Search
dimanche 20 août 2017
  • :
  • :

Lutte contre les maladies tropicales négligées : L’engagement des décideurs et acteurs sollicité

Le ministère de la Santé et de l’hygiène publique, à travers la direction nationale de la Santé, et ses partenaires techniques et financiers (USAID, Helen Keller international, RTI international, Envision, Sightsavers, etc.) a organisé, vendredi dernier, au CICB, une journée de plaidoyer pour la lutte contre les maladies tropicales négligées au Mali à l’endroit des décideurs et autres acteurs du niveau local, régional et district ainsi que la célébration du milliardième traitement de masse contre les MTN.

La journée a pour but de sensibiliser et informer les populations sur les conséquences et les méthodes de prévention des maladies tropicales négligées, mais surtout amener les décideurs et les partenaires à s’impliquer davantage dans la lutte contre ces MTN.

La cérémonie d’ouverture de la journée était présidée par le ministre de la Santé et d’hygiène publique, Ousmane KONE qui avait à ses côtés ses homologues de la Solidarité, Hamadoun KONATE et de la Jeunesse, Mamadou Gaoussou DIARRA; le directeur de l’USAID au Mali, Gary JUSTE; l’émissaire du Représentant de l’OMS au Mali, le Dr Massamou SACKO. On y notait la présence de la directrice nationale de la Santé, la Dr Binta KEITA; le Point focal MTN/DNS, la Dr Massitan DEMBELE; ainsi que plusieurs autres responsables de structures intervenant dans le domaine de la santé.

Les maladies tropicales négligées sont un groupe d’infections tropicales qui sont particulièrement endémiques parmi les populations à faible revenu dans les pays en développement. Elles touchent principalement les populations les plus pauvres, qui vivent dans des régions rurales reculées, dans des bidonvilles ou dans des zones de conflit. Parmi elles, on peut citer, entre autres, le trachome, la filariose lymphatique, l’onchocercose, les schiotosomiases, les géohelminthiases, la lèpre, le ver de guinée et la trypanosomiase humaine africaine (THA).

Ces maladies, qui sont parfois fatales, bénéficient d’un intérêt limité de la part des partenaires, des décideurs et des responsables de la santé publique d’où la connotation «négligée» qui leur sont attribuée.

Selon M.JUSTE, l’USAID est heureuse de savoir que grâce à son accompagnement, à travers Helen Keller international dans la lutte contre les MTN des résultats ont été obtenus:100 % de couverture géographique en traitement de masse dans l’ensemble des zones endémiques, 46 millions de personnes traitées, deux districts sanitaires ont atteint les critères d’arrêt du traitement de masse contre la filariose lymphatique, etc., 25 autres districts en cours d’évaluation cette année pour déterminer s’ils ont atteint les critères d’arrêt du traitement de masse de ces maladies.

Il a réitéré son engagement à accompagner le Mali dans sa lutte contre les MTN.

Selon le ministre de la Santé, les MTN, bien qu’entrainant une faible mortalité, ont des répercussions négatives sur la santé humaine; car elles entraînent une morbidité grave, une stigmatisation, une discrimination sociale et restent un obstacle de taille au développement socioéconomique.

Le ministre KONE a fait savoir que dans le monde, 4.2 milliards de personnes sont à risque dans 142 pays par rapport aux MTN.

Au Mali, a précisé le ministre, ces maladies sont endémiques dans la totalité des districts sanitaires et les prévalences de ces maladies restent encore élevées en dépit des efforts fournis.

Pour réduire l’impact de ces maladies sur les populations, un premier plan stratégique 2007-2011 de traitement de masse intégré contre les MTN couvrant toutes les régions du pays a été exécuté. Un second plan 2012-2016 est en cours d’exécution.

Selon le ministre de la Santé, la chimio-prévention de la filariose lymphatique, de l’onchocercose, des schistosomiases, des geohelminthiases et du trachome a permis d’obtenir un certain nombre de bénéfices et avantages. Ainsi, l’administration précoce et régulière des médicaments recommandés par l’OMS contre les MTN a diminué la survenue, l’ampleur, la gravité et les conséquences à long terme de la morbidité, de la mortalité. Elles ont contribué à une réduction durable de la transmission.

Malgré les résultats remarquables obtenus, le trachome, la filariose lymphatique, l’onchocercose, les schistosomiases et les géo helminthiases ne sont pas encore éliminées au Mali., a-t-il avoué. Il est donc nécessaire de continuer le traitement de masse dans toutes les régions, a-t-il plaidé.

Le Point focal, la Dr Massitan DEMBELE a une présentation relative au plaidoyer sur les MTN, notamment les perspectives 2015 du Programme national MTN.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *