Search
samedi 18 novembre 2017
  • :
  • :

Mali: l’an IV d’IBK

L’histoire du Mali indépendant est une longue suite de règnes politiques inachevés ou mal aboutis qui ont fini par dessiner les contours d’un pays sans philosophie politique réelle.

Dans ce contexte, le plébiscite d’IBK en 2013 doit être d’abord perçu comme la sanction des systèmes de gouvernance de l’ère dite démocratique, dont la faiblesse et les balbutiements ont fait le lit de la grande corruption, du népotisme, du déclin de l’école et de l’armée nationale avec en prime l’occupation des trois quarts du territoire national. C’est pourquoi IBK est particulièrement attendu sur les chantiers de la paix et de la sécurité, de la bonne gouvernance économique et politique. A moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, quel est l’état des lieux ?
L’an IV du premier mandat survient dans une ambiance d’agitations sociales certes maitrisées, mais qui amène à s’interroger sur les vrais acquis ainsi que les zones d’ombre du régime. Les pourparlers inter-maliens entamés à Ouagadougou en 2013 connaitront leur épilogue à Alger en Septembre 2014, puis à Bamako en 2015 avec la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Cet accord soutenu par la communauté internationale a permis le repositionnement du Mali sur la scène internationale en tant que Nation Un et Indivisible. C’est le premier succès d’IBK grâce auquel le Mali quittera le statut de pays en guerre dont l’intégrité territoriale est menacée à celui de pays en crise sécuritaire. Malgré les différentes péripéties souvent tragiques, IBK est resté fidèle à sa ligne de conduite : la politique des petits pas. L’installation des autorités intérimaires d’abord, l’arrivée annoncée du Gouverneur de Kidal ensuite, l’adoption récente par les Nations Unies d’un régime de sanctions enfin, sont chargées d’une valeur symbolique forte sur le chemin de la paix et de la normalisation.
Pour ce qui est de l’amélioration de la gouvernance politique et économique, la création d’un statut pour le chef de file de l’opposition politique a marqué un tournant important dans l’expression du pluralisme à l’Assemblée Nationale et au sein des media d’Etat. La lutte contre la corruption a été officiellement lancée et l’impunité n’est plus la règle parce que des décisions courageuses ont été prises chaque fois que cela était nécessaire. Les changements majeurs dont certains sont prévus par l’Accord pour la paix ne pourront cependant intervenir qu’à la suite d’une révision de la Constitution. En effet, il faut améliorer la politique de décentralisation en donnant plus de pouvoirs et de ressources financières aux régions, corriger les insuffisances de la Constitution de 1992 apparues à l’occasion de la transition de mars 2012 et faire participer les Maliens établis à l’extérieur qui représentent un quart au moins de la population du pays, ainsi que les autorités coutumières et religieuses dont le poids socio-culturel est incontestable, au processus de décision en permettant leur représentation au Parlement.
Sur l’ensemble de ces chantiers IBK a fait le pas qu’il fallait, même si les résultats restent mitigés. La paix et les réformes constitutionnelles sont liées à un long et difficile processus de négociation et de concessions qu’il a le mérite d’avoir engagé. De leur côté, les populations ont eu l’opportunité d’entendre et de suivre l’ensemble des acteurs tout au long de ce processus, en se demandant si la situation n’aurait pas été différente si, les uns et les autres avaient choisi dans l’intérêt supérieur du Mali d’oublier leurs intérêts personnels pour rester unis face à l’adversité. L’an IV s’achève ainsi sur le constat d’importants efforts accomplis par IBK, mais aussi sur celui des résistances déployées sans cesse par l’opposition socio-politique pour bloquer son action au lieu de l’accompagner. Qui le peuple malien décidera-t-il de blâmer à cette étape ? Bien malin qui pourrait y répondre. Le prochain semestre sera décisif.

Mahamadou Camara
Email : camara.mc.camara@gmail.com




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *