Lutte contre la drépanocytose: AMULD sensibilise les populations de Nanamba

8

La drépanocytose est une maladie méconnue au Mali qui atteint 15 % de la population. Les populations qui vivent en milieu rural sont plus touchées du spectre de la maladie, car ne savent pas de quoi il s’agit réellement. Pour les informer et sensibiliser davantage, l’Association malienne de lutte contre la drépanocytose (AMLUD) a pris son bâton de pèlerin. C’est dans ce cadre qu’elle est dans le cercle de Banamba, depuis le jeudi 27 octobre. Ladite campagne qui durera un mois a pour objectifs d’informer les populations et identifier les malades drépanocytaires, en vue de les apporter les soins nécessaires.

Entièrement financée par le député élu de Banamba, l’honorable Mahamadou Lamine Wagué, la campagne 2016 de l’AMLUD sillonnera les 63 villages du cercle de Banamba. Elle a été lancée le jeudi 27 octobre 2016 dans la commune de Boron, à 65 km de Banamba. La cérémonie de lancement était placée sous le patronage du médecin-chef du centre de Référence de Banamba, le Dr Youba Coulibaly, en présence du chef de village de Boron, du maire de la commune rurale de Boron. On y notait également une présence massive des populations des 9 communes rurales du cercle Banamba.
Cette campagne a été accueillie dans une grande ferveur au niveau des populations aussi bien que des autorités locales, traditionnelles et coutumières du cercle de Banamba durement touché par cette maladie. Cependant, il s’avère que malgré un taux élevé du fléau au sein de la population, la maladie demeure méconnue du public, à cause du manque criard d’informations sur ses manifestations et ses modes de transmission.
Le chef de village de Boron n’a pas caché sa reconnaissance à l’endroit des animateurs de l’AMLUD et le médecin communicateur du CRLD qui enseigneront des modules sur la définition de la drépanocytose, son mode de transmission et les préventions idoines pour sauver les futures générations.
Les conditions de vie d’un malade drépanocytaire font partie intégrante de ces modules qui seront enseignés en langue bamanan. Cette équipe sillonnera les 9 communes du cercle de Banamba, à raison de 7 villages par communes. Ainsi, les populations des villages de Boron, Kanika, Dampha, Kamissara, Dossorola, Sirakèmè, Diongoye seront largement informées sur cette maladie qui affecte leur vie, depuis des années.
Selon la présidente de l’AMLUD, le choix porté sur la zone de Banamba n’est pas fortuit, car le cercle est considéré comme une zone de mariage consanguin par excellence. Une pratique qui contribue fortement à l’augmentation du taux de prévalence de drépanocytaires au sein d’une population donnée. En effet, à seulement quelques jours de campagne, l’équipe de l’AMLUD a détecté des dizaines de cas de malades drépanocytaires, dont la prise en charge sur place est un véritable défi, selon les responsables de l’association.
« Dans certains villages, ne disposant pas de médicaments, notre équipe était souvent obligée de nous éclipser à la fin de la séance, tellement il y a des cas nécessitant des prises en charge appropriées », explique Mme Traoré Fatoumata Coulibaly, Présidente de l’AMLUD. Signalons que malgré ses moyens limités, l’AMLUD effectue des missions de sensibilisation pour freiner la course mortelle de la drépanocytose qui reste un véritable problème de santé publique dans notre pays. Pour faciliter cette tâche, l’association attend ainsi du gouvernement une étude générale pour actualiser les données du nombre des malades sur toute l’étendue du territoire national, car les dernières statistiques datent de 2006 malgré que la liste se rallonge du jour au lendemain.
Aujourd’hui, le Centre de Recherche, de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD) compte plus de 4500 patients drépanocytaires de 2010 à juin 2014. Depuis son ouverture, le CRLD inscrit en moyenne, 80 nouveaux patients par mois et 1000 par an.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *