A 73 ans S.E.M. Modibo Keita a beaucoup donné au Mali, nous n’avons aucun doute quant à ses compétences, mais nous aurions préféré que le Président de la République continue dans sa volonté de rajeunissement de l’exécutif. Nous respectons donc le choix du Premier ministre et souhaitons une réussite totale au nouveau gouvernement, car sa réussite prochaine sera celle du Mali entier ».

Bon, camarade, qu’est-ce qu’on retient : le « vieux » un espoir qui peut inspirer le peuple malien ou un dangereux recul par rapport au renouveau promis ? N’ayant aucun doute sur ses compétences et respectant le choix du Président IBK, souhaitons tous bonne chance au « vieux ». Il y a ce qu’on veut et ce qui est. IBK voulait la promotion de la jeunesse, les jeunes ont tourné casaque. En effet, entre nous camarade, chacun sait que les jeunes (en tout cas certains) ont échoué et pas seulement lamentablement échoué, créé d’énormes problèmes… Alors les jeunes faites contre mauvaise fortune bon cœur.

RPM : le fait majeur qui irrite

Le secrétaire à la communication du RPM, M. Boubacar Touré, affirme dans une déclaration rendue publique : « Le Bureau Politique National du RPM félicite le Premier ministre pour la prise en compte du fait majoritaire dans le choix des hommes et des femmes chargés d’animer l’action gouvernementale…
Le Bureau Politique National du RPM invite l’équipe gouvernementale à plus de cohésion, de solidarité et à plus d’écoute aux aspirations des populations. »

Pour l’invite à la cohésion, à la solidarité et l’écoute des aspirations des populations, tout le monde valide sans réserve. Mais pour ce qui est de la prise en compte du fait majoritaire dans le choix des hommes et des femmes chargés d’animer l’action gouvernementale, le camarade secrétaire à la Communication doit sortir de la Com. Car parmi les 6 ministres entrant de l’équipe Modibo il n’y a point de cadre RPM, ni affiché ni caché. Au contraire, ce sont des ministres RPM qui été chassés sans être remplacés. Ça c’est le constat majeur qui irrite le parti majoritaire.

Yéléma : la mise au point de trop
« … Nous réitérons notre engagement sans faille au Président de la République et notre appartenance à la majorité présidentielle, comme nous l’avons toujours dit chacun doit jouer sa partition. Nous n’avons aucune divergence avec le parti RPM et nos rapports ne datent pas d’aujourd’hui. Et pendant la gouvernance de Moussa Mara, nous n’avions aucune divergence sur l’essentiel avec le RPM même si nous avions lu autres choses dans les journaux ».

Tiè ! Laisse tranquille les canards cancaner et fais ton job. En démocratie, c’est à chacun sa chacune. Eternelle gratitude au Président IBK d’avoir fait de Mara Premier ministre, réaffirmation de l’appartenance de Yéléma à la majorité et confirmation de l’excellence des rapports entre le parti majoritaire sans les commandes du gouvernement (RPM) et le parti hyper minoritaire bombardé à la tête du gouvernement (Yéléma)… La mise au point sera bien enregistrée par les «journaux ». Allons camarade, qui se justifie s’accuse…

Banny n’est pas Charlie : IBK fait pitié à Haïdara

Dans les colonnes de notre confrère ‘’Le Prétoire’’, le vénérable Cheick Chérif Ousmane Madani Haïdara, guide spirituel d’Ançardine, au cours de son point de presse annuel pour faire le bilan du Maouloud (célébration de l’anniversaire de la naissance du Prophète Mahomet), s’est exprimé sur l’affaire Charlie et la présence du Président IBK à la marche républicaine de dimanche dernier.

Parlant de la participation du chef de l’Etat malien à la grande manifestation tenue à Paris, le dimanche 11 janvier courant, Chérif Madani Haïdara a demandé l’indulgence des Maliens. «IBK me fait pitié. Ayez pitié de lui cette fois-ci. Car, c’est par désespoir qu’il s’est rendu à cette marche. Notre pays étant menacé par les terroristes, et n’ayant pas les moyens d’y  faire face, il s’est vu contraint d’aller manifester son soutien à ceux-là qui peuvent nous aider à contrer cette menace.

Outre par reconnaissance à la France  pour son intervention au Mali en janvier 2013, IBK est parti chercher la bénédiction des autorités françaises et toute la communauté internationale pour lutter contre le terrorisme au Mali. Comprenez-le, il n’avait pas le choix. Il le fait pour sauver le Mali, peut-être. Sinon, comment comprendre qu’un musulman de son rang, qui a comme amis les Marocains, puisse  se rendre à une telle manifestation».

En tout cas, c’est clair : comme beaucoup de Maliens Banny n’est pas Charlie, et n’aurait sans doute pas marché à côté d’un juif.

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *