Search
jeudi 26 avril 2018
  • :
  • :

Mouvement ‘’Kèmè Kèmè’’: pour un soutien concret aux Fama

En soutien aux Forces armées maliennes et de sécurité, un Mouvement dénommé ‘’Kèmè Kèmè’’ vient d’être porté sur les fonts baptismaux. En conférence de presse, samedi dernier, à la Maison de la presse, ses responsables en ont fait une large présentation. De quoi s’agit-il ?

Selon le président, Abdou Rahamani FOFAMA, le Mouvement ‘’Kèmè Kèmè’’ est une association apolitique créée pour améliorer les conditions de vie et de travail de nos Forces armées et de sécurité ; assister les familles des soldats tombés sur les théâtres d’opérations ; apporter un soutien matériel et moral aux blessés de guerre ; passer dans les casernes pour rencontrer les Forces armées et de sécurité en vue de recenser leurs difficultés quotidiennes pour proposer des solutions, avant leur prise en charge par les autorités compétentes ; accompagner les Forces armées et de sécurité dans leurs démarches administratives par rapport à leur situation de prise en charge par les services compétents ; informer et sensibiliser les Maliens pour qu’ils sachent réellement les conditions de vie et de travail de nos Forces armées et de sécurité pour un soutien sans faille ; faire des campagne de sensibilisation pour mieux expliquer la raison et les attentes du Mouvement ‘’Kèmè Kèmè’’ ; renforcer le moral de nos Forces armées et de sécurité.
Le présent projet aura pour zone d’intervention, a-t-on fait savoir, l’ensemble du territoire national.
Quant à sa durée d’exécution, selon le président Abdou Rahamani FOFANA, ce sera toute l’année 2018. Elle pourrait s’étendre au-delà, a-t-il indiqué, si toutes les attentes de l’Association ne sont pas comblées cette année.
M. FOFANA précise que l’Association est composée d’hommes et de femmes de divers horizons (Société civile ; Partis politiques ; Cadres de l’administration d’Etat).
L’Association, à en croire son premier responsable, n’entend pas évoluer en vase clos. C’est pourquoi, elle est ouverte à toute relation de partenariat avec toute organisation, qu’elle soit politique ou apolitique, œuvrant dans le sens de la valorisation et du soutien aux Forces armées et de sécurité et leur accompagnement dans leur mission régalienne de défense et de sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue du territoire national.
Pour parvenir à ses fins, le Mouvement envisage évoluer sur trois registres :
Le premier consiste à lancer une campagne de collecte de fonds auprès de toutes les personnes de bonne volonté consistant à cotiser au moins 500 FCFA pour soutenir les actions d’assistance des FAMA. Ce montant étant forfaitaire, le Mouvement sollicite des dons en nature ou en espèces.
La deuxième registre, a fait savoir M. FOFANA, consistera en l’organisation de concerts géants caritatifs uniquement avec des artistes maliens dont les bénéfices contribueront à faire face aux difficultés des FAMA. Le programme de ces concerts sera détaillé et exécuté en fonction de l’accompagnement des sponsors.
Sur le troisième registre, a indiqué le président de l’Association, il est prévu la formation professionnelle des femmes (veuves et mariées) de militaires pour leur insertion dans la vie socio-professionnelle, en vue de leur autonomisation. Toute chose qui leur permettra de se prendre en charge et de pérenniser les acquis en termes de revenus.
Les résultats escomptés par l’Association, selon son président Abdou Rahamani FOFANA, sont : une donation de 5 millions de Maliens qui auront contribué, représentant 2,5 milliards de FCFA ; une assistance aux Forces armées et de sécurité ; les familles des militaires morts ou les blessés bénéficieront de soins avant leur prise en charge par les services compétents de l’Etat.
A noter que l’adhésion à l’Association est libre et volontaire pour toute personne soucieuse des conditions difficiles dans lesquelles opèrent nos éléments des Forces armées et de sécurité, pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens.
La présente initiative mériterait un accueil enthousiaste de nos compatriotes, d’autant plus que les FAMA, outre leurs difficiles conditions de travail, sont de plus en plus la cible d’accusations faciles d’organisations de défense des droits de l’homme avec, malheureusement, leurs suppôts maliens.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *