Search
mercredi 14 avril 2021
  • :
  • :

Migration: le plan de renforcement de la sensibilisation

Dans le cadre du Projet ‘’autonomiser les jeunes en Afrique par les médias et la communication’’ de l’UNESCO, un atelier a été organisé à Ségou par l’Agence de communication Arc-en-ciel, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Ledit atelier a été sanctionné par une série de recommandations pour renforcer la sensibilisation et la communication autour de la question migratoire.

Après deux jours de travail, les participants ont proposé entre autres : initier et pérenniser des formations à l’intention des médias sur la question migratoire ; élargir la formation à d’autres journalistes, d’autres régions (Kayes Koulikoro, Kita Bougouni) ; renforcer la capacité des hommes de médias sur la question à tous les niveaux de la pyramide migratoire ; impliquer les médias pour plus d’espace de traitement accordé à la migration ; impliquer les jeunes à toutes les étapes de la Politique nationale de migration (conception, planification, mise en œuvre) ; faire des productions périodiques sur la migration en tenant compte de tous les aspects ; appuyer les productions médiatiques sur la question migratoire ; créer une coordination de journalistes spécialisée sur la question migratoire.
Aussi, cet atelier sera sanctionné par l’élaboration d’un kit d’information en français et traduit en langue nationale Bamanankan.
Rappelons que le projet ‘’autonomiser les Jeunes en Afrique par les Médias et la Communication’’ contribue à améliorer l’accès à l’information de l’opinion malienne, notamment les jeunes, sur les risques et les opportunités liés à la migration à travers un contenu médiatique adapté qui répondrait à l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable.
Selon le Chef de programme de l’UNESCO au Mali, Ali DAO, le phénomène de la migration touche essentiellement les jeunes qui représentent environ 60% de la population africaine.
« Compte tenu des contraintes économiques et parfois des obligations culturelles, une grande partie de cette population jeune fait recours aux migrations internes ou internationales dans l’espoir de réaliser leur rêve d’une vie décente et sûre. Des rêves qui se brisent en chemin, du fait des mésaventures rattachées à la migration irrégulière, encouragées par de fausses informations transmises à ces jeunes », a-t-il souligné.
Le responsable de l’UNESCO s’est dit convaincu que seule l’information juste et adéquate peut permettre à la jeunesse malienne de prendre des décisions éclairées sur la migration. « Cet atelier constitue une opportunité pour les médias de développer leurs capacités pour faciliter l’accès à l’information sur la migration et il est également une opportunité pour les jeunes qui seront habilités, grâce à l’accès à une information de qualité, à prendre des décisions éclairées en matière de migration », a expliqué M. DAO.
Le directeur de cabinet du gouverneur de la région de Ségou, Sinè DEMBELE, a noté que l’émigration est un phénomène qui nécessite une conjugaison des efforts de tous afin de chercher des pistes de solutions idoines.
« Ce phénomène séculaire n’est pas l’apanage d’une zone géographique. Il prend de l’ampleur au fur et à mesure de l’évolution des projets scientifiques et technologiques », a-t-il rappelé.
Aux dires du directeur de cabinet, cet atelier d’échange avec les hommes de médias permettra d’analyser le phénomène migratoire et ses conséquences. « De nos jours, les difficultés constatées viennent de la migration illégale et parfois clandestine. C’est ainsi que des frontières des pays riches se barricadent et nos jeunes se noient dans l’océan, meurent dans le Sahara où se transforment en esclaves sexuels par des passeurs cupides toujours dans l’espoir d’un monde meilleur », a déploré Sinè DEMBELE.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *