L’opérationnalisation effective de l’ATI: les administrateurs balisent le terrain

2

L’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation (ATI) a organisé, le jeudi 15 septembre, la première session de son conseil d’administration. La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, à la DFM de son département. C’était en présence du directeur général de l’ATI, le Dr Abdoulaye DEMBELE, en présence des administrateurs.

Cette première session du conseil d’administration de l’ATI avait comme principal objectif de faire un examen critique des différents documents en vue de formuler des recommandations pertinentes pour doter l’Agence de repères précis en vue de permettre son opérationnalisation rapide.
Au cours du conseil, les administrateurs ont examiné les projets et documents règlementaires régissant la vie de l’Agence ; le bilan des activités réalisées et le programme d’activités pour les six derniers mois de l’année.
Dans ses mots introductifs, le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, a informé que l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation était l’un des engagements majeurs du projet de société du Président Ibrahim Boubacar KEITA, qui a été réaffirmé dans la déclaration de Politique générale du Premier ministre adoptée par l’Assemblée nationale.
Il s’agit d’une Agence, dit-il, considérée comme un des instruments privilégiés pour la promotion et le développement durable de notre Agriculture, à travers la réalisation et la gestion d’infrastructures et d’équipements ruraux appropriés.
« L’ATI a comme missions de contribuer à la satisfaction des besoins en terres agricoles aménagées, d’appuyer la réalisation des infrastructures et équipements ruraux dans les bassins de production et d’accompagner les producteurs dans la gestion des aménagements hydro agricoles. L’Agence vise à accélérer le rythme des aménagements et à faciliter l’accès des producteurs aux terres aménagées et garantir la disponibilité et la fourniture de l’eau pour la satisfaction des besoins des exploitations agricoles dans les grands bassins de production », a affirmé le ministre DENON.
Il a soutenu que notre pays disposait de nombreuses opportunités qui, si elles sont valorisées, peuvent permettre au secteur agricole de constituer le moteur de la croissance de l’économie nationale. Selon le ministre de l’Agriculture, le Mali dispose d’un potentiel important de terres apte à l’Agriculture (43,7 millions d’hectares) ; un potentiel de terres aménageables pour l’irrigation estimé à 2,2 millions d’hectares, dont seulement 18 % sont aménagés et d’importantes ressources en eau.
Il a soutenu que c’est pour saisir ces nombreuses opportunités et lever les contraintes que le gouvernement avait initié des réformes et de nouvelles activités importantes dans le secteur agricole. Des réformes qui ont pour noms la création de l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation (ATI) ; l’allocation de 15 % du budget de l’État pour soutenir le financement du secteur agricole et le démarrage d’un vaste programme de mécanisation agricole dont la première étape a consisté à la mise à disposition de 1 000 tracteurs aux producteurs pour la campagne agricole en cours.
Le ministre DENON a également évoqué la mise en œuvre d’une politique d’installation des jeunes sur les terres aménagées assortie d’un programme de construction de l’habitat rural en faveur des jeunes. Un projet dénommé nouveau village agricole dont l’ATI sera la cheville ouvrière pour relever le double défi de création d’aménagements hydro agricoles pour les producteurs et de création d’emplois permanents et viables pour la jeunesse en milieu rural.
Le ministre a fait savoir que depuis sa création, les activités majeures de l’ATI se sont focalisées sur l’opérationnalisation de l’Agence et la préparation de projets majeurs pour le département comme le projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel (PARIIS) ; le projet de développement de l’agriculture irriguée commerciale en zone Office du Niger et l’identification de projets d’aménagement hydro-agricoles en faveur de particuliers, notamment en zone Office Riz Mopti et Office du Niger.
Il a saisi l’occasion pour insister sur la très grande attente du gouvernement par rapport à l’ATI qui doit servir de levier pour un changement de paradigme dans le développement de l’Agriculture irriguée dans notre pays.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *