Mali: le 22 septembre de tous les espoirs

Le 22 septembre 2016, on a vu un Président serein et plus incisif que jamais, continuant d’entretenir la flamme de l’espoir en dépit des difficultés du moment. Le pas alerte, sanglé dans un costume impeccable, cravate assortie à faire pâlir de jalousie n’importe quel jeune premier, il répète de façon quasi obsessionnelle que le Mali est un vieux pays ayant du ressort, qui va bientôt rebondir pour le bonheur des Maliennes et des Maliens. Les faits et actions incitent-ils à l’optimisme ?

Au cours des dernières semaines, le Président de la République a initié une série de rencontres avec les principaux acteurs de la société civile et de la classe politique, en prélude à la grande concertation d’entente nationale. La réhabilitation officielle du président Modibo Kéita semble définitivement engagée et, la reprise du Service National des Jeunes (SNJ) a été annoncée dans la foulée. Si l’on y ajoute la poursuite de la distribution de prix d’excellence aux élèves les plus méritants, cela fait beaucoup pour ne pas retenir l’attention sur sa volonté de franchir un nouveau cap dans la conduite des affaires. La défense nationale qui préoccupe toute la nation en ce moment a reçu un traitement à la mesure des attentes, avec la loi de programmation et d’orientation militaire qui va permettre la remise à niveau de l’armée nationale à tout point de vue, pour assurer sa mission régalienne de défense de l’intégrité du territoire. Le projet de création du corps des « Pupilles de la République » vient fort opportunément combler une autre attente devenue pesante du fait qu’il devenait difficile de comprendre que les orphelins et les veuves de soldats morts en service commandé fussent abandonnés, sans une prise en charge adéquate.
Sur la même lancée, IBK a demandé aux opposants politiques de penser plus au Mali et moins à eux-mêmes, à leurs ambitions. Ayant hérité d’un pays au bord du gouffre, il souhaite la conjugaison des efforts pour restaurer la paix et relancer l’économie, de façon que les populations puissent vivre dans un pays stable et pacifié. A cette fin, l’organisation du Sommet Afrique – France en janvier 2017 un est défi de taille à relever, pour consacrer la réconciliation des fils du Mali avec leurs valeurs cardinales, ainsi que le retour du pays sur la scène internationale en tant que nation majeure capable de dépassement. Il faut donc espérer que la future conférence d’entente nationale, au-delà des questions de paix et de réconciliation nationale, soit également l’occasion de redéfinir le modèle de société et de citoyen du Mali nouveau. Cela permettra d’amorcer, sur la base du nouveau contrat social, le changement de gouvernance politique, économique, sociale, culturelle et environnementale tant souhaité. C’est le rêve de nombreux Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur qu’IBK peut et doit transformer en réalité. Il jouit incontestablement de la légitimité politique, de l’intégrité morale et intellectuelle nécessaire pour le faire. Ce faisant, il assurerait comme Modibo Kéita, son entrée en bonne place dans le Panthéon des Grands Hommes du Mali, au fronton duquel il sera inscrit en lettres d’or : « Que nul n’entre ici s’il n’est bâtisseur intrépide et intègre».

Plaise à Dieu que ce 22 septembre 2016 marque le début d’un véritable changement de cap pour le Mali et ses populations !
Mahamadou Camara
Email : camara.mc.camara@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *