Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Marche d’hommage aux FAMA et alliés: les raisons d’une interdiction

La marche citoyenne de recueillement et d’hommage à l’armée malienne et ses alliés, initiée par le collectif d’associations de jeunesse et de la société civile, prévue, pour le samedi dernier, n’a pas eu lieu. Sur ordre des autorités administratives et communales, elle a été interdite. Les initiateurs parlent d’un report, assimilable à une annulation.

Organisée par le Collectif des associations de jeunesse et de la société civile, telles que Éveil Mali AJEM, CNJ-Mali, CONJEDEV, Conseil national de la société civile, RENAJEM, CRACK, Association des Pionniers du Mali, AMA SNJ, UJMMA, MALI TETILA, AASI, Soni Aly Ber, et Nouvelle Génération, cette marche pacifique et citoyenne de recueillement en hommage aux militaires maliens et alliés, tombés sur le champ de l’honneur pour la défense de la patrie et l’intégrité territoriale de la Nation, devait partir du Rond-point «Oumou sang», sis à Djélibougou, sur la route de Koulikoro, pour prendre fin au Monument dédié au Général SOUMARE à Sotuba, à la descente du 3è Pont de Bamako.
Selon les organisateurs, toutes les dispositions administratives et organisationnelles étaient prises pour le bon déroulement de la marche. Cependant, c’est à la dernière minute, qu’ils ont reçu des correspondances émanant de la mairie de la Commune I et du gouvernorat du District de Bamako leur demandant de reporter la manifestation. Et pour cause, le Mali serait en deuil et le souhait de la hiérarchie militaire et des plus hautes autorités du pays serait le report de la marche.
Selon Soumaila Bainy TRAORE, un des initiateurs de la marche, en responsable de ces différentes associations, ils ne sont pas là pour braver l’État, au contraire, mais pour manifester leur esprit de citoyenneté, leurs condoléances, de compassion aux familles endeuillées. Donc, ils ne peuvent pas être dans un schéma de violences ou de troubles dans ce pays.
Aussi, a-t-il indiqué, les forces de sécurité sont là, pour elles, c’est une manifestation qui n’est autorisée. Et s’ils démarrent la marche, elle risque de dégénérer en violence. Or, ils ne sont pas là pour la violence.
A son avis, même s’ils ne comprennent pas les raisons de l’interdiction de la marche, ils respectent la décision des autorités et prennent en compte leurs craintes. Et par respect à ces dernières, ils ont décidé du report de la marche. Mais, demandent aux Maliens de faire des bénédictions pour nos soldats tombés sur le champ de l’honneur. En conclusion, il a fait savoir que le collectif va rencontrer les autorités pour convenir d’une nouvelle date.
Notons que la première date proposée par le collectif était le 20 janvier, reportée à la date indiquée par la mairie de la Commune I (24 janvier) elle aussi reportée, samedi.
Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *