Search
mercredi 14 avril 2021
  • :
  • :

Lutte contre l’insécurité routière: l’anaser outille la police et la gendarmerie

Conformément à son programme d’activités 2016, l’Agence nationale de la sécurité routière (ANASER) a procédé, hier jeudi, dans ses locaux, sis à ACI 2000, à la remise de matériels de travail à la police et à la gendarmerie nationales en vue de renforcer leurs capacités opérationnelles sur le terrain. Les matériels sont composés de radars de vitesse portatifs, des éthylotests, des engoues buccaux, des testeurs de drogue, des juillets fleurissants, des panneaux de signalisation, des torches, des sifflets et des bâtons lumineux, pour un coût total de 50 millions de FCFA.

Présidée par le chargé de la Communication et de la documentation, Nouhoum KONE, représentant le directeur de l’ANASER, le chef d’escadron Mamadou Sidiki KONATE, la cérémonie de remise s’est déroulée en présence de la directrice de la Sécurité publique à la Direction générale de la Police nationale, Mme SISSOKO Awa SIDIBE ; le capitaine Seydou OUATTARA, représentant la Direction générale de la Gendarmerie nationale. On y notait également la présence de plusieurs agents de l’ANASER et de la Compagnie de la circulation routière (CCR).
Selon M. KONE, le programme d’activités 2016 de l’ANASER a prévu la dotation des forces de sécurité, notamment la Police et la Gendarmerie en matériels de travail en vue du renforcement de leurs capacités opérationnelles sur le terrain.
Le lot de matériels, a-t-il précisé, est composé de radars de vitesse portatifs, des éthylotests, des engoues buccaux, des testeurs de drogue, des juillets fleurissants, des panneaux de signalisation, des torches, des sifflets et des bâtons lumineux ; pour un coût total de 50 millions de FCFA.
Par ailleurs, il a profité de cette occasion pour réaffirmer la disponibilité de l’ANASER à accompagner la Police et la Gendarmerie qui sont, pour lui, les partenaires naturels de l’ANASER, dans leurs missions régaliennes de tous les jours.
Quant à la directrice de la sécurité publique à la DGPN, elle a fait savoir que la remise des présents matériels de contrôle routiers par l’ANASER à la DGPN, particulièrement à la Compagnie de la circulation routière (CCR) entre dans le cadre du partenariat très fécond qui unit leurs deux structures.
Selon Mme SISSOKO, cette action qui n’est pas la 1ère du genre vient s’ajouter à un lot très important que l’ANASER a, dans un passé récent, gracieusement offert à la CCR, à savoir : des éthylotests, des panneaux de «Halte Police», les juillets fleurissants, les casques de protection, etc. (la liste n’est pas exhaustive, a-t-elle noté).
La directrice de la sécurité publique à la DGPN est convaincue que l’attribution de ces matériels de travail va mieux inciter les agents de la CCR à s’investir davantage dans la lutte contre l’insécurité routière. Elle a enfin donné l’assurance que ce précieux lot de matériels sera utilisé à bon escient.
Pour sa part, le capitaine Seydou OUATTARA de la Gendarmerie dira que c’est tout un plaisir pour lui de recevoir ces précieux matériels de la part de l’ANASER qui n’est pas une première.
Pour lui, l’ANASER a bien compris leur jargon militaire, à savoir: «une mission, des hommes, des moyens».
«La mission est noble, tout le monde le sait. On parle de développement qui passe la sécurité routière parce qu’elle sauve des vies humaines. Et que l’homme est le facteur important de développement», a-t-il rappelé. Avant d’avouer que ces matériels leur seront d’un grand appui en ville aussi bien en rase campagne, où ils sont besoin de matériels pour faire face à leur mission régalienne qui permettra à la population de comprendre que l’ANASER et les forces de sécurité (police et gendarmerie) sont là pour leur propre sécurité, en mettant en œuvre des moyens adéquats pour mener à bien ces missions.
La cérémonie a pris fin par une séance de tests pratiques sur certains usagers de la route sur l’Avenue de la CAN (voie menant à la mairie de la CIV, à Lafiabougou).
Notons que l’ANASER a pour mission de promouvoir et renforcer la sécurité routière et de contribuer à l’amélioration des conditions d’exploitation du réseau routier. A ce titre, elle est chargée : de participer à la définition des règles en matière de circulation et de sécurité routière et veiller à en assurer le respect.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *