Marché ivoirien de l’Artisanat (MIVA 2016): « Lolognèduman » tire le bilan de sa participation

8

Faire le point de sa participation à la deuxième édition du Marché ivoirien de l’Artisanat (MIVA 2016) à ses partenaires ; en tirer toutes les leçons ; et mieux se positionner pour d’autres rendez-vous de promotion sur les marchés sous régionaux et même internationaux. Tels étaient l’objectif d’une rencontre, hier mercredi, au siège de la Coopérative des femmes teinturières de la Commune V du District de Bamako, plus connu sous le nom «Lologneduman» (Etoile brillante).

La rencontre était présidée par la représentante de la direction régionale de la Promotion de la femme, Mme Traoré Djelika Coulibaly, en présence de l’administratrice de l’ONG MZC, Fatimata Walet. On y notait également la présence de la présidente de la Coopérative « Lologneduma », Mariam Diawara ; de Fadiala KAMISSOKO, Coordinateur des projets de commercialisation du Bazin de ladite Coopérative ; les responsables de la chambre des métiers de la CV et du ministère de l’Artisanat et du tourisme.
Dans le cadre du projet intitulé : « renforcement de la commercialisation des produits de la coopérative des femmes teinturières de la commune V du district de Bamako, “Lologneduman” (étoile brillante), dont l’objectif est d’améliorer leurs conditions de vie » ; sur financement de l’Agence andalouse de coopération internationale pour le développement (AACID), la Coopérative Lolognèduman a participé, du 16 au 25 septembre dernier, à la deuxième édition du Marché ivoirien de l’Artisanat (MIVA 2016).
Après les mots de bienvenue de l’administratrice et de la représentante de la direction régionale de la Promotion de la femme, c’était le tour des participantes à la foire de faire le point de cette participation. Il ressort des exposés que la Coopérative « Lologneduman » tire beaucoup de leçons de cette participation en plus des ventes de produits enregistrées.
Selon Fadiala Keita, pour une première participation à une foire à l’extérieur du pays, le bilan est loin d’être ridicule. Car « Lologneduman » a eu des contacts qui peuvent lui rapporter grand un jour.
À la deuxième édition du Marché ivoirien de l’Artisanat 4 des 6 associations ont pu envoyer leurs produits.
Il ressort des explications fournies que des problèmes d’organisation de ladite foire depuis Abidjan et l’inexpérience de la coopérative ont dû peser négativement sur cette participation. C’est d’ailleurs consciente de ces faiblesses que la coopérative, selon le coordinateur, a initié cette restitution en vue de recueillir des contributions en vue de mieux capitaliser ses prochaines participations à d’autres foires à l’extérieur du pays.
Les participants ont insisté sur la connaissance préalable du terrain (les besoins de la localité selon les moments de l’année ; la mise en place d’une bonne politique de marketing avec une bonne dose de publicité avant et pendant l’exposition ou la foire. Aussi, un grand dynamisme des participants est aussi un moyen d’attraction de la clientèle.
Pour les prochaines sorties, les partenaires de la Coopérative lui ont conseillé de ne lésiner sur aucun moyen en vue de percer sur un marché.
De même, ont-ils prôné l’honnêteté, c’est-à-dire, ne pas tricher sur la marchandise.
La prochaine sortie de la Coopérative, selon ses responsables, sera le SIAO de Ouagadougou qui s’ouvre, à partir du 26 octobre prochain.
« Lolognèduman » est une coopérative qui regroupe six associations de teinturières de la Commune V du District de Bamako. Elle produit du Bazin teinté et met sur le marché différents produits à base de Bazin notamment : Bazin riche teinté ; Bazin moins riche N° 1 teinté ; Bazin moins riche N° 2 teinté ; sacs à mains ornés de Bazin ou de bogolan ; chaussures ornées de Bazin ou de bogolan ; portefeuilles ornés de Bazin ou de bogolan ; bracelets ornés de Bazin ou de bogolan.
Cette coopérative est appuyée depuis sa création, en 2011, par l’ONG espagnole MZC et son partenaire d’exécution ACOD Niètaaso.
L’ONG MZC veut dire en Espagnole « Mujeres en Zona de Conflicto » (Femmes en Zone de Conflit). Il s’agit d’une ONG de développement, créée par des femmes et des hommes dont la principale motivation est de lutter contre la pauvreté ; protéger les droits humains et favoriser les politiques qui font la promotion de l’équité du genre et favorables à un développement humain durable.
Depuis 2015, MZC et ses partenaires ont décidé d’ouvrir une porte sur l’extérieur en vue de mieux écouler les produits de leurs activités (sur les marchés nationaux et internationaux).
Vivement une participation plus honorable au SIAO.

Par Sidi Dao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *