Search
mercredi 25 mai 2022
  • :
  • :

Non-reconnaissance des autorités: Yelema et l’Adema s’opposent

Le parti Yelema et l’Adema PASJ se sont désolidarisés des résolutions du séminaire du Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une Transition réussie, dont ils sont membres. En clair, ils s’opposent à la non-reconnaissance des autorités au-delà 25 mars prochain. 

La prise de position radicale du Cadre envers les nouvelles autorités menace la cohésion et l’unité au sein de ce regroupement politique. En effet, la semaine dernière, ce front a tenu un séminaire ayant été sanctionné par des résolutions. Parmi lesquelles, la non-reconnaissance des nouvelles autorités au-delà du 25 mars, la mise en place d’un nouveau gouvernement avec à sa tête un Premier ministre neutre, etc.

Ces deux partis majeurs de ce regroupement ont fait des communiqués pour se désolidariser de cette position jugée extrémiste.  Il s’agit de Yelema et de l’Adema PASJ.

Ainsi, dans son communiqué publié ce mercredi 16 février, le parti Yelema informe l’opinion que, conformément à son règlement intérieur, seul le Directoire du Cadre est compétent pour prendre des décisions l’engageant. Par conséquent le contenu desdites conclusions n’ayant pas été soumis à l’appréciation du directoire ne saurait engager le parti.

« Le parti Yelema se désolidarise entièrement de cette déclaration et en conséquence de la décision de non-reconnaissance des autorités de transition à partir du 25 mars et invite les uns et les autres à demeurer avec l’esprit de mesure et de responsabilité ayant toujours sous-tendu les actions du Cadre dont l’objectif principal demeure la réussite de la transition pour le bonheur du peuple du Mali », déclare le communiqué du parti.

Yelema a tenu également à réaffirmer qu’il « ne perdra jamais de vu ses idéaux et l’objectif de son combat qui reste et demeure le progrès et la justice pour tous et qu’il ne s’engagera dans aucune démarche qui n’aura pour finalité la sauvegarde des intérêts du Mali et des Maliens partout et en tout temps ».

Idem pour l’Adema PASJ qui ne partage pas également la position du Cadre, dont il est l’un des fondateurs. Profitant de sa rencontre avec une délégation du Cadre le lundi 14 février 2022, a dit rappeler le regroupement politique « à abandonner toute posture radicale et extrémiste dont 1a non-reconnaissance des Autorités en place dès le 25 mars 2022 et à inscrire ses actions dans le cadre du dialogue et de la concertation, gage de l’apaisement social et de la viabilité du pays ».

Face à la situation très difficile dans le pays, l’Adema-PASJ exhorté les responsables du Cadre à l’union sacrée autour du Mali et à se joindre à sa nouvelle dynamique en cours pour proposer des réponses concrètes et réalistes pour une sortie heureuse de la crise multidimensionnelle qui secoue notre pays.

Enfin, le parti, à cette occasion, a réitéré son soutien sincère et responsable aux autorités de la Transition et les exhorte à privilégier le dialogue tant avec les acteurs sociopolitiques nationaux qu’avec l’ensemble des partenaires bilatéraux et multilatéraux du Mali en vue de mettre rapidement fin aux sanctions injustes et insupportables infligées à notre pays.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *