Search
samedi 17 avril 2021
  • :
  • :

Mots por maux: qui conseille l’Imam Dicko ?

Décris comme un fin stratège, un politique avisé, un leader éclairé, l’Imam Dicko continue d’enchaîner les erreurs politiques et médiatiques.
La première erreur de l’Imam a été la manière dont il a laissé le M5 s’effriter sous ses yeux. Bis repetita, il en a fait de même avec la CMAS. Ces deux formations étaient des formidables armes politiques qu’il aurait pu exploiter autrement… En agissant de la sorte, l’Imam a perdu beaucoup de pions politiques majeurs: des caciques de la classe politique aux jeunes émergents (Imam Diarra, Kaou Djim et autres). Autant le M5 se nourrissait de Dicko, autant Dicko se nourrissait du M5, politiquement bien sûr!
Aujourd’hui, c’est un Imam retranché qui essaie de reprendre du poids politique et public au moment où il suscite la méfiance des nouvelles autorités. Une autre erreur a été de prendre ses distances avec le Chérif de Nioro qui a toujours été son allié de taille.
L’Imam n’est pas seul, il a certes du monde avec lui, mais c’est son pré carré composé de ses fidèles et qui n’ont pas forcément un poids politique conséquent. Il tente en vain de rapprocher ses anciens alliés, sans succès pour le moment! Entre l’Imam et le grand public, celui des autres organes du M5, c’est désormais la méfiance.
Les dernières tentatives de l’Imam de rebondir sur la scène politico-médiatique ont toutes été vaines pour le moment. Le Manifeste qui se voulait être rassembleur n’a pas eu l’effet escompté. Les autres sorties médiatiques n’ont fait qu’élargir le fossé entre lui et les autorités de transition qui étaient jusqu’alors ses alliés.
Le prix décerné par une organisation obscure a plus créé des polémiques que des réelles retombées Politiques.
Enfin, pour une dernière sortie, un centre pour la paix au Sahel. Une énième initiative qui vient rallonger les milliers de dynamiques au Sahel en plus des G5 Sahel et de ces centaines d’organisations tout acabit.
Au moment où les Maliens s’attendaient à voir l’Imam sur le terrain, au Centre et au Nord du pays pour apaiser les différentes crises, il joue le même jeu auquel jouaient nos politiques: c’est-à-dire se décorer sur un pays qui brûle; inaugurer des initiatives déjà existantes et qui ont des bilans plutôt mitigés…
C’est vraiment à se demander qui conseille l’Imam ?

M. ASSORY




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *