Search
samedi 19 juin 2021
  • :
  • :

Mme SIidibé Dédéou SG/CDTM:

Confrontée à des accusations qu’elle juge diffamatoires de rouler contre les intérêts des travailleurs, Mme SIDIBÉ Dédéou, Secrétaire générale de la CDTM, entend donner de la répartie. Ce, nonobstant son souci de préservation du climat social et des relations familiales qui règnent au sein de sa boîte l’INPS. Tout en brandissant la menace d’user des moyens de droit, elle défie ses détracteurs d’apporter la preuve d’être la raison du blocage du processus d’octroi des 20% aux travailleurs dans le cadre du dialogue social, du paiement du 13e mois pour lequel elle s’est d’ailleurs battue et s’étonne du silence général sur les intéressements individuels. Pour cette battante, le vrai combat est ailleurs et devrait porter sur la remise en cause des acquis consacrés par leur accord d’établissement. Elle égrène représentation du personnel au CA ; l’arrêt du paiement de la ristourne AMO. Face à tant de priorités, elle exhorte ses camarades à se focaliser sur l’essentiel. Lisez sa réaction.

Chers camarades
Chers collègues
Il n’est pas courant dans mes habitudes de parler ou d’écrire à votre attention en dehors du cadre légal dédié aux travailleurs, à savoir les assemblées générales d’échanges et du cadre formel du dialogue social mis en place par les partenaires sociaux.
Cependant, je suis obligée de m’exprimer aujourd’hui malgré moi pour apporter un démenti formel aux rumeurs. Pour ce qui est des écrits, j’userai des moyens de droit contre les propos diffamatoires dictés par une haine viscérale qui est née depuis 2 décennies dans le cadre de l’exercice de mes fonctions.
Des rumeurs persistantes sont nourries depuis un certain temps au sein de notre service m’accusant à tort d’être opposée aux intérêts des travailleurs (donc contre mes propres intérêts).
Ces allégations n’ont nullement affecté ma personne les ayant mises tout simplement au compte des règlements de compte dont je fais l’objet de la part de ceux qui sont chargés de me combattre.
Ensuite, je me disais que me mettre à répliquer à des propos calomnieux ne contribuerait qu’à détériorer le climat social et nos relations plus que familiales, sans quoi ce n’est ni par peur ni crainte quelconque des collègues dont les actes de dénigrement et accusations remontent à 2002 (Dieu est témoin).
Pour ce qui est de nos droits dont il est question, notamment les 20% dans le cadre du dialogue social, la Directrice Générale a reçu les trois syndicats pour convenir des modalités d’application.
Les représentants de la section UNTM, lors de la rencontre entre syndicalistes, ont informé que leur hiérarchie leur a formellement instruit de négocier seuls avec la direction. Ce que la CSTM et la CDTM ont accepté pour permettre de négocier rapidement.
1-Je défie quiconque, syndicats ou Direction, d’apporter les preuves que moi et mes mandants se sont opposé ou ont bloqué le processus d’octroi des 20% aux travailleurs.
2-Qui sont nos interlocuteurs qui détiennent les preuves que nous avons bloqué le paiement du 13e mois que nous avons négocié et qui est un acquis depuis 2014 ?
Pour ce point, j’étais la première personne à approcher la Directrice générale pour lui demander dans quelle mesure ce droit qui est une coutume de l’entreprise peut être payé sans l’avis du conseil d’administration.
3-Les intéressements individuels. Depuis presque un an, je n’ai pas entendu de plainte de qui que ce soit à la suite de la note circulaire signée par la Directrice.
4- Il y a à mon avis des points essentiels concernant le personnel soulevés par les 4 rapports d’audit dont celui de la CIPRES qui remettent en cause nos acquis consacrés par notre accord d’établissement et c’est la priorité que nous devrions défendre.
Exemple : la prime d’ancienneté que j’ai défendue et remise en place, car j’ai siégé dans la commission et je connais l’historique de cette prime comme toutes les autres d’ailleurs.
Le goulot d’étranglement et le blocage pour nous mettre dans nos droits sont le fait que le projet de budget 2021 intègre la prise en charge financière de la société des 20% et des rappels. Par conséquent le budget doit être soumis au CA pour adoption.
Le décret de nomination des administrateurs est retardé par la désignation du représentant du personnel.
Cette désignation est retardée encore une fois par nos camarades de l’UNTM qui disent toujours se référer à une hiérarchie syndicale comme si l’INPS est sous la tutelle d’une organisation qui ne peut et ne doit en aucun cas interférer dans nos affaires internes.
La représentation du personnel au CA est un droit acquis depuis la création de l’INPS et nous n’accepterons pas de perdre cet acquis vital qui nous permet de défendre et les travailleurs et l’INPS au sein du CA.
5 – La ristourne AMO a cessé d’être payée sur RECOMMANDATION de la CIPRES et on le défendra devant le CA
Nous CSTM et CDTM avons interpellé la direction générale pour convoquer l’assemblée générale de désignation du représentant du personnel dans les meilleurs délais.
Focalisons-nous sur l’essentiel et l’avenir de notre institution au lieu de nous laisser instrumentaliser au profit d’autres.
Je ne souhaite pas que les sacrifices consentis par nos devanciers et nous-mêmes soient réduits à néant même si je dois payer de ma personne.
Je n’en veux à qui que ce soit, mais je ne peux me laisser vilipender pour des raisons inavouées éternellement.
Je n’aime pas parler par souci de n’offenser et si c’est le cas j’en suis désolée.
Qu’Allah swt veille sur nous tous et nous guide dans le droit chemin. Amine
Mme SIDIBÉ Dédéou SG/CDTM, Section INPS




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *