Search
vendredi 20 mai 2022
  • :
  • :

Mauvaise attribution ou véritable scandale ?

Après ATT-bougou et RPM-Bougou va-t-on vers M5-bougou ? Véritable séisme ou tempête dans un verre d’eau ? L’embrasement des réseaux sociaux suite à la publication de la liste de bénéficiaires des logements aura provoqué quelques remous dans le landernau politique et donné quelques frayeurs à quelques institutionnels et affiliés. Mauvaise attribution ou manipulations de fichier pour mettre la Transition dans l’embarras ?
Comment expliquer que les proches du pouvoir sans postuler aient été bénéficiaires ? Comment accepter qu’une administration sérieuse attribue des biens de l’État à des particuliers sans adresse dans un pays où l’homonymie fait légion ? Et qu’en est-il des noms de ministres et des proches ou membres de la famille du Premier ministre ou de barrons du M5-RFP sur la liste des bénéficiaires ? Pour Adama Ben Diarra, la pilule est trop amère pour être ingurgité. Aussi demande-t-il «l’annulation pure et simple de ces attributions frauduleuses… Nous ne pouvons pas combattre la corruption sous les régimes précédents et cautionner les mêmes pratiques dans le Mali Kura.»
L’influent leader de la jeunesse révolutionnaire de la Transition est-il parti vite en besogne en accusant sans vérifier les charges contre le régime de la Transition ? Dénonçant un procès en sorcellerie Abdel Kader MAIGA du M5-RFP supposé comme l’un des bénéficiaires « falaki » d’un logement social recadre le débat : «Je n’ai jamais postulé pour un logement social et personne ne m’a informé ou envoyé une décision d’attribution de logement social…Donc je ne me reconnais dans rien…»
Alors, la question est qui a inséré son nom sur la liste ou qui est cet autre Abdel Kader MAIGA au moment où circule sur les mêmes réseaux une autre liste ?
Face à la polémique stérile, la Coalition pour la Défense du Droit au Logement au nom des « 2 218 bénéficiaires et familles souhaitent toutes les bénédictions du monde à Son Excellence le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’État et au Premier Ministre, Chef du Gouvernement ». Anoter que cette Coalition pour la Défense du Droit au Logement l’attribution de 2022 est différente de celle 2019. « Le chantage, la corruption et l’escroquerie sont finis dans l’attribution des logements sociaux au Mali. Merci beaucoup aux autorités ». C’est votre Facebookan du jour

Bacary Diarra : c’est quoi cette histoire des logements sociaux à laquelle aurait trempée un certain nombre d’autorités de la transition ? Il urge que les autorités de la transition Assimi Goita et Choguel apportent des éclaircissements, s’il s’avère qu’il y a eu abus. Alors, les coupables quel qu’ils soient, devraient en subir les conséquences en se mettant en retrait de la noble et inédite lutte de libération du peuple souverain du Mali… Cette lutte panafricaine est trop importante et cruciale pour le Mali en particulier et l’Afrique en général, pour se laisser ainsi souillée par des pratiques qui ne méritent plus leur place dans le Malikura

Nouhoum SARR : si ce qui se dit sur la distribution des logements sociaux est vrai, l’annulation de cette opération est impérative. Ce n’était pas la raison de notre combat contre l’ancien régime. La corruption et le favoritisme n’ont pas d’avenir dans le projet de renaissance du Mali. Les responsabilités doivent être situées en vue des sanctions.

Lahaou Berthé : franchement, ces genres de comportements font peur. Après tous ces sacrifices, s’il faut que ceux qui sont aux affaires s’adonnent à des pratiques de ce genre, le Mali Koura risque de trop durer avant de voir le jour.

Soumaila B. Coulibaly : j’ai demandé des excuses publiques de la part du premier Ministre Choguel Kokalla MAIGA pour le mouvement démocratique, il ne l’a jamais fait. Je lui demande de rendre les logements sociaux, de présenter des excuses publiques, à défaut, de démissionner. Si c’est la dignité et l’honneur qu’il prétende restaurer. Pour ma part, je ne me rendrai pas demain à la Primature du Mali, mais une lettre de démission va précéder. Rappelez-vous, j’ai dit même à l’actuel ministre garde des sceaux de ne pas emprisonner une personne pour les délits de biens. Mais, hélas, vous oubliez Prométhée ! KRC

Ousmane Abdoulaye Dia : après investigation, je viens de comprendre que la liste des bénéficiaires des logements qui avait été publiée n’était pas la bonne ! Attention aux falsificateurs ! Sur la mauvaise liste on voit le N- 78 est attribué à Daoula Hamada Choguel Maiga alors que sur la bonne liste c’est une autre personne (Boncano Alhousseyni). Regardez par vous-même. Il y a des ennemis intérieurs qui font le jeu des ennemis de l’extérieur pour nuire à nos autorités !

Moustapha Traoré : Non, non ! L’annulation pure et simple est facile. Nous demandons que les responsabilités soient situées et que les juridictions compétentes s’occupent du dossier. Et il faut limoger tous les responsables en attendant la justice.

Moulaye Hamed Niang : il le faut. Moi personnellement je suis à ma troisième tentative sans succès et puis je n’ai pas retiré mon argent parce qu’on nous avait dit qu’ils donneraient la chance à ceux qui n’ont pas retiré leur argent et qu’ils vont tenir compte des anciens récépissés. Même avec tout ça on a rien eu. Quels sont les critères d’attributions ? Le Mali Koura ne rime pas avec ces genres de pratiques.

Boureima Sidibé : avant de se prononcer sur quelque chose, il faut s’assurer de sa véracité d’abord. C’est vraiment dommage que dans ce pays, il est monnaie courante de juger ses concitoyens sur la base des rumeurs. Faites attention, la vie ne se limite pas sur terre. Nous aurons tous des comptes à rendre devant DIEU, inévitablement. A bon entendeur salut !

Youssouf Fane : je ne parle pas du fond, mais je ne vois aucun inconvénient à ce que des citoyens maliens ayant postulés et respectés tous les critères de sélection soient attributaires des logements sociaux même s’ils sont de telle famille ou de tel rang social. Ce n’est pas parce que ton père ou ta mère est Ministre que tu ne dois pas en bénéficier. Nous sommes en train de cultiver la culture de l’invective couplée avec celle de la médiocrité sans le savoir.
Pourquoi ne pas nous plaindre qu’ils ont été à l’école pour l’éducation ou à l’hôpital pour des soins médicaux ?
Le niveau du débat devient de plus en plus bas dans notre pays. Ayons le sens de discernement vis à vis des problèmes posés au lieu d’aller à l’attaque.
Toutefois si les critères ne sont pas respecter, que ces attributions soient purement et simplement annulées, mais pas parce qu’il/ ou elle est de telle famille ou tel rang.
L’Article 2 de la constitution Malienne dit : « Tous les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs. Toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur, la langue, la race, le sexe, la religion et l’opinion politique est prohibée ».

Yaya Sanogo Alias Boua : peu importe ce que les gens pensent. L’obligation pour le pouvoir c’est l’équité, le mérite, la transparence dans la gestion du pouvoir public. Et c’est pour tout ça que les gens se sont révoltés. Donc il ne faut pas refaire les mêmes pratiques combattues. Quand c’est bon, le peuple est reconnaissant. D’où le soutien à nos autorités. Mais attention, pas un soutien aveugle. Ne mélangez rien ici. C’est un constat que les gens décrivent et rien de plus normal que cela.

Mima Mariam Traore : au lieu de lutter pour logement sociaux ‘’blabla’’, attaquez-vous à ceux qui sont à l’organisation de la fonction publique. Car là-bas, c’est le nid de la corruption.

Moussa Nimaga : si tu vois un malien dénoncé la corruption, le favoritisme, le népotisme, le clientélisme… c’est qu’il n’est pas bénéficiaire. C’est dommage que ce système-là continuer pendant longtemps. On ne peut pas combattre un système dans un passé récent et applaudir le même pratique maintenant !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *