Search
mercredi 25 mai 2022
  • :
  • :

Livre ‘’Racisme côté couleur’’: célébrer la richesse de la diversité humaine

L’association culturelle Acte Sept a organisé le mercredi 5 janvier 2022, un café littéraire dont l’invité était Mureille Keïta. L’occasion était bonne pour l’écrivaine d’échanger avec les acteurs présents sur son dernier livre intitulé le ‘’Racisme Coté Couleur, paru aux ‘’Editions Mon village’’.

‘’Ecrivons un livre ensemble pour célébrer la richesse de nos différences !». Voici la proposition faite par Mireille KEÏTA, présidente de l’Association Solidarité Afrique Farafina aux classes primaires Yverdonnoises. 260 élèves et 13 enseignantes ont répondu présent !
Ce livre de 180 pages qui s’intitule ‘’Racisme côté couleurs’’ a pour but de célébrer la richesse de la diversité humaine.
C’est en janvier 2021 que Mireille a proposé l’écriture de ce livre à Frédérique Böhi, médiatrice culturelle scolaire à Yverdon-les-Bains. Une quinzaine de classes et près de 300 élèves ont accepté de participer à cette entreprise.
Les classes ont rencontré Mireille KEÏTA et ont réalisé des textes et des dessins sur le thème du racisme qui seront intégrés au livre «Le racisme côté couleur».
Selon l’auteur, son livre, un moyen pour elle de donner la possibilité à des enfants de pouvoir s’exprimer sur le racisme. « Je me dis que les enfants sont l’avenir de demain et le fait de leur donné la possibilité de s’exprimer pourra peut-être faire réfléchir les adultes. C’est un moyen un peut subtile de toucher les adultes mais en passant par les enfants », a-t-elle souligné.
Ensuite, elle a précisé que ce livre parle d’amour et promeut l’unicité.
«Je veux faire réfléchir les gens sans les choqués. Nous sommes tous les mêmes, c’est la différence de l’inconnu qui fait peur, il n’y a pas de blancs, noirs, jaunes car c’est le même sang qui coule dans nos veines et les mêmes larmes qui coulent de nos yeux. Je voudrais que les enfants issues de cette mixité soient fières de leur personne. J’essaye de rassembler les enfants et non les divisé », a indiqué Mireille Keïta.

Femme battante
Soulignons que l’écrivaine est présidente de l’Association ‘’Afrique Farafina ‘’dont le but est d’aider les parents d’enfants malades ou accidentés à se faire soigner.
Elle organise aussi chaque septembre, le festival Yelen Baulmes dans le but de favoriser les rencontres entre la Suisse et le Mali, depuis quatre ans.
Selon elle, les fonds récoltés entre le festival Yelen et le concours de la Fedevaco lui a permis d’inaugurer un centre artisanal à Sanakoroba. Ce projet permettra de booster l’artisanat local tout en rendant les habitants autonomes économiquement parlant.
Ainsi, les bénéfices qu’elle tire de ces événements sont immédiatement reversés dans ses projets d’amélioration de la qualité de vie des habitants de Sikoro, notamment les femmes et les enfants.
Aujourd’hui, son engagement a déjà porté ses fruits : un centre de maternité et un dispensaire ont été construits, et un forage offre un accès à l’eau potable assuré pour une partie de l’année.
En bref, Mireille Keita tient là tout un programme qui se ficelle adroitement entre actions de sensibilisation en terre vaudoise et constructions d’infrastructures à Sikoro.
De même, l’association vise à valoriser les cultures africaines et la mixité des cultures pour le bien-vivre ensemble et les échanges Suisse-Mali.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *