Search
mardi 16 octobre 2018
  • :
  • :

Lutte contre la migration irrégulière au Mali: les Pays-Bas contribuent pour 325 millions FCFA

La salle Siramory DIABATE de Koulikoro a abrité, le lundi 20 novembre, la cérémonie de lancement des activités du « Projet d’appui aux initiatives de prévention et de lutte contre la migration irrégulière ». C’était sous la présidence du ministre des Maliens de l’extérieur, le Dr Abdramane SYLLA. Ledit projet est financé par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas à hauteur de 325 millions de FCFA.

La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben KATTRA ; de l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas, Jolke OPPEWAL ; du représentant du gouverneur de Koulikoro, Check Fanta Mady BOUARE ; du président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur, Habib SYLLA, de la coordinatrice du projet, SIDIBE Mahawa HAIDARA….

La migration irrégulière, une vraie préoccupation :
Le représentant du maire Koulikoro, Bakoroba KANE, dans ses mots de bienvenue a affirmé que les différentes crises socio-économiques, politiques et sécuritaires ont fait du Mali un pays de migration par excellence. Il a déploré le fait que le phénomène de la migration irrégulière soit aujourd’hui une préoccupation majeure au Mali.
Face à cette situation, l’élu communal a noté que les autorités doivent renforcer les actions pour défendre et protéger les jeunes où qu’ils se trouvent. Ce, dit-il, à travers des actions de renforcement des capacités et de sensibilisation.
Le représentant du gouverneur, Check Fanta Mady BOUARE, dira que depuis la sécheresse des années 1973 la région de Koulikoro connaît de vastes mouvements de ses bras valides vers les centres urbains et à l’extérieur.
Il a noté que si la migration apporte du bien aux familles force est de reconnaître qu’elle présente aussi des conséquences dramatiques. M. BOUARE a souligné le cas des milliers de jeunes qui perdent la vie chaque année dans le désert ou dans l’océan. S’agissant du projet qui vient d’être lancé, il a rassuré de l’implication des autorités locales pour la réussite de la campagne de sensibilisation contre la migration irrégulière.
Pour faire face au fléau de la migration irrégulière, le représentant du chef de l’exécutif régional a indiqué qu’il faudrait investir davantage dans l’agriculture, la pêche et l’élevage et appuyer les projets portés par les jeunes et les femmes. Des actions qui doivent être renforcées par des initiatives d’éveil des consciences sur les dangers de la migration irrégulière.
L’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas, Jolke OPPEWAL, a ajouté que la migration irrégulière était une grande source de risque. Selon lui, même arrivés à destination, les migrants sont confrontés à d’énormes difficultés, les perspectives étant en deçà des attentes. L’Ambassadeur OPPEWAL a appelé les jeunes à ne pas se laisser piéger tout en soulignant que la lutte contre la migration irrégulière est une affaire de tout le monde. Il a mis l’accent sur la sensibilisation et la création d’emplois pour maintenir les jeunes dans leurs pays. Comme danger de la migration irrégulière, l’Ambassadeur des Pays-Bas a évoqué le traitement inhumain réservé actuellement aux migrants en Libye.

Sensibiliser et créer des emplois :
Le ministre des Maliens de l’extérieur, le Dr Abdramane SYLLA, a souligné que cette cérémonie abritée par la capitale du Meguétan était à la fois une campagne de sensibilisation sur les risques et dangers de la migration irrégulière et marque également le lancement du « Projet d’appui aux initiatives de prévention et de lutte contre la migration irrégulière ».
Selon lui, les dynamiques migratoires constituent l’une des trames majeures de la population malienne. Une pratique qui remonte au temps des grands empires, période pendant laquelle certaines populations l’ont intégré dans leur système social comme une véritable stratégie de survie.
« La migration est aujourd’hui présentée comme une opportunité, mais également un défi auquel le gouvernement est fortement engagé en proposant des alternatives crédibles. La diaspora joue un rôle important dans le processus de développement de notre pays par le biais de transfert important de fonds, de matériels et des compétences. Elle participe à l’amélioration des conditions de vie des familles et des communautés locales par la mise en place d’infrastructure de base », a affirmé le ministre SYLLA.
Il a souligné avec amertume que le phénomène de la migration irrégulière touche non seulement les bras valides, mais les risques sont élevés eu égard aux conditions dans lesquelles s’opère le voyage pour atteindre les pays de destination dont les politiques d’immigration restrictives laissent peu de chance d’entrée légale aux migrants.
Le ministre n’a pas manqué de rappeler les raisons de la migration irrégulière qui sont entre autres l’augmentation du taux de chômage des jeunes, la crise économique généralisée dans les pays d’accueil, la dégradation accélérée du milieu naturel et la situation d’instabilité permanente dans certains pays du Sahel et du Maghreb, l’élaboration des politiques migratoires de plus en plus restrictives par certains pays d’accueil…
Le ministre SYLLA a soutenu que la migration irrégulière est une réalité qui décime l’avenir de notre pays, avant de lancer un appel aux jeunes de renoncer à cette pratique et de s’inscrire dans les initiatives engagées par l’État et ses partenaires.
Ainsi, pour répondre aux défis posés par la migration, le Dr SYLLA a informé que son département mettait en œuvre d’importantes actions dans le domaine de l’insertion et la réintégration des migrants de retour dans les localités de départ.
Il a par ailleurs expliqué que le ‘’Projet d’appui aux initiatives de prévention et de lutte contre la migration irrégulière” était le fruit d’un partenariat entre le Mali et les Pays-Bas d’un montant de 325 millions de FCFA.
Le ministre Abdramane SYLLA a salué la coopération qui lie notre pays aux Pays-Bas en soulignant que la réponse aux défis migratoires la plus crédible consiste à travailler en synergie dans une vision commune de l’ensemble des acteurs et partenaires dans un sens de responsabilité partagée.
“Notre rôle en tant que dirigeants du monde, c’est de construire des ponts et non des barrières et cette coopération avec le Royaume des Pays-Bas illustre parfaitement notre volonté commune de répondre aux défis migratoires’’, a-t-il dit.
Il est à noter que le présent Projet contribuera à la mise en œuvre de l’axe I de la Politique nationale de migration (PONAM), notamment l’appui aux activités d’information et de sensibilisation sur les risques et dangers liés à la migration irrégulière. Au cours de sa mise en œuvre, d’importantes activités d’informations et de sensibilisation sur les risques de la migration irrégulière seront réalisées et toutes les initiatives en cours sur la migration en matière d’insertion et de réintégration seront partagées avec les populations.
La mise en œuvre du projet permettra de réduire les flux de migration irréguliers dans notre pays en renforçant l’information et la sensibilisation, le dialogue communautaire et les capacités techniques et opérationnelles du Ministère.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *