Search
mardi 11 août 2020
  • :
  • :

M5-RFP: reculer ou périr

De plus en plus, l’impréparation du combat que mène le M5-RFP se fait sentir. Une impréparation qui risque de conduire le mouvement à sa défaite tant les divisions et les divergences de points de vue sont remarquables. Celui qui est considéré comme l’autorité morale du Mouvement, à savoir l’imam Mahmoud Dicko, a pris ses distances. Aussi, le CORIREM, dont Aboubacar Sidiki Fomba est le porte-parole, propose au M5-RFP un minimum de préparation avant toute action. Elle propose de mettre la charrue derrière les bœufs en formulant et en s’accordant d’abord sur un projet et une vision claire avant de venir devant le peuple et de jouer aux clowns. Ainsi, le COCIREM souligne que ‘’compte tenu du mépris du président de la République, de l’attitude douteuse de certains membres du M5-RFP et du niveau d’infiltration du mouvement par certains fidèles du régime IBK’’, des petits réglages s’imposent. Elle fait à cet effet une série de propositions. Voici ses 11 propositions !

1_D’opter uniquement et à l’unanimité pour la démission du président IBk et son régime, motif même de la création du M5-RFP.
Ce faisant, l’option mémorandum doit être abandonnée définitivement.
Tâtonnement dans la stratégie. Ce qui veut dire que les choses se sont fait avec désinvolture, en tout cas pas assez de rigueur pour que les Maliens acceptent de mettre leur sirt à l’encan avec les gens qui n’ont aucune solution alternative à la mal gouvernance qu’ils dénoncent.

2_ Le report de la sortie du 10 juillet à une date ultérieure, le temps de clarifier certaines positions, permettre à IBk de constituer son gouvernement et procéder à la sensibilisation, à la structuration du M5-RFP pour finir par une sortie synchronisée avec toutes les régions du Mali et de la Diaspora.
Tout est dit là : non seulement les divergences au sein du mouvement sont étalées au grand jour, il est clairement établi que la mise en place du nouveau gouvernement n’est pas un non-événement pour le M5 qui fait une pause pour savoir à quelle sauce il sera mangé au cas où… En tout cas, il est clair qu’au regard de l’attentisme par rapport au gouvernement et des divergences actuelles, le M5 ne soit pas en mesure d’organiser sa sortie du 10 juillet. Mais ce que ne dit pas le jeune leader politique futé, c’est la position de l’Imam qui s’est sagement démarqué du M5 en conseillant de mettre balle à terre. Or, sans sa participation, le M5 pourrait faire le deuil de sa troisième manif au grand dam des radicaux.

3_ Relayer l’autorité morale au second plan et les autorités politiques au-devant pour mettre fin à toute autre connotation qui n’est pas politique.
Aveu de rupture avec l’Imam Cheick Mahmoud Dicko ? En tout cas, après Cheick Oumar Sissoko et Choguel Maïga, le distinguo entre « autorité morale » et « autorité politique » fait désormais son chemin. Sinon, devient une réalité au sein du Mouvement hybride (religieux et politique). Si les politiques n’entendent plus souffrir d’anathème sur la nature de leur engagement et de leur alliance, il se sent comme une odeur de rupture entre religieux et politiciens mal embarqués dans cette aventure qui aura été sans long lendemain.
Quelle autorité devrait avoir la prééminence au sein du mouvement ? En clair, qui doit décider et diriger le M5-RFP et avec quelle feuille de route ? Si l’Imam dit qu’il ne se bat pas pour des portefeuilles ministériels, pour beaucoup, être ministre ou avoir un ministre dans le gouvernement est une question existentielle, une question de vie ou de mort. Aussi, semble se dessiner au sein de la contestation un consensus mafieux pour écarter Dicko qu’on soupçonne désormais de rouler pour son ami IBK que pour le mouvement.

4_ Organiser une rencontre avec la société civile, les organisations syndicales sans exception, les leaders religieux de tout bord pourquoi ne pas se rendre chez le Cherif de Nioro.
Donc, ça veut-il dire que toutes ces grandes annonces en grandes pompes n’étaient que du pipeau, de la poudre aux yeux et de la manipulation pour les besoins de la cause ? Sinon, pourquoi ne pas se contenter d’une rencontre avec les forces vives du M5-RFP, dès lors qu’on estime être le Peuple, peuple qui dans sa vantardise et dans son populisme ridicules s’estime fondé en droit de demander la démission du président que le vrai peuple a investi de ses suffrages. En ouvrant les vannes à la société civile, aux organisations syndicales sans exception, et aux leaders religieux de tout bord jusqu’au guide spirituel du très respecté et très éclairé Imam Mahmoud Dicko, le Cherif de Nioro lui-même (qui n’a jamais adhéré formellement au mouvement), il est clair là que le M5-RFP est dans le désarroi. Sans l’Imam Dicko, comment comptent-ils avoir les bénédictions du Chérif de Nioro.

5_ Être demandeur des rencontres avec la Minusma, la CEDEAO, la communauté internationale, les différents Ambassadeurs des pays les plus influents pour expliquer le bien-fondé de cette lutte.
« N’Dey Sane », Don te wélé Don na !!! Voilà des paltoquets qui ont snobé, toisé et traité de haut l’organisation sous régionale… à la limite de l’impertinence et qui, tombé de leur petit nuage, se disent demandeur d’un cycle de rencontre avec les mêmes auxquels ils avaient dit : avec tout le respect qu’on vous doit, on ne peut rien pour vous, c’est le peuple souverain qui décide. À dire que le Peuple souverain du Mali a, semble-t-il, refusé de laisser prospérer cette commedia dell Arte ! Le singe et la guenon peuvent aller et venir, la colline est sur place. La Cédéao, l’UA, l’UE, La Minusma, la CI sont là et aux côtés de notre peuple depuis 2013 et leur présence est un réconfort. Simple rappel à ceux qui, oublieux de la reconnaisse de notre peuple envers la Communauté internationale, disent qu’ils ne sont ni demandeurs ni preneurs de leurs conseils.

6_ Rencontrer les groupes armés plateforme et CMA et même ceux du Centre du Mali.
Ah bon, c’est maintenant que vous êtes dans l’impasse pardon dans les cordes, coincés et pris à la gorge, que vous vous rappeler que les femmes et les hommes qui composent la Plateforme et la CMA sont aussi des Maliens avec lesquels on devrait et on doit parler sur tous les problèmes importants de la nation ! Quelle hypocrisie de la part de ceux qui passent leur temps à insulter la CMA pour avoir sanctuarisé Kidal vouloir prendre langue avec les « rebelles » pour se sauver. Les Maliens seraient curieux de voir le Dr Choguel Maiga nouveau chantre d’un autre Mali, coauteur du livre les rébellions au nord du Mali, les origines à nos jours, qui pense que « si on ne fait pas attention d’ici 2021 la répartition du pays sera une réalité » prendre langue avec Alghabass Ag Intallah.

7_ Rencontrer tous les regroupements des partis politiques de la majorité, les non-alignés et les personnalités influentes.
Citoyens libres ni conquis ni domptés par votre peuple sur le boulevard de l’indépendance, ils avaient préconisé l’humilité, le dialogue et l’apaisement, au M5-RFP on a préféré répondre par l’arrogance et l’imposture. C’est nous le peuple, on n’a pas besoin de parler avec les autres. Imbu de sa mobilisation saisonnière, le Mouvement a nargué, menacé et humilié tous ceux qui ont prôné le dialogue. C’est après le coup de massue donnée par Boua qu’on a trouvé d’une sérénité désarmante on pense pouvoir trouver salut auprès des partis politiques, des regroupements des partis politiques de la majorité et des non-alignés ainsi qu’auprès des personnalités influentes… !!! C’est plus qu’une débandade, c’est un appel à la rescousse en tout cas un retour à la case départ, aux b.a.ba tels que préconisés par le président. Quelle contradiction de la part de l’Opposition que de s’offusquer de la proposition d’IBK faite au M5 d’aller négocier avec la majorité présidentielle, que le fait que des composantes en son sein demandent clairement de rencontrer tous les regroupements des partis politiques de la majorité, les non-alignés et les personnalités influentes ?

8_ Rencontrer également les Maliens de la diaspora et le patronat.
Après être descendu sur terre, le M5-RFP se rappelle que dans tout ça il avait oublié d’associer à son « peuple » l’importante communauté de nos compatriotes de la Diaspora et nos « patrons » ici qui payent nos salaires. On oublie les Maliens du Nord, ceux du centre, ceux de la diaspora, et saperlipopette ! Les patrons du Mali (ceux qui font tourner l’économie et grâce auxquels la marmite est sur le feu)… ça, c’est beaucoup d’oublis si ce n’est trop d’insuffisances qui sonnent pour la prétention comme une sainte médiocrité affligeante ! Va-t-on mettre le pays entre les mains ceux qui sont incapables de seulement compter mettre les Maliens ensemble ?

9_ le M5-RFP doit être muni d’un document avec des propositions claires de sa vision après la démission d’IBk et son de régime.
Le M5-RFP, c’est clair n’a aucun projet structuré, aucune vision ou projet politique pour le Mali. Voici des gens qui ont vu la moutarde montée au nez pour des affaires ou ambitions personnelles se sont dit ; si j’étais à la place d’IBK. À force de se le dire, ils y ont rêvé. À force d’y rêver, il y crut. À force d’y avoir cru, ils l’ont pris comme la réalité.
Lorsqu’on leur pose la question : quel est votre projet ? Ils disent : démission d’IBK. ET si on leur demande l’après-IBK ? Qu’est-ce qu’ils feront pour ramener la paix au nord et au centre ? Ils répondent : Dicko le fera ! Allez-vous faire un référendum ? On ne sait pas d’abord… Avec qui allez-vous gouverner et qu’est-ce que vous proposez concrètement aux Maliens ? Ils se fâchent, parce qu’ils ne savent pas, ils n’ont rien prévu ensemble. Chacun a cru que c’est lui qui sera président à la place du président. Résultat : c’est l’impasse.
Donc, cette composante du M5-RFP (la CORCIREM, qui a de la jugeote) propose de mettre la charrue derrière les bœufs en formulant et en s’accordant d’abord sur un projet et une vision claire avant de venir devant le peuple et de jouer aux clowns.

10_ Constituer des équipes pour faire toutes les rencontres en une semaine et d’autres équipes pour la structuration et les rencontres régionales.
En clair, il s’agit de sortir de l’informel ; construire d’abord les bases d’un regroupement avant d’aller à la conquête du pouvoir. Parce que rien de durable ne peut se construire dans l’exaltation de la passion d’une foule instrumentalisée sur le Boulevard du peuple par des politiciens dont la seule ambition est d’avoir quelque chose… à mettre dans la panse. Donc, bâtir et structurer le M5-RFP avant toute chose. En tout cas, ça évitera ces divergences douloureuses entre religieux et politiques, entre républicains et putschistes… Il faut savoir qui est qui, qui est engagé pour quoi, qui est tenu à quoi….

11_ Enfin, la COCIREM propose la dissolution du comité stratégique et de toutes les autres structures qui seront remplacés par :
Face à la honteuse débandade dans les rangs du M5, la COCIREM propose une porte de sortie, à travers la dissolution pure et simple du comité stratégique et de toutes les autres structures qui seront remplacés par :
_ Le comité de pilotage national composé des présidents des différents regroupements y compris les centrales syndicales et les représentants des jeunes du M5-RFP au nombre de trois et du mouvement des femmes du M5-RFP au nombre de 3.
_ la conférence des présidents des partis politiques du M5-RFP et des syndicats
_ la conférence des présidents des associations et des représentants des jeunes et des femmes du M5-RFP au nombre 5 chaque structure.
_ le comité de pilotage régional avec les mêmes démembrements.
Les Maliens de la Diaspora peuvent constituer des structures identiques.
_la création de toutes les structures habituelles d’organisation, communication et autres comprenant les représentants de la conférence des présidents de partis, des associations et du mouvement des jeunes et des femmes du M5-RFP.
NB: les tâches seront définies clairement dans un document.
Aboubacar Sidick Fomba porte-parole de la COCIREM.

La Rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *