Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Lutte contre la maladie à virus ébola: le PM prône une zone franche à Kouremalé

Après le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, la semaine dernière, le Premier ministre, Moussa MARA, s’est rendu, hier dimanche, à Kouremalé, village frontalier entre le Mali et la Guinée, distant d’environ 120 km de Bamako. Objectif: s’enquérir des conditions de travail des dispositifs de vigilance sanitaires au niveau des cordons, mis en place pour contenir le virus à Ebola qui a fait ses premières victimes au Mali, importées de la Guinée.

Pour la circonstance, le Premier ministre était accompagné du ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Ousmane KONE; du directeur exécutif de ONU-Sida, Michel SIDIBE.

On y notait aussi la présence de plusieurs autres responsables de santé, notamment la directrice nationale de la santé, la Dr Binta KEITA, et la directrice régionale de la santé de Koulikoro, le Dr KONE Diahara TRAORE; ainsi que les représentants des partenaires techniques et financiers, l’OMS, l’UNICEF, etc.

La délégation a visité le dispositif du village de Nousani, situé à 3 km de Kouremalé. A ce niveau, le DR KONE Diahara TRAORE, a décrit les 3 dispositifs, mis en place à Kouremalé.

Selon elle, aux premières heures de la maladie, le lavage de mains et la prise de température systématique de tous les passagers étaient de mise. Mais, depuis l’histoire de la petite fille de Kayes, la vigilance a été renforcée par l’enregistrement de tous les véhicules, leurs chauffeurs et passagers avec surtout la provenance, la destination, les contacts, l’heure de passage du véhicule, ainsi que la température des passagers.

A partir du 10 novembre dernier, suite aux événements de la Clinique Pasteur, il a été instruit verbalement de ne laisser passer aucun malade en provenance de la Guinée.

Ainsi, les registres ont été adaptés aux directives au fur et à mesure, en intégrant les nouvelles données.

Cette étape, a précisé la directrice régionale de la santé, est assurée par les forces de sécurité afin de s’assurer qu’aucun passager ne soit resté à bord des véhicules pendant le contrôle. La frontière étant poreuse et sachant que certaines personnes contournent les cordons, les piétons sont souvent interpelés pour les soumettre au contrôle.

Ainsi, indique la directrice régionale, la température de tous les passagers est prise systématiquement à l’aide du thermomètre infrarouge. Au fait, toute personne avec une température supérieure à 37,5°c est soumise à un interrogatoire à la recherche d’autres signes/symptômes (détection des cas suspects). Si c’est un cas suspect, il est mis en l’isolement au niveau des sites d’isolement, où le prélèvement est assuré par l’équipe d’intervention rapide.

En conclusion, souligne le Dr KONE, la porosité de la frontière, le fait que les mêmes élèves et population des deux Kouremalé partagent les mêmes groupes scolaires et foires et la fréquentation quotidienne des zones d’orpaillage par les Guinées, constituent des véritables menaces pour la réussite de la riposte.

Le Premier ministre dit constater une bonne implication du personnel sanitaire, des populations et des forces de sécurité (renforcées par les médecins militaires).

Certes, la riposte est en train de se renforcée, mais, il y a d’importantes faiblesses, au niveau de la barrière frontalière qui coupe le village de Kouremalé en deux.

A son avis, il y a des risques importants s’il n’y a pas une prise en charge collective et commune de part et d’autre du village.

Pour ce faire, a soutenu le PM, le gouvernement va travailler avec les autorités guinéennes, dans les jours à venir, pour faire en sorte que la barrière frontalière disparaisse sur le plan sanitaire pour qu’ils considèrent Kouremalé comme une seule entité, une zone de risque dans sa globalité.

La deuxième faiblesse se situe au niveau de la gestion du centre de transit (centre de prise en charge). Le PM a promis que son gouvernement va apprécier la question pour apporter des solutions.

En conclusion, il a invité les populations maliennes à continuer la mobilisation, car, est-il convaincu, la riposte doit être globale et nationale et l’ampleur de la maladie à Virus Ebola le nécessite.

Michel SIDIBE, pour sa part, s’est dit impressionner par les leaderships du Président IBK et du Premier ministre MARA.

M.SIDIBE a fait savoir qu’il a toujours dit qu’on ne pouvait pas gagner sur une épidémie de ce genre, sans le leadership et des efforts de coordination. Enfin, il a réitéré l’accompagnement des partenaires techniques et financiers, car, il est persuadé que le Mali à lui seul ne peut contenir l’épidémie de la maladie à virus Ebola.

Le PM et sa délégation ont rendu une visite de courtoisie au chef de village de Kouremalé et aux autorités douanières de Kouremalé Guinée.

Par Sékou CAMARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *