Lutte contre la pénurie et l’accès à l’eau potable: une priorité du ministre Alhousseini

Le ministre de l’Énergie et de l’eau, Malick ALHOUSSEINI, a bouclé ses visites de prise de contact avec les structures relevant de son département, avant-hier mardi, par la Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP-SA) et la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP-SA). Il s’en est suivi la visite des stations de pompage d’eau potable fonctionnelles et des projets d’adduction d’eau potable en cours de réalisation dans le District de Bamako.

Pour la circonstance, le ministre ALHOUSSEINI était accompagné par les membres de son cabinet. Sur le terrain, la délégation ministérielle comprenait les responsables des deux structures en charge de l’eau potable.
À la direction générale de la SOMAGEP-SA, située à Djicoroni-Para, le ministre Malick ALHOUSSEINI et sa délégation ont été accueillis par le directeur général adjoint de la société, Abdrahamane DEMBELE, et le personnel.
D’entrée de jeu, le DGA, au nom de l’ensemble du personnel de la Société, a félicité le ministre pour sa nomination à la tête du département de l’Énergie et de l’eau.

SOMAGEP : un avenir prometteur
M DEMBELE a indiqué que cette confiance en lui portée par les plus hautes autorités était unanimement saluée à la SOMAGEP, parce que dans son long et riche parcours professionnel, Malick ALHOUSSEINI a toujours su répondre avec efficacité aux attentes de l’État et des Maliens. Aussi, « le savoir-être, et « le savoir-agir » dont il a fait preuve dans diverses responsabilités assumées dans les sphères de l’administration malienne font de lui « une chance pour le secteur ».
Parlant de sa structure, M DEMBELE a fait savoir que la SOMAGEP est confrontée à des problèmes constants liés à la continuité et à la qualité de ses fournitures, mais aussi à sa situation financière particulièrement tendue.
Selon le DGA, sous les aspects (gestion technique et commerciale), la SOMAGEP est au centre de nombreuses préoccupations. Cela, à son avis, est tout à fait normal dans un environnement de plus en plus exigeant en matière de défense des intérêts des consommateurs, dont le nombre ne cesse d’augmenter. Or, note le DGA, en raison des importants et pressants besoins d’investissement, les problèmes de production et de distribution de l’eau potable continuent à se poser avec acuité dans un contexte où la demande dépasse de loin l’offre.
La SOMAGEP a une capacité de production de 202 millions litres d’eau par jour pour un besoin de 250 millions litres d’eau par jour (soit un déficit de 50 millions litres d’eau par jour). Bamako compte 120 000 branchements sur le réseau.
La relance de la société, souligne M DEMBELE, se présente sous de meilleurs auspices, en témoignent les grands projets en cours ou en perspective, dont la mise en œuvre interpelle tous les acteurs et partenaires de la SOMAGEP. Il a cité, entre autres, le projet structurant de l’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de Kabala ; les projets du PADS dans les villes de Sikasso, Kayes, Koutiala et Kati ; le projet de renforcement de la capacité opérationnelle de la SOMAGEP ; le projet de gestion d’efficacité de l’entité commerciale de Baco-Djicoroni des 120 plus gros consommateurs et la mise en place d’une politique de remplacement des compteurs à Bamako.
«Un présent difficile par moment, un avenir prometteur», c’est en ces termes que le DGA de la SOMAGEP a voulu porté espoir à sa société.

L’enthousiasme et la confiance
Après la SOMAGEP, la délégation a visité la SOMAPEP-SA (Société malienne du patrimoine de l’eau potable. Là, le ministre et sa délégation ont été accueillis par le président du Conseil d’administration, Nancouma KEITA ; le directeur général, Adama Tièmoko DIARRA, et l’ensemble du personnel de la SOMAPEP.
«Votre nomination à la tête du ministère de l’Énergie et de l’Eau ne nous surprend guère. Elle constitue la réponse que les plus hautes autorités ont voulu apporter au secteur de l’hydraulique. Oui Monsieur le Ministre, vous ne serez pas en terrain inconnu. Votre parcours à la tête de la Direction nationale de l’Hydraulique (DNH) en est une illustration parfaite. Au nom de l’ensemble des travailleurs de la SOMAPEP-SA et à mon propre, je vous souhaite la bienvenue », a déclaré le DG.
M DIARRA dit être conscient du rôle et de la place que le ministre va occuper pour le développement et la promotion du secteur de l’eau potable. C’est pourquoi promet-il, l’ensemble des travailleurs de la Société s’engage à ses côtés dans la transparence et la loyauté pour l’accomplissement de la mission à lui confiée par les plus hautes autorités de notre pays.
Selon Adama Tièmoko DIARRA, la SOMAPEP-SA est une jeune structure, issue du processus de réforme institutionnelle des secteurs de l’électricité et de l’eau, qui est née, il y a juste 5 ans. La SOMAPEP-SA, a-t-il précisé, a pour missions de réaliser les infrastructures hydrauliques dont elle est concessionnaire. Il s’agit des ouvrages de production, de stockage et de distribution d’eau potable, en vue d’assurer un accès durable des populations urbaines à cette denrée indispensable. À ce titre, la SOMAPEP-SA, a-t-il rappelé, œuvre à la facilitation des levées de fonds pour le financement des infrastructures hydrauliques dans notre pays. En effet, relève-t-il, la société évolue sur un périmètre concédé qui regroupe 18 localités du pays : à savoir les 8 capitales régionales, plus quelques grandes villes dont Kita, Nioro du Sahel, Kati, Koutiala, Bougouni, Sélingué, Markala, San, Bandiagara et le District de Bamako.
Aussi, a-t-il rappelé, la SOMAPEP-SA a conduit des projets dont certains ont déjà connu une issue heureuse alors que d’autres, notamment le Projet de Kabala (les travaux ont été lancés officiellement en mai dernier) et le PADS (Projet Dano-Suédois d’appui au programme sectoriel eau et assainissement) sont en cours d’exécution dans les 4 villes de Kayes, Kati, Koutiala et Sikasso.
Pour lui, la mise en œuvre de ces différents projets permettra de faire face et de façon durable, à la problématique d’accès à l’eau potable dans notre pays.
«Aujourd’hui, le gouvernement, à travers notre société, est à plus de 200 milliards de FCFA mobilisés auprès des bailleurs de fonds pour le financement des projets hydrauliques », a révélé le DG de la SOMAPEP-SA.

Les instructions du ministre Malick ALHOUSSEINI
Le ministre Malick ALHOUSSEINI, après avoir félicité les responsables et le personnel des 2 Sociétés pour la qualité de l’accueil et des performances acquises, les a instruit de préparer la pointe de 2017-2018 dès maintenant.
Aussi, a-t-il rappelé, le Malien où qu’il se trouve sur le territoire national doit avoir accès à l’eau potable. C’est pourquoi il a exhorté les responsables des 2 structures à tout faire pour réduire de façon significative le stress hydrique.
Par ailleurs, tout en révélant que le tout nouveau ministre sera évalué par le Président IBK, le chef du département de l’Énergie et de l’eau dit : « je ne saurais tolérer aucun retard dans l’exécution des projets d’alimentation en eau potable », a-t-il prévenu. Ensuite, la délégation a visité successivement la Station de traitement et de pompage de Djicoroni Para, le Laboratoire central de la SOMAGEP, près de la direction générale de la SOMAGEP-SA, la Station compacte de Missabougou, le site de la Station de Kabala, le Réservoir de 20 000 m3 du « Golf » de Baco-Djicoroni ACI, le chantier de Kalaba à Badalabougou.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *