Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

lutte contre la Pneumonie: la recommandation de Save The Children

La pneumonie a tué, en 2015, 10 77 enfants de moins deux ans, relève le rapport de Save the Children remis le vendredi dernier au Secrétaire général du ministre de la Santé, Salif SAMAKE, au Grand hôtel. La présentation de ce rapport intitulé « À bout de souffle au Mali » était couplée à la journée mondiale de lutte contre la Prématurité placée sous le thème « La prématurité n’est pas une fatalité ».

M. SAMAKE a présidé la cérémonie de ces deux événements couplés qui se sont déroulés en présence des responsables de l’ONG Save the Children, de l’USAID, des responsables du système sanitaire du pays ainsi que des acteurs de la société civile.
Le rapport « A bout de souffle » est une nouvelle publication de Save the Children. Il interpelle les leaders mondiaux et les décideurs nationaux sur les effets ravageurs de la pneumonie. En 2015, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette maladie a tué plus de 920 000 enfants de moins de cinq ans dans le monde. Cela représente deux décès par minute et par jour, tuant davantage que la diarrhée, le paludisme et la rougeole réunis. Ce chiffre confirme la pneumonie comme la 3e cause de décès des enfants de moins de deux ans.
La plupart des décès ont lieu en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, affirme le rapport. Plus de 80 % des décès touchent les enfants de moins de deux ans et beaucoup d’entre eux ne sont âgés que de quelques semaines. Pourtant, soutient l’étude, ces décès pouvaient être évités avec la vaccination à hauteur de 70 %. Malgré cela, le rapport note qu’il y a 170 millions d’enfants de moins de deux ans dans les pays en développement qui ne sont pas immunisés contre cette maladie.
Spécifiquement au Mali, le rapport indique que la pneumonie a tué 10 717 enfants en 2015, soit plus d’un enfant par heure. Cette maladie représente 13 % des décès des enfants de moins de cinq ans dans notre pays. Aussi, il classe le Mali 20e sur les 30 pays en retard dans la lutte contre la pneumonie.
Le rapport in fine recommande à nos dirigeants de veiller à ce que la loi sur la santé universelle soit votée, de renforcer les infrastructures et services de vaccination dans le cadre du SEC, de rendre disponibles les vaccins contre la pneumonie au niveau communautaire.
« Dans le monde, aucune maladie infectieuse ne cause autant de décès que la pneumonie. La grande majorité des enfants qui meurent de pneumonie sont pauvres et vivent dans des pays à revenu faible et intermédiaire », a ajouté de son côté le représentant de Save the children, N’Dabamenye PROTAIS.
Quant au Secrétaire général du ministre de la Santé, il estime que ces chiffres font un électrochoc.
« Les décès des enfants sont énormes. Il y a des vaccins pourtant. Ces vaccins sont peut-être sous-utilisés ou mal utilisés. Si chacun jouait sa partition, on pourrait réduire de manière drastique ces décès », est-il convaincu.
Il a aussi profité de cette tribune pour informer qu’une réforme du système sanitaire est en cours. La finalité de cette réforme est de favoriser et de mettre en place des stratégies pour la prise en compte des besoins de nos populations.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *