Search
mardi 1 décembre 2020
  • :
  • :

Mise en place du CNT: la clé de répartition et les modalités désignation des membres

Après une longue attente, le Président de la Transition Bah N’DAW vient de se décider de la clé de répartition entre les composantes du Conseil national de la transition (CNT) et de fixer les modalités de désignation de ses membres. Le seul organe de la Transition qui attend d’être opérationnel et pendant les 18 mois, jouera le rôle de l’Assemblée nationale. Les structures concernées ont plus tard aujourd’hui pour donner les noms et la liste définitive sera arrêtée par le vice-président Assimi GOITA.

Un pas vers la formation du Conseil national de la transition (CNT) dont la mise en place a été décidée par la charte de la transition vient d’être franchi. L’organe remplacera l’Assemblée nationale et votera les textes pendant les 18 mois de la période exceptionnelle. En effet, après de longues semaines d’attente, le Président de la Transition, Bah N’DAW, dans un décret signé le 9 novembre a fixé la clé de répartition entre les composantes du Conseil national de la Transition. Cette structure, conformément à la Charte de la transition, doit être constituée de 121 membres.
Sans surprise, suivant la clé de répartition, ce sont les militaires qui occupent plus de sièges que les autres composantes avec 22 représentants. Le reste des sièges est réparti comme suit : 11représentants des partis et regroupements politiques ; 9 représentants des organisations de la société civile ; 8 représentants du M5 ; 8 représentants des ordres professionnels ; 7 représentants des syndicats libres et autonomes ; 6 représentants des Maliens établis à l’extérieur ; 5 représentants des mouvements signataires de l’Accord pour la paix ; 5 représentants des autorités traditionnelles ; 5 représentants des chambres consulaires; 5 représentants des faîtières des arts et de la culture ; 4 représentants des groupements de femmes ; 4 représentants des groupements de jeunes ; 4 représentants des mouvements de l’inclusivité ; 4 représentants des centrales syndicales ; 4 représentants des faîtières de la presse ; 4 représentants des organisations de défense des droits de l’homme ; 3 représentants des confessions religieuses ; 3 représentants des personnes vivant avec un handicap.
Cette répartition s’oppose à la position affichée par de nombreux hommes politiques et des acteurs, dont le M5-RFP. En effet, après avoir échoué à présider la Transition et d’être à la tête de la Primature, les contestataires demandent la présidence du CNT et le quart des membres de ladite structure. Certains redoutaient également la surreprésentation des militaires au sein de l’Assemblée nationale. Ils soutiennent que les militaires ont mieux à faire dans la protection et la sécurité du pays que le débat sur les réformes politiques notamment.
Dans un autre décret signé le même jour, le Président Bah N’DAW précise les modalités de désignation des membres du Conseil national de la transition. Et pour la formation du CNT, il décharge sur le vice-président Assimi GOITA qui aura la responsabilité d’arrêter la liste des membres de la future Assemblée nationale. Ils seront choisis par GOITA parmi le double du quota attribué à chaque composante sous peine d’irrecevabilité.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *