Search
mardi 20 avril 2021
  • :
  • :

Malick Diaw, après son élection: « au regard des défis (…) notre tâche sera très laborieuse »

Le nouveau Président du Conseil national de Transition (CNT), Malick DIAW, après son élection, s’est adressé aux membres de l’organe qu’il dirige en rappelant les défis et les missions qui les attendent. Pour les réussir, il les appelle à transcender leurs divergences politiques et interpersonnelles pour un nouveau départ. Le nouveau titulaire du perchoir a affirmé être disponible et ouvert pour mener à bon port le CNT conformément à l’esprit de la Charte de la Transition.

Discours du Président du CNT
A l’entame de mon propos, je remercie le bon Dieu, le Tout-puissant pour avoir fait de moi, aujourd’hui, le président du Conseil national de la transition. Je remercie vivement et sincèrement tous ceux et toutes celles qui ont soutenu ma candidature à ce poste.
Chers collègues, en ces instants solennels, j’avoue que l’émotion qui m’anime est très grande. En me choisissant parmi tant d’autres membres émérites pour présider le CNT, je voudrais, en retour, exprimer à chacun et à chacune de vous, toute ma reconnaissance et ma profonde gratitude.
Soyez sûrs qu’avec l’aide de Dieu et votre accompagnement constat, je ne ménagerai aucun sacrifice pour être à hauteur de cette nouvelle fonction. Merci à tous pour l’honneur que vous m’avez fait et merci votre confiance.
Chers collègues, à la faveur de cet événement historique, je tiens à magnifier la bravoure de nos vaillantes populations qui ont toujours surmonté avec courage et lucidité, souvent avec passion, les difficultés multiformes auxquelles le Mali fait face depuis des années.
Afin de préserver les acquis et ouvrir de nouvelles perspectives à nos concitoyens, à travers notamment la refondation de l’Etat tant attendue, il nous revient naturellement de jouer tout notre rôle au sein du CNT.
C’est le lieu pour moi de m’incliner pieusement devant la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires, des tragiques événements liés, entre autres, à l’insécurité, au terrorisme, au Covid-19 et aux intempéries diverses. A chacune des familles endeuillées, j’adresse mes sincères condoléances. Aussi, pour le repos de l’âme des disparus, je vous prie de bien vouloir observer une minute de silence.
Chers collègues, nul doute que notre mandat débute à un moment où les activités terroristes constituent de grands sujets de préoccupation nationale et de refondation de l’Etat, singulièrement les réformes politiques et institutionnelles électorales. J’estime toutefois que cette réalité devrait nous motiver davantage dans notre engagement à surmonter ces épreuves aux côtés du gouvernement et du peuple malien.
Parallèlement, comme vous le savez, nos assises démarrent aussi dans un contexte particulier marqué par la propagation du coronavirus dans notre pays. Cette crise sanitaire mondiale aux conséquences socio-économiques dévastatrices méritera une attention particulière du CNT. C’est l’occasion d’inviter nos populations à plus d’implication dans le respect des mesures de prévention édictées par les services de santé.
Au regard donc tous les défis qui nous attendent, vous conviendrez avec moi, chers collègues que notre tâche sera très laborieuse. En plus de notre mission régalienne consistant à légiférer, il nous faudra nécessairement veiller à l’orientation, au contrôle et au suivi-évaluation de la feuille de route de la transition. Il y va de notre crédibilité en tant membres et de celle du CNT en tant que deuxième organe de la charte de la transition.
Par conséquent, ce qui nous est demandé, c’est un vrai sursaut national qui devra permettre au CNT d’offrir à la République du Mali les bases d’un nouveau départ.
Pour toutes ces raisons, chers collègues, le don de soi doit être notre seul crédo. Il fera certainement appel à des vertus comme la ponctualité, l’assiduité aux travaux ainsi que l’exemplarité dans nos comportements quotidiens.
Quant à moi, je voudrais vous assurer de ma ferme volonté de travailler en synergie avec toutes les composantes du CNT, sans exception aucune, pour remplir correctement le mandat qui nous a été confié.
En retour, je vous demanderais, avec humilité de transcender vos divergences politiques ou interpersonnelles et de ne considérer que l’intérêt supérieur du Mali afin de mieux contribuer aux efforts de paix, de sécurité, de réconciliation, de stabilité et de développement déjà entrepris par nos autorités.
Chers collègues, je voudrais vous rappeler que les réformes et autres dossiers qui nous attendent sont d’une importance capitale pour le devenir de notre pays. Il nous appartient donc, dès à présent, de nous mettre au travail afin que très rapidement nous puissions nous doter d’Un Règlement intérieur en vue de commencer nos activités.
Je vous remercie.
Que Dieu bénisse le Mali et protège nos populations.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *