Search
vendredi 30 juillet 2021
  • :
  • :

Mara, un artificier artificieux

Le Twitman national a animé un ‘’débat public organisé par le Mouvement MC1 sur la décentralisation et le développement local. C’était ce samedi dans le quartier de Doumanzana à l’Est de Bamako.
Les jeunes de cette commune entendent prendre leur destin en main et se sont mobilisés en 2020 pour élire deux jeunes députés dont un du parti YELEMA en faisant échec aux pouvoirs de l’argent et de la corruption. Un signe d’espoir pour notre pays’’. N’est-ce pas plutôt un signe de cécité chez un Twitman qui refuse, avec cette obstination si caractéristique chez lui, de reconnaître qu’il est impossible de faire la politique sans le fric. Si ce n’est pas avec la parole et l’eau fraiche qu’on mobilise les gens, dans notre Bled, comme ailleurs. Et puis, le Twitman qui se prend pour un parangon d’intégrité est-il réellement au-dessus de tout soupçon ? Entre nous, les bourses d’études octroyées aux jeunes garçons et filles de la Commune IV, c’est du pognon qui le permet. Ce blé investi dans la formation des jeunes qui sont les mobilisateurs politiques, l’espoir de leur famille, dans bien des cas, si ce n’est pas de la corruption déguisée, ça y ressemble beaucoup. En français facile, ça s’appelle donner de la main droite pour récupérer de la main gauche ou bien un investissement politique, avec retour sur investissement à court terme. C’est connu, les financiers ne conjuguent pas leurs verbes au temps de la philanthropie, mais plutôt de la grigouterie. Comme disent les Ecritures, que celui qui n’a pas péché lui jette la première pierre. C’est trop facile de jeter l’anathème sur les autres.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *