Search
dimanche 19 septembre 2021
  • :
  • :

Mutinerie à Boni: qu’est-ce qui s’est passé ?

Le chef d’état-major général adjoint des armées et le Directeur général adjoint de la Gendarmerie ont été momentanément retenus par la troupe à Boni. Après plusieurs heures de pourparlers, les officiers ont été autorisés à regagner Sévaré par hélicoptère. Que s’est-il passé ?

Ce samedi 21 août 21, à Boni, le chef d’état-major général adjoint des armées et le Directeur général adjoint de la Gendarmerie étaient en mission de terrain auprès de la troupe. L’Objectif de cette mission de la hiérarchie était de présenter ses condoléances, suite à l’attaque terroriste de jeudi dernier et voir comment allait le moral de la troupe.
Les Chefs militaires qui étaient allés en hélicoptère pour cette mission ont été retenus, pour ne pas dire pris en otage, par les hommes survoltés sur place qui voulaient les obliger à retourner en faisant le trajet Boni-Sévaré par véhicule pour s’imprégner les réalités du terrain.
Après plusieurs heures de conciliabules, apprend-on, un compromis a été trouvé entre la troupe et les officiers missionnaires. La délégation a pu quitter Boni par l’hélicoptère vers 17h10 minutes pour regagner Sévaré ! Comme quoi : tout est bien qui finit bien !
Les officiers ont garanti l’arrivée d’un renfort ainsi que des armes lourdes et des munitions dans le camp de Boni, compte tenu de la situation de terrain et leurs effectifs insuffisants.
Ils auraient promis aux Gendarmes dont la relève se faisait attendre que la relève sera arrivera dans le plus bref délai et ceux qui sont sur place à Boni retourneront à Douentza
La médiation aurait permis le relâchement des officiers qui ne sont plus retournés par la route.
Selon des sources crédibles, la médiation aurait été menée par le capitaine Sidi BAGAYOGO chef de poste de Boni.
Mais, des militaires stationnés à Boni dont les propos ont été relayés sur les réseaux sociaux, disent qu’ils ne séquestrent aucun officier. Ils les avaient empêchés de prendre l’avion, ils voulaient qu’ils fassent la route ensemble, mais la médiation a permis d’empêcher cela et permis de prendre en compte leurs doléances. Toutefois leur présence au camp s’explique par des conditions atmosphériques non propices à l’atterrissage d’un avion à Boni, font-ils savoir. Aussi, la mission de terrain des officiers a dû passer la nuit au camp avec la troupe, mais dans le calme et la discipline.
Donc c’est sans aucun incident que les officiers ont embarqué à bord de l’hélicoptère venu les chercher hier matin à première heure. Selon plusieurs informations, les hauts gradés de l’armée sont arrivés sains et saufs, hier matin à 08 h 30 minutes, à l’aéroport Sévaré à bord de l’hélicoptère provenance Boni.
Cette délégation de hauts gradés de l’armée était composée de : Colonel Major Sambou Minkoro DIAKITE, DG-GRM ; Col Mahamadou Siné DOUCOURE, Cdt région GRM-Mopti ; Col Moustapha SANGARE, Chef de corps RCP, Colonel Makan Alassane DIARRA, Com-Théâtre PCAT, Col-Major Claude COULIBALY, CEM-GA par intérim.
Ainsi prend fin la crise de confiance entre les soldats en poste à Boni et leurs chefs.
Rappelons que le bilan de l’embuscade contre un convoi de l’armée, ce jeudi 19 août, à Boni dans le centre du Mali, avait été revu à la hausse vendredi et porté à 15 morts et plusieurs blessés. Selon un communiqué de la DIRPA, 15 de nos soldats avaient été tués et 34 blessés, 10 dix grièvement, au cours d’une embuscade imputée aux jihadistes ce jeudi dans la région de Mopti.
Rappelons que le “convoi est tombé dans une embuscade ce 19 août 2021 en fin de matinée. Un véhicule piégé a d’abord explosé, suivi de tirs intenses”. Selon une source militaire, parmi les 15 victimes, il y a 13 Gendarmes et 2 éléments de l’Armée de terre
Les terroristes ont emporté une dizaine de véhicules dont 2 équipés de mitrailleuses de 12,7 mm”.
Pour Rappel, dix soldats maliens avaient ainsi été tués en février dans l’attaque du poste de Boni.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *