Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Pour non-respect des quotas: les femmes battent le pavé

Suite à la nomination des membres du gouvernement, les femmes du Mali, réunies au sein de différentes associations et groupements, estiment qu’elles sont lésées dans leurs droist. Et pour cause, le nouveau gouvernement de la Transition ne compte que 4 femmes, sur 25 membres, soit 16%. Ce qui viole d’une manière notoire la Loi n°2015-052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives. Elles ont battu le pavé hier de la Place de l’indépendance à la Primature. Cette marche était organisée par la plateforme des femmes leaders du Mali, avec à sa tête Mme TRAORE Nana SISSAKO, vice-présidente dudit regroupement.

Elles étaient quelques dizaines d’anciennes ministres, parlementaires, de responsables de groupements, d’associations et de représentantes des femmes des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation à manifester leur déception face au non-respect de la Loi 2015-052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives. Sur les pancartes on pouvait lire : ‘’oui au respect strict de la loi 2015-052 du 18 décembre’’. Tout au long du trajet, les femmes scandaient des slogans réclamant le respect des droits des femmes.
A la Primature, les responsables de la plateforme ont été accueillies par le Premier ministre Moctar OUANE, en présence de Mme la ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. Il s’agissait de recevoir des mains des manifestantes une lettre ouverte adressée au Président de la Transition le Colonel-major à la retraite Bah N’DAW.
Après les salutations d’usage, le Premier Ministre s’est réjoui de rencontrer ces femmes leaders. C’est la vice-présidente de la plateforme qui a lu le contenu de cette lettre au Premier ministre. D’entrée de jeu, Mme TRAORE n’a pas caché sa déception aux plus hautes autorités pour les avoir marginalisées en formant le gouvernement de transition en leur réservant la portion congrue.
Dans ladite lettre, les femmes du Mali se disent inquiètes de la tournure des choses envers les femmes et appellent le Président de la Transition au respect de l’équité. ‘’Nous attirons votre attention sur l’impérieuse nécessité d’assurer l’équité et I’inclusivité dans les clés de répartition afin que par rapport aux différents secteurs, que des acteurs ne soient ni surreprésentés ni sous représentés pour des raisons non validées au cours des consultations sur l’architecture de la Transition ou par les lois. Nous Femmes du Mali constituons non seulement un maillon essentiel de ce pays, mais aussi plus de 51 % de la population active, nous vous rassurons que nous ne ménagerons aucun effort pour laisser à nos enfants un Mali de paix, un Mali unifié, un Mali émergeant où il fera bon vivre’’, ainsi libellé dans la lettre.
Elles lui ont à cet effet rappelé que notre pays est signataire des engagements internationaux en faveur des femmes. ‘’En vous rappelant tous les engagements internationaux souscrits par le MALI, et au regard de tous les combats que nous Femmes Maliennes avons eu à mener pour le vote et la promulgation du décret d’application de la loi 2015-052 du 18 décembre 2015, souhaitons qu’un correctif soit apporté aux nominations faites à ce jour et que la Loi soit appliquée dans toute sa rigueur pour toutes celles à venir’’, a-t-elle lu dans la lettre.
Autant de recommandations et de suggestions aux plus hautes autorités pour l’application stricte de cette loi.
Après la remise officielle de la lettre ouverte par Mme MAIGA Sina DAMBA, le Premier ministre a souhaité leur répondre hors micros des journalistes. Et après rien n’a infiltré des échanges avec le Premier, nonobstant les promesses faites par les femmes de faire une restitution de ce qui en ressortirait.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *