Search
mardi 20 avril 2021
  • :
  • :

Manif contre les forces internationales à Kidal: deux manifestants tués

Affrontements violents à Kidal
Des manifestants pro-MNLA envahissent l’aéroport et saccagent les installations de la Minusma

Plusieurs endroits de la ville de Kidal, notamment la piste d’atterrissage de l’aéroport, les installations militaires et sécuritaires de la Minusma, ont été pris d’assaut, hier matin, par des manifestants, pro-MNLA, déchainés, qui y ont causé d’importants dégâts matériels, en saccageant et mettant du feu à de nombreuses installations militaires et sécuritaires de la Minusma. La mission onusienne, qui affirme, dans un communiqué, faire le point sur ces événements douloureux, en toute transparence, était en contact avec les autorités maliennes, les leaders des communautés locales, ainsi que ceux de la société civile. Dans le but de calmer la tension.
L’information a fait la boucle sur les réseaux sociaux: hier, à Kidal, dans la matinée, plusieurs sources proches de la ville, notamment la Minusma, dans un communiqué officiel rendu public à 10 heures précises, des groupes de manifestants se sont massés aux abords de l’aéroport, d’où sont stationnés les éléments de la Minusma. S’étant réussis à s’infiltrer, par effraction, sur la piste d’atterrissage de l’aéroport, zone d’accès militaire, donc interdit à toute circulation, les manifestants, composés principalement des femmes et des jeunes, ont saccagé les installations militaires et sécuritaires de la mission onusienne, en y mettant du feu. La piste d’atterrissage de Kidal, dit-on à la Minusma, est un élément essentiel pour l’approvisionnement de l’aide humanitaire, le soutien aux populations locales, ainsi que pour les opérations de la Minusma et des forces partenaires. Une installation saccagée par les manifestants, on voit alors la gravité des événements, survenus, hier, à Kidal, et qui ont fait le tour du monde.
Dans le feu de l’action, les manifestants, visiblement des pro-MNLA, facilement identifiables avec leurs banderoles et slogans, selon des témoins, scandaient des slogans hostiles à la Minusma, accusée, selon eux, de multiplier les arrestations au sein de la population. En fait, apprend-on de sources concordantes, la Minusma a procédé, ces derniers temps, dans la ville de Kidal, à plusieurs perquisitions et arrestations de personnes accusées de trafic d’armes. Selon le site d’information Malinet.net, les manifestants, pro-MNLA, certainement soutenus par d’autres branches rebelles, ont pris d’assaut l’aéroport de la ville. Là, rapporte-t-on, ils ont attaqué les installations de la Minusma, en y mettant le feu. Le principal groupe électrogène de la ville n’a pas été épargné. D’où le risque de plonger la ville dans l’obscurité, étant donné que l’édifice endommagé par les manifestants était justement la principale source d’approvisionnement de la localité.
Contrairement à ce que rapportent les médias, la Minusma, elle, dans un communiqué qu’elle a rendu public, hier, sur les événements violents de Kidal, ne confirme pas de victimes parmi les manifestants, se contentant seulement d’affirmer que « ces informations sont actuellement en cours de vérification ». Pourtant, selon de nombreuses sources, il y a eu des victimes parmi les manifestants et plusieurs blessés. On parle de deux morts ; Hawa Ag Hada et Attacher. Parmi les blessés, on cite Mohamed Ag Hamadani, Kinan Ag Sidi Med, Ismaguel Ag Mohamoud et Abdalla Ag Ida Sidi.
En même temps, la Minusma déclare être en « contact avec les autorités maliennes et les leaders des communautés locales, ainsi que ceux de la société civile, dans le but d’apaiser les tensions et de comprendre les circonstances des événements qui ont dégénéré ce matin ».
C’est donc dire qu’hier, au moment où nous mettions sous presse, beaucoup d’informations n’étaient pas disponibles encore sur les circonstances exactes de ces événements douloureux, survenus à Kidal et qui ont conduit à d’importants dégâts matériels. Ce qui est sûr, c’est que la Minusma, principale cible des manifestants en colère, en fera le point détaillé. Elle l’a promise dans son communiqué, publié en début d’après-midi hier, en décidant de communiquer, en toute transparence, sur ces événements, ultérieurement.
En attendant, la tension, selon des sources concordantes, est restée tendue entre les manifestants, pro-MNLA et la Minusma, dans plusieurs endroits de la ville, notamment aux abords de l’aéroport, d’où sont parties les premières manifestations.
Le fait qu’on parle, dans certains milieux des manifestants, de morts par balles réelles, tirées par des soldats de la Minusma, n’est pas pour apaiser la situation.
Quoiqu’il en soit, aux dernières nouvelles, l’intervention des acteurs de la société civile, des chefs de communautés et même des autorités maliennes, à coup sûr, contribuera à désamorcer la tension ; en attendant justement qu’un bilan officiel puisse être établi, des suites de ces affrontements violents, dans la ville de Kidal.

Sékouba Samaké




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *