Search
mercredi 26 septembre 2018
  • :
  • :

Médias, élections et droits de l’homme: une trentaine de journalistes édifiés

Une session de formation, portant sur le «Rôle des médias dans la promotion des processus électoraux respectueux des droits de l’homme», a ouvert ses portes ce mardi 10 juillet 2018 à l’hôtel Onomo de Bamako. Initiée par le réseau media et droits de l’homme (RMDH), en collaboration avec la Division des Droits de l’Homme et de la Protection de la MINUSMA, cette rencontre a regroupé depuis hier mardi, les représentants d’une trentaine organes de la presse publique et privée.

L’ouverture de la session était présidée par le ministre de l’économie numérique et de la communication, Arouna Modibo TOURE, en présence de son homologue des droits de l’homme, Me Kadidia Sangaré COULIBALY, du représentant du directeur de la Division des Droits de l’Homme et de la Protection de la MINUSMA, Mme Nadine Mballa WILSON, du président du RMDH, Boukary DAOU ainsi que du représentant de la Maison de la presse du Mali, etc.
Mme Nadine Mballa WILSON, représentante de la MINUSMA, a souligné que le thème de cette rencontre de trois jours attire l’attention sur le rôle de l’État, des professionnels des médias et des autres acteurs clés sur l’impact de leurs actions sur les processus électoraux. Une presse libre est, de son avis, essentielle pour garantir la paix et la stabilité, l’Etat de droit ainsi que la protection des droits de l’homme. Pour cela, a-t-elle insisté, la rigueur et le professionnalisme doivent être de mise pour les hommes de médias afin d’éviter tout dérapage ou manquement à l’éthique et à la déontologie des professionnels des médias. «C’est cet impératif qui a amené la MINUSMA à s’associer au RMDH dans l’optique de sensibiliser les professionnels des médias sur les principes internationaux, régionaux et internationaux de protection des droits de l’homme», a-t-elle justifié.
«Votre attitude et votre rôle peuvent en effet influencer positivement ou négativement le processus électoral. Il vous revient donc d’assurer la diffusion d’informations susceptibles de ne pas fausser le jeu électoral», a conseillé Mme Nadine Mballa WILSON.
A travers cette session, il s’agit pour le RMDH et ses partenaires d’encourager les organes des presses, à travers l’élaboration d’une checklist, pour la couverture médiatique du processus électoral selon une approche fondée sur les droits de l’homme afin de renforcer la surveillance et la protection des droits de l’homme pendant et après les échéances électorales à venir. Il s’agit aussi de renforcer les capacités des professionnels des médias sur la question des droits de l’homme dans les processus électoraux.
A l’ouverture des travaux, le ministre Arouna Modibo TOURE, a rappelé que notre pays est dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle pour la réussite de ce scrutin, les médias ont un rôle central à jouer dans la promotion des droits de l’homme. C’est pourquoi, il a invité la presse à s’engager dans la promotion des droits et des libertés durant le processus électoral.
Mais avant, dans son mot de bienvenue, le président du RMDH, Boukary DAOU, non moins directeur de publication du quotidien «Le Républicain», a présenté son organisation «une association apolitique et à but non lucratif » qui a vu le jour le 18 avril 2015, et détient le récépissé n° 0694/G-DB du 20 aout 2015 et qui regroupe des femmes et des hommes de media de la presse écrite et de l’audiovisuelle, des journaux en ligne, de la presse privée et de la presse publique.
Le RMDH, a-t-il fait savoir, vise à former et outiller les journalistes sur des questions de Droits de l’Homme et de justice, à contribuer à la pacification du Mali, à la réconciliation nationale, au renforcement de l’unité et la cohésion nationales à travers l’émergence d’une société sensible et respectueuse des droits.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *