Mairie du district de Bamako: 2017 décrétée année d’austérité budgétaire

10

Le maire de l’hôtel de ville de Bamako, Adama SANGARE, a présidé, hier lundi, les travaux de la 3e Session ordinaire du conseil du District, traditionnellement appelée la session budgétaire consacrée à l’examen du budget primitif de 2017, dont le montant s’élève à 32 192 358 112 milliards de FCFA. Aussi, a-t-elle permis aux conseils communaux de passer en revue les préoccupations liées aux enjeux du développement de la ville de Bamako.

Dans son discours d’ouverture de la session, le maire Adama SANGARE s’est réjoui de la tenue de cette session pour échanger et discuter des préoccupations de la ville de Bamako et de ses enjeux de développement. Pour lui, le District de Bamako, avec sa population qui croit sans cesse, connait de nombreuses difficultés de développement et d’urbanisme. Cette croissance démographie, l’une des plus élevées en Afrique, au lieu qu’elle soit un avantage pour la ville crée des situations d’anarchie dans la cité. En clair, a-t-il précisé, la ville de Bamako ne profite presque pas de l’augmentation de sa population, faute du non-respect de certaines obligations citoyennes.
En plus de cette situation, il y a l’évasion fiscale, dont la mairie est victime, à coût de plusieurs milliards de FCFA par an, selon un rapport d’Expertise d’une société française. Tout en soutenant les conclusions de ce rapport, M. SANGARE a témoigné que l’exécution du budget 2016 de la mairie n’a pas pu atteindre les objectifs assignés parce qu’elle a été butée à de nombreux cas de fraudes sur la chaine de mobilisation des recettes. La contrefaçon des vignettes, la vente des tickets parallèles de marchés et de sorties sont, entre autres, des pratiques courantes qui échappent la mairie et l’empêchent d’atteindre ses objectifs financiers pour la réalisation de ses programmes de développement.
Comme si ces problèmes ne suffisaient pas, le maire a déploré également la perte des recettes du poste de sortie de Niamana avec son déplacement vers la localité de Kasséla, une commune à part entière. Toutes choses qui, selon lui, ont eu des impacts négatifs sur la mobilisation des recettes de la ville de Bamako. En effet, le poste de Niamana était l’un des grands poumons en matière d’apport financier à la mairie.
Selon le maire, le budget primitif de 2017 de la mairie du district, dont le montant est estimé à 32 192 358 112 milliards de FCFA, vise essentiellement à améliorer et à consolider les acquis de l’exercice en cours dans les domaines de l’assainissement, de la mobilisation des ressources, de l’aménagement et l’embellissement urbain, de la mobilité urbaine, la santé et l’hygiène publique, de la lutte contre l’insécurité routière. Dans les perspectives de ces missions, le maire Adama SANGARE a tenu à lancer un vibrant appel de civisme et de citoyenneté aux habitants de Bamako afin qu’ils s’acquittent convenablement de leurs devoir citoyen, en payant surtout leurs impôts, taxes et redevances des collectivités.
Compte tenu de l’ensemble des difficultés évoquées plus haut et au regard de l’immensité de ses missions, le maire a informé le conseil la nécessité de décréter 2017, une année d’austérité budgétaire pour la mairie du District. Celle-ci va se matérialiser, a-t-il expliqué, par la réduction du train de vie des services de la collectivité et une meilleure maîtrise des dépenses de fonctionnement.
Aussi, il n’a pas manqué de faire le point des préparatifs du sommet Afrique-France prévu les 13 et 14 janvier prochains dans notre pays au conseil du District de Bamako. Selon lui, les travaux de ce sommet avancent et il ne doute point de sa tenue dans notre pays. Par ailleurs, il a exprimé ses inquiétudes par rapport à ses aspects liés à l’assainissement de la ville de Bamako. Et, pour une bonne présentation de l’image de la ville de Bamako, il a exhorté l’État à apporter son soutien financier aux efforts de la mairie en vue d’accélérer l’assainissement dans notre capitale.

Par Sikou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *