Search
samedi 21 mai 2022
  • :
  • :

Mali : Qui dit la vérité ?

Il se passe des choses ces temps-ci dans la Guerre du Mali occultée par la crise ukrainienne, une guerre qui pourtant fait rage. Rendus sincères d’activités de la lutte contre le terrorisme dont les FAMa semblent porter haut la bannière ou propagandes mensongères des différents acteurs engagés dans un vieux conflit de 10 ans ? Les observateurs retiennent leur souffle, mais toutes les déclarations relatives aux activités rapportées emportent-elles sa conviction ? 

La fausse UNE de Jeune Afrique est grossière et renforce la conviction des observateurs sur le chemin que les autorités de Transition ont à faire pour recrédibiliser la parole et la parade publiques. Les propagandistes, mal formés à l’école de Goebbels souvent incultes, sont en fait les premiers ennemis de nos soldats et de notre armée. L’état-major des armées n’a jamais confirmé leur populisme forcené qui exalte mal le patriotisme que nul ne dénie au Malien. Toutefois, gardons-nous de prendre les enfants du Bon Dieu comme des canards sauvages…

S’il n’y avait que les manipulateurs de la junte malienne ! À grand renfort d’éléments de langage, la France annonce le lundi 7 mars avoir neutralisé dans la nuit du 25 au 26 février 2022 Yahia Djouadi, haut cadre d’Al-Qaïda lors d’une opération au sol des forces françaises de Barkhane appuyée par un hélicoptère de reconnaissance et d’attaque Tigre et deux drones français à environ 100 km au nord de Tombouctou.

Comment la Force Barkhane qui avait annoncé le 17 février le retrait complet de toutes ses forces du Mali annonce sans se contredire qu’elle a neutralisé un important leader djihadiste à Tombouctou ?

La même force française qui a ouvert le feu et blessé mortellement Amane Ould Amou un notable de la fraction Awlad Dris-Brabich à Gossi dans la nuit du jeudi 17 à vendredi 18 février 2022 tente de se donner bonne conscience en déplorant et en faisant courir le bruit que l’armée malienne n’a pas adressé à la force Barkhane toujours présente au Mali une demande d’aide et d’assistance aux soldats maliens à Mondoro !

Pour qui sait ce qu’a valu au Mali la première demande d’aide et d’assiste en appui aérien et en renseignement quant à la préservation de sa souveraineté, on peut comprendre l’hésitation de nos autorités à recourir à la superpuissance française.

Le plan B du Mali en matière de sécurisation s’est-il révélé plus permissif que les Français qui massacrent un cortège de mariage à la recherche de terroristes ?

En attendent la fin des enquêtes mauritaniennes, mettons les accusations d’exactions et massacre au conditionnelle, et revenons à ce qui est acté.

Dans un communiqué publié ce 8 mars la Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn (JNIM) ou le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) dément la mort d’un de ses chefs Yehia Djoudi, alias Abou Ammar Yahya al-Jazairi , contrairement au communiqué de la force Barkhane qui confirme l’avoir abattu dans la nuit du 25 au 26 février passé à 100km de Tombouctou.

Selon le groupe terroriste affilié à Al qaida, Abu Ammar Yahya al- Jazairi n’était pas présent dans le nord de Tombouctou, et encore moins tué.

L’état-major des armées françaises a-t-il menti en affirmant avoir abattu un chef terroriste juste pour faire oublier la raclée infligée par les FAMA aux djihadistes ? Pas si sûr ! Fulminent les communicants français.

Pour notre confrère Wassim Nasr de France 24, accusé par les réseaux maliens de propagande néocolonialiste et raciste, le démenti signé par Talha al-Liby Walli de la JNIM de Tombouctou concernant la mort annoncée par la France de Abou Ammar Yahya al-Jazairi n’en est pas un.

Il est probablement un faux.

Selon lui, les caractéristiques du document et les mentions du graphisme utilisé indiquent que nous sommes effectivement en face d’un grossier faux.

Faux également rétorquent les djihadistes du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) qui exhibent leurs prises de guerre d’une kermesse dont ils ont le secret et les coordonnés.

Dans une vidéo de propagande, en dogon et un vocal en peul, l’organisation terroriste revendique l’attaque contre le camp de nos soldats de Mondoro.

Les commentateurs jubilent quant au butin et exultent que «cette attaque bénie vient venger les civils innocents qui ont été tués par les militaires maliens dans le cercle de Niono». Une manière pour le GSIM de démentir le bilan rendu public par l’armée malienne ?

En affirmant déplorer que 4 combats tués, les djihadistes édulcorent le bilan d’un affrontement dont ils disent avoir remporté l’issue.

L’alignement des véhicules aux couleurs des FAMA peut faire chanceler les convictions, mais elle est de loin une preuve assimilable au verset de Coran. Parce que la guerre de propagande saura-t-on jamais la vérité ?

La vérité qui la détient ? Où est-elle ? Qu’est-ce qu’elle est et représente ? Parce que selon Rudyard Kipling « La première victime d’une guerre, c’est toujours la vérité.»

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *