Search
samedi 17 avril 2021
  • :
  • :

Mise en œuvre de l’Accord de paix: les efforts du Mali saluées au sommet de l’OCI

À l’ouverture des travaux des réunions préparatoires des Affaires étrangères précédant le 13e sommet de l’Organisation de la coopération islamique qui se tient à Istanbul, en Turquie, le ministre DIOP a fait le point de l’évolution de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix dans notre pays en exposant les résultats significatifs enregistrés.
Partageant les efforts fournis, sous le leadership du Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, la Oumah Islamique a réitéré sa solidarité et son engagement à poursuivre son soutien à notre pays.

Le 13e sommet de l’Organisation de la coopération islamique se tient aujourd’hui et demain à Istanbul, en Turquie.
Les participants à ce sommet doivent prendre des décisions efficaces censées renforcer le rôle de cette organisation sur les plans régional et international. Ils adopteront une perspective décennale comprenant le rétablissement de la sécurité et de la stabilité, la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, le respect des droits de l’homme, le soutien au développement et la diminution de la pauvreté.
Ce sommet, qui aura pour mot d’ordre « la solidarité et la cohérence pour la justice et la sécurité », examinera la situation en Syrie, au Yémen, en Libye, en Afghanistan, en Somalie, au Mali et en Arménie.

Les grands conflits du monde islamique
Il a été précédé par les réunions préparatoires qui se sont tenues, les 10 et 12 avril derniers, au niveau des ministres des Affaires étrangères des pays membres.
Les chefs de diplomatie de la Oummah Islamique ont examiné à cette occasion, les documents finaux qui seront soumis au Sommet de l’OCI. Ces documents concernent la cause de la Palestine, le conflit arabo-israélien, les différends qui secouent le monde islamique et la migration.
Étaient aussi au menu de la rencontre, la situation des communautés locales musulmanes dans les pays non membres de l’OCI et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.
Les ministres se sont penchés également sur les questions de l’islamophobie et de la situation humanitaire dans le monde islamique, ainsi que sur le nouveau Plan décennal de l’OCI : 2015-2025.
Ce plan offre une vision stratégique comprenant les priorités fixées dans nombre de domaines, à l’instar de la paix et de la sécurité, des aspects humanitaires, des droits de l’homme, du renforcement du développement, de la réduction de l’acuité de la pauvreté.
Ces documents englobent également le raffermissement de la coopération tant scientifique dans les secteurs de la santé, de l’enseignement supérieur et de l’environnement entre les États membres de l’OCI, que culturelle et médiatique.
Par ailleurs, les ministres en charge des Affaires étrangères ont examiné la proposition présentée par la République d’Azerbaïdjan, relative à la création d’un Groupe de contact de l’OCI sur la province de Nagorno-Karabakh.
Il en a été de même pour celle avancée par la République d’Indonésie et qui se rapporte à la mise sur pied d’un Groupe de Contact sur la paix et le règlement des conflits, sachant que cette dernière avait déjà été soumise à la 42e session du CMAE, réuni au Koweït, en mai 2015.
Autres problématiques abordées : la situation qui prévaut actuellement en Syrie, au Yémen, en Libye, en Afghanistan, en Somalie, au Jammu et Cachemire et en Bosnie-Herzégovine, tout comme le différend entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.
Outre les conflits et les conditions sécuritaires instables auxquels sont confrontés les pays islamiques, les recommandations et propositions liées à ces questions seront soumises à la Conférence islamique au sommet.
À l’ouverture de la réunion, Abdoulaye DIOP, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration Africaine, s’est adressé à ses pairs, chefs de la diplomatie de la Oummah Islamique.

Plaidoyer du ministre Diop pour le Mali
Dans son allocution, le ministre DIOP a, au nom du Gouvernement, remercié l’OCI, pour sa participation active à la mission de médiation, menée sous la présidence de la République algérienne démocratique et populaire et pour son élan de solidarité envers le pays et souhaité que l’Organisation s’implique davantage, aux côtés de notre pays, dans le cadre de la mise en œuvre de l´Accord pour la paix et la réconciliation.
À cet effet, la Banque Islamique de Développement (BID) a été invitée à jouer un rôle clé pour le financement des grands projets de consolidation de la paix au Mali.
Le ministre DIOP a ensuite fait le point de l’évolution de la mise en œuvre de l’Accord, en exposant les résultats significatifs enregistrés, grâce au leadership avisé du Président de la République, Ibrahim Boubacar KEÏTA, et de son implication personnelle.
Ces résultats, a-t-il fait ressortir, s’étendent à tous les domaines concernés par l’Accord : politique et institutionnel, sécuritaire et de défense, économique et social, humanitaire, de justice et de réconciliation.
Le ministre a relevé que le défi majeur auquel se trouve confronté le Mali et partant, toute la région sahélo-saharienne, réside dans la recrudescence des attaques terroristes.
Ce défi, pour être relevé, nécessite au plan national, la restauration de l’autorité de l’État et le redéploiement des Forces armées sur l’ensemble du territoire national et au niveau sous régional, une approche collective et globale, dans le cadre d’une synergie des actions et des efforts des États et Organisations concernés.
Le Secrétaire général de l’OCI, dans son Rapport d’activités et l’ensemble des autres ministres, ont, dans leurs interventions respectives, salué les efforts du Gouvernement du Mali et se sont engagés à poursuivre leur soutien à notre pays, dans sa marche vers la paix et la réconciliation nationale.
C’est à cette fin que s’est tenue, dans l’après-midi, la 4e session de la Réunion du Groupe de Contact ministériel de l’OCI sur le Mali, avec la participation de la trentaine d’États membres, sous la présidence de la République de Djibouti et en présence du Dr Cheikh Tidiane GADIO, ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal et Envoyé spécial du Secrétaire général de l’OCI, pour le Mali et le Sahel.

Coopération Mali-Turquie
Ce fut une occasion ultime pour la Oumah Islamique de réitérer sa solidarité très forte à l’endroit du MALI, et son engagement, non seulement à poursuivre son soutien, sous toutes ses formes, à notre pays, mais aussi à assurer le plaidoyer de notre cause dans les arènes internationales.
Un rapport, assorti de recommandations fortes à sanctionné ces travaux et sera soumis pour adoption, au 13e Sommet islamique.
En fin de journée, Abdoulaye DIOP, ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale et de l’Intégration africaine a été reçu en audience par son homologue ministre des Affaires étrangères de la République de Turquie, Président du Conseil des ministres de l’OCI.
Leurs entretiens ont porté sur la coopération MALI-TURQUIE et les voies et moyens de la renforcer et de la diversifier, notamment, avec la tenue prochaine à Bamako, des travaux de la Session de la Commission mixte de Coopération.
L’Organisation de la coopération islamique (OCI), appelée Organisation de la conférence islamique jusqu’en 2011, est une organisation intergouvernementale créée le 25 septembre 1969. Son siège se situe à Djeddah en Arabie saoudite et elle possède une délégation permanente aux Nations unies.
Regroupant 57 États membres, sa vocation est de promouvoir la coopération dans les domaines économiques, sociaux, culturels et scientifiques. À l’échelle mondiale, il n’existe pas d’autre organisation confessionnelle dont les membres signataires sont des États.

Par Mohamed D. DIAWARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *