Search
lundi 15 juillet 2019
  • :
  • :

Lutte contre la mortalité infantile: l’Azythromicyne introduite à Kayes

Dans le souci de réduire considérablement la mortalité infantile, le ministère de la Santé et de l’hygiène publique, avec l’appui technique et financier de la Fondation Bill et Melinda Gates, a organisé, le lundi 4 mars 2019 au CICB, un atelier de partage d’expériences et d’informations entre les parties prenantes dans le cadre de distribution de masse de l’Azythromicyne dans la région de Kayes.

La cérémonie d’ouverture des travaux de deux jours était présidée par le ministre de la Santé, le Pr Samba Ousmane SOW qui avait à ses côtés les représentants de la Fondation Bill Gates. On y notait la présence de plusieurs membres de son cabinet ; des responsables nationaux et régionaux de la santé ; ainsi que les agents socio sanitaires.

Cet atelier s’avère non seulement important, car se tenant au lendemain des assises de haut niveau sur la réforme du système de santé de notre pays, mais aussi dans le but de réduire la mortalité maternelle et infantile au Mali.

Il s’agira pour les participants, à partir de leurs expériences personnelles et vécus quotidiens sur les activités de distribution de masse, d’engager des discussions franches et d’échanges féconds afin de parvenir à la mise en place d’une plateforme consensuelle en même temps assurer cette importante activité dans les conditions optimales pour sa pleine réussite.

Selon le ministre Pr Samba Ousmane SOW, l’introduction du nouveau traitement contre la mortalité infantile (l’Azithromycine) permet de réduire de 15 % le taux de mortalité infantile chez les enfants de 1 à 59 mois et de 25 % chez les enfants de 1 à 5 mois).

En effet a-t-il expliqué, la première stratégie de ce projet consiste à administrer gratuitement l’Azithromycine aux femmes enceintes pendant leur grossesse, l’accouchement et aux bébés pendant ses vaccinations de routine.

« Une stratégie de porte à porte, pendant les campagnes de masse, sera lancée dans la région Kayes », a-t-il noté. Et de témoigner que l’Azithromycine a déjà fait ses preuves au Niger, au Malawi, au Kenya et en Éthiopie, en réduisant de 15 % le taux de mortalité infantile.

Par ailleurs, le ministre Pr Samba Ousmane SOW a souligné l’importance de ce traitement, jadis utilisé contre le trachome, pour le Mali qui a l’un des taux de mortalité infantile les plus élevés d’Afrique.

« La volonté du président de la République Ibrahim Boubacar KEITA est d’infléchir la courbe de la mortalité infantile dans notre pays, à travers ce nouveau traitement. Il suit de près l’évolution du projet, ce qui est la preuve de l’importance qu’il accorde à la santé des femmes et des enfants du Mali. Les femmes et les enfants constituent l’avenir de ce pays, nous devons assurer leur santé », a déclaré le ministre SOW.

Pour lui, ce projet, financé par la Fondation Bill et Melinda Gates à hauteur de 40 millions de dollars (soit 20 milliards FCFA), vient à point nommé, car il intervient au moment où le Mali a entrepris la réforme de son système de santé, qui partira de la base de la pyramide sanitaire (les structures de santé communautaire) vers le sommet (les hôpitaux), conformément à la volonté du Président IBK d’apporter les soins de santé primaires aux populations maliennes où qu’elles se trouvent sur le territoire national.

Le ministre de la Santé et de l’hygiène publique a remercié la Fondation Bill et Melinda Gates pour son accompagnement dans la lutte contre la mortalité infantile au Mali.

Aussi, a-t-il invité tous les acteurs professionnels de la santé, notamment les sages-femmes, matrones et aux accoucheuses traditionnelles de s’impliquer pleinement dans ce projet pour l’atteinte des objectifs.

Par Sékou CAMARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *