Lutte contre le terrorisme et le chômage: l’ADEJ-Mali consacre une semaine nationale

13

En prélude à l’organisation de la Semaine nationale de la lutte contre le terrorisme et le chômage des jeunes au Mali, prévue du 22 au 29 octobre 2016, l’Association pour le développement socioéconomique et technologique de la jeunesse du Mali (ADEJ-Mali) a animé, avant-hier lundi, une conférence de presse au siège de l’Amnesty international pour expliquer les objectifs de la semaine et de faire le point de l’état de son préparatif.

Le principal conférencier était Modibo DIAKITE, président de l’association. C’était en présence du directeur l’Amnesty international, Saloum D TRAORE ; et de plusieurs membres du comité d’organisation de ladite activité.
Selon le conférencier, la semaine, qui se tiendra du 22 au 29 octobre prochain, sera sous le co-parrainage du ministère de la Sécurité et de la MINUSMA.
Aussi, a précisé M DIAKITE, elle vise à impliquer les jeunes à la recherche de solutions à la lutte contre le terrorisme et contre l’épineuse question du chômage des jeunes dans le pays.
Par ailleurs, a-t-il soutenu, la semaine se veut une contribution de l’ADEJ-Mali et de ses partenaires à la résolution de ces questions qui interpellent toute la jeunesse.
Comptant 70% de la population malienne, dira M DIAKITE, les jeunes sont les 1ères victimes du chômage et principales cibles d’enroulement par les groupes djihadistes du Nord Mali et autres groupes terroristes à travers le monde, en raison de leur situation de vulnérabilité.
De Kayes à Kidal, a-t-il signalé, des chiffres font état de centaines de jeunes enroulés par les mouvements armés pour servir leur cause.
Même si rien ne justifiait ces décisions de rejoindre ces groupes armés, le président de l’ADEJ-Mali, estime qu’elles sont motivées en grande partie par le problème de chômage dans le pays où les jeunes peinent à joindre les deux bouts pour gagner dignement leur vie. C’est pourquoi, a-t-il fait le lien :
«La lutte contre le terrorisme passe également par la lutte contre le chômage des jeunes». Et d’ajouter: «Une jeunesse désœuvrée est une proie facile à la manipulation. Je crois que le nombre élevé des jeunes dans les rangs des terroristes est l’une des conséquences du chômage dans le pays. Or, nous pensons que la jeunesse doit être un atout pour le développement du pays et non un problème pour l’Etat ».
Toujours conformément à ses objectifs, a rappelé M DIAKITE, la Semaine nationale de la lutte contre le terrorisme et le chômage des jeunes au Mali se veut une tribune de communion entre les jeunes du Mali en vue d’échanger et de communiquer sur diverses thématiques en rapport avec le chômage et le terrorisme dans le pays.
Ainsi, a-t-il révélé, ils seront de centaine de jeunes et responsables des associations faitières de la jeunesse du Mali et singulièrement ceux des régions nord du pays à prendre part aux activités de cette rencontre, dont des thèmes de conférences-débats sont «Jeunesse : culture de la paix et de cohésion» ; «L’augmentation de banditisme et de délinquance au Mali» ; « Le rôle de la jeunesse dans la réalisation d’une réconciliation effective» ; «La mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale».
Ces tribunes seront également mises à profit pour des témoignages des jeunes enroulés par les mouvements armés afin que leur mésaventure puisse servir de leçons pour ceux qui sont tentés de rejoindre ces groupes armés.
En plus de ces conférences, dira le président, des expositions sur des métiers porteurs seront organisées sur le site de la Semaine pour montrer les potentialités et la richesse de notre pays à pouvoir donner de l’emploi à des jeunes qui veulent évoluer dans l’entreprenariat.
Enfin, la Semaine sera clôturée par le lancement d’une Coupe de football, dénommée «La lutte contre le terrorisme et le chômage» ; et un diner gala pour reconnaitre et remercier des partenaires qui ont soutenu l’initiative.
Sur l’état des préparatifs, souligne M DIAKITE, à ce jour, à part quelques partenaires, ils attendent toujours la confirmation de la participation de certains départements ministériels et organisations internationales pour la pleine réussite de l’événement.

Par Sikou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *