Search
dimanche 9 mai 2021
  • :
  • :

Mali Médical Relief: le donneur de sourire aux patients désespérés

Grâce à ses efforts, Mali Médical Relief, une structure humanitaire, contribue à la prise en charge bon an mal an d’une centaine de malades qui n’ont pas les moyens.

Assis dans sa salle de consultation, les yeux rivés sur son ordinateur, Dr Hamidou DIALLO regarde son agenda de ce mercredi 31 mars pour le suivi de ses patients. En plus d’être un agent de santé, il est aussi le point focal de l’organisation humanitaire Mali Médical Relief qui œuvre depuis 2008 à accompagner les patients vulnérables dans la prise en charge de leur pathologie. Sans répit, l’essentiel de son temps est dédié à ces activités. Mali Médical Relief, dont il est l’un des points focaux, créé par une Américaine Breanna Barger KAMATE, est peu connu du public, malgré ses efforts. « Beaucoup des gens ne sont pas au courant de l’existence de Mali médical relief. Or, depuis plus de 10 ans, nous appuyons les patients en situation de détresse grâce aux contributions et dons qui nous viennent des USA et d’autres pays exclusivement», a expliqué M. DIALLO.
Bon an mal an, près de cent personnes sont prises en charge gratuitement par cette organisation humanitaire. Ainsi, grâce à cet appui, Sanata DEMBELE, 14 ans, commence à retrouver le sourire. La fillette originaire de la région de Ségou est en traitement à l’hôpital Gabriel TOURE pour une thrombose de la vessie. Sa maladie a été découverte à Bamako où elle travaillait dans une famille comme aide-ménagère. « Lors de la 1ere consultation à l’hôpital Gabriel Touré, j’étais entre la vie et la mort. Mes parents n’ayant pas les moyens, j’ai été prise en charge par les membres de Mali Médical Relief. J’ai subi une première intervention chirurgicale. Dieu merci, aujourd’hui, je me tiens debout par moi-même», a témoigné l’adolescente Sanata très émue. Elle était accompagnée de sa mère qui a aussi ajouté qu’en plus de la prise en charge sanitaire, l’organisation leur donne à manger. Pour elle, sans la prise en charge de Mali médical relief sa fille n’allait pas survivre. « Ils nous ont vraiment aidés », a-t-elle affirmé, la gorge nouée.
Pour Dr Hamidou DIALLO, beaucoup personnes meurent dans nos structures parce qu’elles n’ont pas les moyens de faire face aux dépenses du traitement. « Il y a des patients qui, depuis leur premier jour à l’hôpital, dépensent la somme d’argent en leur possession. Face à des situations de ce genre, ils préfèrent retourner à la maison. Pour éviter ce genre de situation, lorsque nous sommes informés, on intervient pour apporter notre accompagnement jusqu’à la fin du traitement. Nous prenons tout en charge », a-t-il indiqué. Dans un pays aussi pauvre que le nôtre, un tel système est nécessaire pour réduire le taux de mortalité. Parce que la prise en charge de certaines pathologies peut les coûter souvent jusqu’à un million de FCFA. C’est de la mer à boire, pour un malade pauvre. C’est le cas de Fatoumata GUINDO, 14 ans, qui a fait un accident domestique dans son village natal à Tonka. « Elle est tombée avec un seau d’eau. Ce qui a provoqué une déformation de ses os », explique le papa de la petite GUINDO qui s’exprimait à peine ni en bambara ni français.
En se rendant à Bamako, le père affirme avoir fait des emprunts. « Après les premières analyses, je n’avais plus rien sur moi. C’est un médecin qui a été sensible et a informé Mali médical relief de notre situation », a-t-il confié. De son côté, Dr DIALLO affirmé avoir pris connaissance du cas la petite Fatoumata. Et dès lors, ils ont décidé de prendre le relais. « Nous avons assuré la première opération. Dans les jours à venir, elle doit faire une deuxième opération au dos », a-t-il précisé. Rien que les analyses, ils vont débourser au moins 400 000 FCFA sans les frais des médicaments.
Outre ces cas, le point focal de Mali Médical Relief donne gratuitement aux unités d’urgence des médicaments des premiers soins. « C’est pour aider dans l’urgence, peu importe le statut social du patient », a ajouté Dr Hamidou DIALLO.
De son côté, le Dr Paul KAMATE, co-fondateur de l’organisation, a déclaré qu’il n’est pas acceptable de laisser des patients mourir pour faute de moyens. « Nous avons enregistré beaucoup de succès avec des patients guéris, malheureusement nous n’avons pas pu sauver certains ; parce que nous n’avons pas été alertés à temps», a regretté M. KAMATE.
A ce jour, il a fait remarquer que la structure fonctionne essentiellement sur contribution de leurs amis américains, canadiens et français qui les accompagnent. Ainsi, il a profité de cette occasion pour inviter les personnes de bonne volonté surtout, les Maliens, à les rejoindre en vue d’aider les patients dans le besoin.
Ensuite, Dr DIALLO a informé que leur structure a des points focaux à l’Hôpital du Mali, à l’Hôpital du Point G, à l’Hôpital Luxembourg et à Dioïla.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *