Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

‘’Marché made in Mali ‘’: valoriser les PME via leurs productions

La 3e édition du ‘’Marché made in Mali’’ s’est tenue du 3 au 5 décembre au Palais des Sports de Bamako où 91 petites et moyennes entreprises (PME) ont exposé leurs produits. Soutenue par des partenaires comme l’Union européenne, l’initiative visait à encourager et à soutenir les PME pour qu’elles jouent leur rôle de croissance économique.

La cérémonie d’ouverture de ce marché a eu lieu le vendredi 3 décembre sous la présidence de la représentante de la direction nationale des PME, Kadiatou TOURE. Elle avait à ses côtés le représentant de la délégation de l’Union européenne au Mali, Mateusz PROROK ainsi que l’initiatrice du projet, Nabou TOURE.
Cette édition était parrainée par Mme SIMPARA Assitan KEITA. Elle est la cheffe de l’entreprise Kissima Industries SARL, une unité spécialisée dans la collecte, la transformation et la commercialisation du Balanites (Zeguènè) au Mali.
Pendant les trois jours du ‘’Marché made in Mali’’, 91 petites entreprises ont exposé leurs produits : de la cosmétique, de la gastronomie, de la santé, etc. Comparativement aux précédentes éditions, c’est une forte augmentation du nombre d’exposant, a indiqué Nabou TOURE, promotrice de ce projet dont l’ultime objectif est de faire la promotion des PME locales.
« En trois ans, on a fait beaucoup d’effort pour réussir à fédérer à la fois les PME et les partenaires techniques et financiers. Parce que le but du ’’Marché made in Mali’’ n’est pas que des expositions, mais de créer pour permettre aux entreprises de pouvoir bénéficier d’accompagnement », a indiqué Nabou TOURE.
Selon elle, l’objectif de ce projet est de permettre aux petites entreprises maliennes de se situer, d’avoir des conseils et les orienter vers des partenaires en vue de faire prospérer leurs initiatives.
Par ailleurs, elle a tenu à saluer l’Union européenne, le fonds d’appui à la création d’entreprises pour les jeunes qui ont payé des stands pour les PME.
« Cet appui nous aide aussi à la préparation de cet événement », a-t-elle signalé, tout en félicitation aussi les sociétés Diago et Grand Moulin pour leur contribution financière.
Le représentant de l’UE, Mateusz PROROK, pour sa part, a indiqué que leur appui aux petites et moyennes entreprises manifeste de leur engagement à soutenir le développement durable au Mali confronté depuis quelques années à de nombreuses crises : changement climatique, la covid-19, l’insécurité…
Selon lui, les PME sont essentielles au développement du pays puisqu’elles permettent de soutenir la croissance en augmentant la balance commerciale. Le Mali a une grande richesse naturelle telle que le soleil, la mangue, le riz, pourvue, selon lui, qu’elle soit le moteur de l’essor des PME afin que celles-ci jouent leur rôle dans le développement du pays.
« Les PME doivent jouer un rôle clair en termes de développement d’un pays. Elles doivent contribuer au redressement social et à la stabilité du pays », a indiqué M. PROROK.
Pour lui, le ‘’Marché made in Mali’’ était un formidable cadre pour permettre aux PME d’exposer et de vendre leurs productions, de créer un réseautage, de partager les expériences, à travers les rencontres qui se sont tenues lors de cette édition.
Par ailleurs, il a évoqué aussi l’appui et le soutien de la délégation de l’UE en faveur de l’autonomisation des femmes, à l’amélioration du climat des affaires qui a constitué à encourager l’investissement des partenaires au Mali.
De son côté, la représentante de la direction nationale des PME, Kadiatou TOURE, a affirmé que malgré que les petites entreprises soient confrontées à des problèmes de financement, d’encadrement, ce secteur a un avenir certain au Mali.
Toutefois, estime-t-elle, il faut le promouvoir, à travers la consommation des produits locaux en vue de valoriser ceux qui sont produits et fabriqués au plan national. C’est l’un des défis du marché à relever, a-t-elle signalé pour maintenir la croissance économique.
En 2018, les PME représentaient plus de 80% du secteur productif du pays, a fait savoir Kadiatou TOURE, contre 2% pour les grandes entreprises.
« A travers cette éditions, nous entendons sensibiliser la population à la consommation des produits locaux gage de la croissance dans le pays », a-t-elle indiqué.
En effet, de plusieurs rapports, il ressort que les producteurs maliens dans divers domaines souffrent du problème d’écoulement de leurs productions.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *