Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

Lutte contre la COVID-19: l’introduction du vaccin SINOVAC au Mali

Le ministre de la Santé et du développement social, Mme Diéminatou Sangaré, a lancé ce jeudi 11 novembre 2021, à l’hôpital du Mali, la vaccination anti-Covid-19 avec le vaccin SINOVAC. Au total, 835 000 doses de ce vaccin ont été réceptionnées par notre pays.

La première phase de la vaccination contre la maladie à Coronavirus avec le vaccin Astrazeneca, lancée le 31 mars 2021, s’est achevée le 10 juillet 2021 en raison de la date de péremption des 396 000 doses de vaccins reçues par notre pays le 05 mars 2021. Les résultats définitifs enregistrés au terme de cette première phase font état de 173 242 personnes vaccinées pour la première dose et 86 477 personnes vaccinées pour la deuxième dose. Malgré ces résultats encourageants, la maladie à coronavirus sévit toujours, avec un risque élevé de propagation des nouveaux variants qui circulent dans le monde.
La deuxième phase de la vaccination contre la Covid-19 en cours de mise en œuvre est caractérisée par l’acquisition de nombreux vaccins covid-19. Lancé le 23 août 2021 avec la donation de 151 200 doses de vaccin Johnson and Johnson par les États-Unis à travers l’initiative COVAX, ce vaccin a aussi enregistré des résultats encourageants. L’on apprend que 145 555 personnes âgées de 18 ans et plus ont été complètement vaccinées. Le 11 septembre 2021, une autre allocation de 79 200 doses de vaccin Astrazeneca, en cours d’utilisation, a été gracieusement offerte par le Royaume du Danemark et de la Suède. Ce jeudi 11 novembre 2021, c’était l’introduction de SINOVAC dans la vaccination contre la Covid-19 sur toute l’étendue du territoire national. Cette vaccination avec SINOVAC concernera les personnes âgées de 18 ans et plus qui n’ont jamais été vaccinées avec une priorité des communautés à haut risque sans oublier les travailleurs du système des Nations Unies. Il s’agit d’une vaccination à deux doses avec deux (2) à quatre (4) semaines d’intervalles entre les deux doses. Pour atteindre ces cibles, trois stratégies classiques seront utilisées. Il s’agit de la stratégie fixe dans les structures de santé pour les agents de santé, les auxiliaires de santé, la stratégie avancée au niveau des villages/hameaux/quartiers, structures administratives, les ambassades, les sociétés et entreprises et la stratégie mobile dans les camps de déplacés internes.

Le directeur de l’Hôpital du Mali, Ousmane Attaher Dicko, a affirmé que sa structure a enregistré 7611 suspects dont 4051 étaient infectés par la COVID-19 parmi eux 226 décès ont été enregistrés. Pour lui, ces chiffres rappellent que le virus est bien présent et la population doit respecter les mesures barrières dont la vaccination.

Le représentant de l’Organisation mondiale de la santé dans notre pays (OMS), Jean Pierre Baptiste, a appelé les populations, les professionnels de la santé, les enseignants, les éducateurs, les chefs de famille, à une mobilisation de masse.
« Faites-vous vacciner et encourager vos proches et entourage de 18 ans et plus pour cette seconde phase de la campagne de vaccination », indique-t-il.
Il a également rassuré du soutien des partenaires techniques et financiers aux autorités nationales, pour que les cibles identifiées pour cette seconde phase soient vaccinées le plutôt possible afin d’arrêter la chaine de propagation de la maladie.

Le nouvel Ambassadeur de Chine au Mali, Chen Zhihong, s’est réjoui du lancement de la deuxième phase de campagne contre le COVID-19, qui selon lui, traduit l’excellence des relations entre la Chine et le Mali. La Chine a envoyé 27 missions médicales au Mali avec 872 docteurs et infirmiers au total. Depuis le premier cas signalé dans notre pays en mars 2020, la chine et le Mali travaillent main dans la main, précise-t-il.
Le Mali est à 1,5% de vaccination contre 5% pour l’Afrique, explique Chen Zhihong, c’est pour cette raison que la Chine a offert 835,2 milles doses de vaccin de SINOVAC à travers l’initiative COVAC afin de lutter contre cette pandémie.
Selon le ministre de la Santé et du Développement social, Mme Diéminatou Sangaré, la vaccination contre la Covid-19 constitue de nos jours un moyen sûr et efficace et mérite d’être soutenue par une bonne communication.
« La population a besoin d’être rassuré, c’est pour quoi, toutes les dispositions ont été prises par mon département et nos partenaires en vue d’un bon déroulement de cette introduction », a-t-elle rassuré.
Elle a remercié la République populaire de Chine et les autres partenaires pour leurs contributions dans l’amélioration de la santé des populations maliennes.

PAR MODIBO KONÉ




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *