Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Lutte contre les VBG: le PACINDHA engage les leaders traditionnels

La Maison des Ainés de Bamako abrite depuis hier lundi un atelier de formation de deux jours sur les Violences Basées sur le Genre organisé par le Pôle des actions d’intégration des droits humains en Afrique (PACINDHA). L’activité en question s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de la Coalition nationale des chefs traditionnels, communautaires, religieux de plaidoyer et de suivi du cadre législatif contre les VBG et les pratiques néfastes. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président du PACINDHA, Amadou KONATE, en présence de Ben Cherif DIABATE, Président de ladite Coalition.

En campant le décor, Amadou KONATE a expliqué que cette Coalition est créée par le PACINDHA, en vue de promouvoir la participation des leaders traditionnels, communautaires et religieux dans les reformes législatives intégrant la lutte contre les violences basées sur le genre et les pratiques néfastes, conformément aux standards et traités internationaux. «Elle a pour objectif d’amener les leaders traditionnels, communautaires et religieux à comprendre les inconvenants des VBG et les pratiques néfastes sur les femmes et les filles ; renforcer les capacités des leaders traditionnels, communautaires et religieux dans la compréhension de l’organisation judiciaire au Mali, les textes nationaux de protection des droits humains, de lutte contre les VBG et pratiques néfastes et de promotion du droit à la santé de la reproduction des femmes et filles est aussi un des objectifs de cette Coalition », a-t-il dit. Selon lui, la PACINDHA œuvre à renforcer les capacités des leaders traditionnels, communautaires et religieux dans la compréhension de la mission et le fonctionnement des institutions nationales de protection des Droits Humains, en général, et des droits des femmes, en particulier. Il s’est dit rassuré que les leaders traditionnels, communautaires et religieux comprennent à présent les textes internationaux, la mission et le fonctionnement des institutions internationales de protection de droits humains, de lutte contre les violences et pratiques néfastes, grâce au dévouement des membres de la Coalition. « Pour atteindre ces objectifs, la Coalition Nationale s’est dotée d’un plan d’action de trois ans 2021- 2023 qui met un accent particulier sur le renforcement des capacités des membres. La présente session de formation s’inscrit dans ce cadre, s’inscrit », a-t-il dit.
Ben Cherif DIABATE a à son tour expliqué les objectifs de ces deux jours d’atelier. « L’objectif global de la formation est de contribuer à la mise en œuvre du plan d’action de la Coalition Nationale. L’atelier vise aussi à améliorer la compréhension des membres de la Coalition Nationale dans l’appropriation de leurs missions telles que définies dans les statuts et règlement intérieur », a-t-il dit.
Il s’agira, selon lui, pendant deux jours, d’apprécier et évaluer les actions menées individuellement ou collectivement par les membres de la Coalition Nationale et l’impact desdites actions en matière de prévention et de lutte contre les VBG et les pratiques néfastes dans les communautés. «Les leaders religieux ont non seulement un rôle important à jouer dans la société, mais ils sont aussi écoutés ; donc peuvent nous aider à sensibiliser les populations via les prêches dans les mosquées et dans les églises. Quant aux chefs de quartiers, ils peuvent êtres très utiles en sensibilisant leurs communautés et à amener d’autres hommes à s’investir dans la lutte contre les VBG et d’autres pratiques néfastes sur la femme et la petite fille. Pour les communicateurs traditionnels, ce travail est le nôtre. Depuis la nuit des temps, nous veillons à une société de paix et d’harmonie et cela n’est pas possible si les femmes sont maltraitées. Il d’agit donc, à travers ce programme, de nous doter d’instruments capables d’améliorer ce que nous faisons au quotidien », a dit le Président de la Coalition nationale des chefs traditionnels, communautaires, religieux de plaidoyer et de suivi du cadre législatif contre les VBG et les pratiques néfastes.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *