Search
samedi 18 novembre 2017
  • :
  • :

Maliens en détresse en Libye: 251 compatriotes ont regagné le Bercail

Le ministère des Maliens de l’extérieur, en collaboration avec l’Organisation internationale de la migration (OIM), multiplie les rapatriements de nos compatriotes qui sont en difficultés dans les pays de la sous-région. Le jeudi dernier, dans la soirée, un contingent de 251 compatriotes a été accueilli à l’aéroport international Modibo KEITA.

Ces compatriotes, qui ont été rapatriés volontairement, ont été accueillis par le chef de cabinet du ministère des Maliens de l’extérieur, Moussa Alou KONE, en présence des responsables de l’OIM et du Haut conseil des Maliens de l’extérieur.
Nos 251 compatriotes sont arrivés à bord d’un Airbus 330 affrété par l’Organisation internationale de la migration. Ils ont été secourus dans divers centres de détention des milices en Libye pour être rapatriés au pays. Leur rapatriement a été possible grâce à la collaboration entre le ministère des Maliens de l’extérieur, l’Ambassade du Mali à Tripoli et l’Organisation internationale de la migration (OIM).
Le chef de Cabinet du ministère des Maliens de l’extérieur, Moussa Alou KONE, a exprimé la satisfaction des autorités maliennes d’accueillir ces compatriotes qui étaient en détresse en Libye. Il a déclaré que la migration est aujourd’hui une préoccupation et un enjeu majeur.
Il chef de cabinet a saisi l’occasion pour rappeler aux jeunes que la migration irrégulière n’est pas la solution pour se faire un avenir meilleur. Pour lui, ceux-ci doivent prendre conscience des potentialités dont dispose notre pays et qui font du Mali un eldorado.
Il a informé qu’ils sont plus de 600 Maliens en détention dans les camps des milices en Libye. Leur seul tort est d’avoir tenté de regagner l’Europe en passant par ce pays presque dévasté. Pour venir au secours de ces compatriotes, l’Ambassade de notre pays à Tripoli avec la collaboration de l’OIM et le HCR identifie les compatriotes dans cette situation en vue d’organiser leur rapatriement volontaire.
« Ce sont des rapatriements volontaires qui peuvent concerner des familles et tous ceux qui décident de retourner au pays », a expliqué le chef de cabinet, avant de remercier l’OIM qui organise un vol de rapatriement tous les mois.
« L’OIM a un programme de réintégration et de réinsertion des migrants de retour. Une fois retournés au pays, les migrants font des propositions de projets qui sont financés par l’OIM. Ce qui les permet de s’installer définitivement dans des activités génératrices de revenus pour ne plus être tenté par l’émigration », a affirmé Moussa Alou KONE.
Le chef de cabinet a souligné que les jeunes candidats à la migration sont des bras valides dont le pays a besoin pour son développement. Il a soutenu que la situation de ces jeunes qui ont beaucoup souffert à l’étranger avant de rentrer au pays sans rien, doit interpeller toutes les consciences.
Dans leurs témoignages, l’on apprend que ces compatriotes ont subi toute sorte de maltraitance dans les camps des milices en Libye. Beaucoup ont été enfermés pendant des mois après avoir été dépouillés de tous leurs biens matériels et financiers. Aussi, sont-ils nombreux les jeunes rentrés au pays totalement affaiblis par des maladies faute de traitement et de nourriture.
Certains jeunes ont interpellé les autorités à intensifier les actions de rapatriement pour venir au secours des milliers de nos compatriotes qui sont toujours en Libye dans des situations difficiles. Ils ont lancé des appels aux jeunes de rester au pays pour mettre en œuvre des projets au lieu de tenter la migration irrégulière.
Toujours dans le cadre du rapatriement de nos compatriotes, le jeudi matin 87 sont venus de l’Algérie et 99 autres sont venus de ce pays le samedi 11 novembre.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *