Search
mercredi 25 avril 2018
  • :
  • :

Mamadou Frankaly KEITA à propos des écheances de 2018: « le RPM ne peut prendre le risque d’un échec électoral »

Dans le souci de pallier au manque d’information et la désinformation pouvant être un handicap pour la cohésion, la mobilisation et surtout pour l’atteinte des objectifs du projet de société du parti, la fédération du district du Rassemblement pour le Mali a initié, samedi dernier, au Conseil national du patronat, une conférence d’échange en vue de mettre ses militantes et militants au même niveau d’information sur la vie de le parti.
La rencontre aura été l’occasion, entre les membres du bureau et les délégués des six communes, d’échanger autour de trois points essentiels : le report des élections, le rapport d’activités de la fédération pendant la période préélectorale et le résumé de la dernière rencontre entre le Bureau politique national (BPN) et le Président fondateur de du parti, le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar KEITA.

En organisant cette rencontre d’échange d’information, qui se vopulait un espace de dialogue constructif et permanent avec les militantes et militants du parti dans les six communes du District de Bamako, le bureau de la fédération du district du Rassemblement pour le Mali, avec à sa tête Mamadou Frankaly KEITA, a voulu d’attaquer au chao de la désinformation pouvant être une entrave pour la cohésion et l’unité du parti autour d’un projet commun : asseoir davantage la suprématie du RPM sur l’échiquier politique national et gagner les prochaines échéances électorales singulièrement la présidentielle de 2018. C’est donc, sans tabou et dans un dialogue franc et fraternel que les participants à cette à cette conférence ont échangé sur la vie du parti, et ce autour de trois points principaux.
Le premier étant le report des élections locales et régionales du 17 décembre 2017, au mois d’avril 2018. En analysant les causes et les conséquences de cette décision gouvernementale, le président de la fédération du district a informé les délégués des six communes que ce report fait suite, a une large concertation avec toutes les couches sociales et surtout une analyse objective de l’environnement politique et sécuritaire qui ne favorisait pas des élections inclusives, avec la participation indispensable des trois acteurs de l’accord pour la paix et la réconciliation de notre pays (l’Etat, la CMA et la Plateforme).
Aussi, ce report, selon Mamadou Frankaly KEITA, est un souhait exprimé par certains acteurs au cours du processus des préparatifs des élections afin de mieux préparer la mobilisation et la sécurisation des électeurs.
« C’est dans le souci de maintenir la cohésion et de préserver les acquis de notre accord que le gouvernement a accédé, de façon responsable, à cette doléance », a justifié le Secrétaire général du parti de la Commune I de Bamako.
S’il a salué cette décision responsable des hautes autorités du pays, il n’a pas manqué non plus de faire cas de son revers de médaille qui pourrait être pour le RPM une source de démobilisation des électeurs.
Voilà pourquoi conscient que le parti ne doit plus prendre le risque d’un échec électoral, à moins d’un an des élections présidentielles, il a invité les membres du bureau de la fédération ainsi que les militantes et militants à profiter de ce temps de report pour corriger les insuffisances afin d’avoir d’ici à avril 2018, des listes et des alliances porteuses.
De ce fait, le ministre Mamadou Frankaly KEITA a exhorté les uns et les autres à maintenir la même mobilisation comme en période de précampagne, animer le parti à la base, reprendre les négociations avec les partis politiques de la CMP, continuer les visites aux leaders d’opinion et aux notabilités, rencontrer et mobiliser les organisations faîtières et les clubs de soutien.
La transition est vite trouvée pour partager avec les délégués mandatés le rapport d’activités menées par le bureau de la fédération du district de Bamako. Ce rapport, en six grands axes, retrace les activités menées par la structure dans l’organisation des élections régionales du 17 décembre reportées en avril 2018, le choix des candidats sur la liste, l’élaboration de la liste de candidatures, de rencontre d’échanges avec les candidats et alliés.
De la restitution faite par Tiéoulé DIABATÉ, Secrétaire aux relations avec les élus, le bureau a décidé du choix de 18 candidats pour le Rpm avec un complément d’une alliance forte de 25 candidatures des partis alliés de la convergence pour la majorité présidentielle sur les 45 sièges à pourvoir au niveau du district. Au nombre de ce choix, figurait, dit-il, les partis Adema, Mpr, Codem, Udd, Cnid, Umpc, Apm-maliko, Apr, Asma , Um/rda et PS/yelen koura, entre autres …
Cette décision, à en croire M. DIABATÉ, faisait suite aux nombreuses rencontres initiées par les 6 secrétaires généraux du district de Bamako, et qui devaient aboutir à une liste d’alliance forte pour la conquête de la mairie du district.
« Malgré la bonne foi des secrétaires généraux du parti, dans leur quête de liste consensuelle auprès des alliés de la convergence CMP, les négociations n’ont pu aboutir jusqu’à la clôture du dépôt des listes de candidats dans la nuit du 31 octobre 2017 », a-t-il regretté. C’est après cet échec, justifie-t-il, qu’une liste officielle, composée d’une vingtaine de candidats du parti et des candidats du Miria, Rds, de l’Ufd, de Ps/yelen-koura, et de regroupements associatifs, a été déposée dans les délais et avec le camarade Issa Amakendé Guindo comme tête de liste.
S’en est suivie la mise en place d’une direction de campagne composée d’une vingtaine de membres de la coalition, de commissions et de sous commissions, avec comme président Amadou Ouattara maire Rpm de la commune V, assisté de Cheickna Oumar Bah du Miria et du docteur Yaya Traoré de I’Ujmma. Des rencontres d’échange ont également été organisées avec tous les candidats de la liste et les partis alliés de façon générale, ayant ou non des candidats sur la liste, mais qui restent toujours fidèles à leur engagement d’appartenance à la mouvance présidentielle.
Certes, les scrutins locaux et régionaux ont été reportés, mais la fédération du district, soucieuse de gagner les élections d’avril prochain sollicite auprès des partis alliés et candidats une forte cohésion autour de la liste consensuelle et une continuation des activités de pré campagne ; des militants du parti, un engagement et une mobilisation effective lors du scrutin ; des structures de base de la coalition, une forte implication sous l’impulsion des directions de campagnes locales avant et pendant la campagne.
Le clou de la conférence d’échange aura été le compte rendu de la rencontre entre le Bureau politique national (BPN) et le Président fondateur de du parti, le président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA. Sur ce sujet abordé aussi lors de ce rendez-vous, les participants n’ont pas été sevrés de bonnes nouvelles venant de l’entrevue entre IBK et les responsables du parti. Ce, d’autant plus qu’il a été question entre le chef de l’Etat et ses hôtes, de mesures urgentes à envisager ensemble en vue de remettre le parti en ordre de bataille et en position pour accomplir sa mission historique : gagner les prochaines échéances singulièrement, la présidentielle de 2018.
Membre fondateur du parti et militant en mission, astreint à des devoirs républicains dans un contexte singulier, le président IBK, explique-t-on, a rassuré les membres du BPN qu’il ne saurait en aucun se mettre en marge ou en travers du projet commun dont il est aujourd’hui le porteur. Autrement dit, il est et reste à l’écoute et à la disposition du parti.
Après avoir épuisé les points inscrits à l’ordre du jour, le président de la fédération, à la fin de la rencontre, s’est félicité de ces retrouvailles entre camarades du RPM tenues en toute convivialité, en toute camaraderie, mais en toute franchise et en toute sincérité autour de la vie, de la vision et du mot d’ordre du parti.

Par Mohamed D. DIAWARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *