Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

Nouveau gouvernement: ce que le Parena conseille

DÉCLARATION DU PARENA SUR LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

En sa session ordinaire du lundi 12 janvier 2015, le Comité Directeur du Parena a apprécié la situation nationale, marquée par la démission du Premier ministre Moussa Mara le 08 janvier. Cette démission a mis fin à neuf mois d’aventurisme pendant lesquels le Mali a perdu le contrôle de la quasi-totalité du Nord. Les efforts de reconstruction, de re-motivation et de re-mobilisation de l’armée ont été sapés. Des scandales financiers d’une ampleur jamais égalée dans notre pays ont éclaboussé le leadership malien pendant la même période.
Monsieur Modibo Keita a été chargé de former un nouveau Gouvernement censé donner un nouveau souffle au mandat du Président. Le Parena salue la rencontre du nouveau Premier ministre, à son initiative, avec la classe politique, contrairement à son prédécesseur qui l’a traitée avec mépris.
Le nouveau Premier ministre est le 3ème chef de gouvernement nommé par le président de la République en 16 mois!
Cette instabilité primatoriale et gouvernementale est la manifestation d’une absence de vision au plus haut sommet de l’État. Elle est symptomatique d’une profonde crise politique dans laquelle le pays patauge. Enfin, elle soulève de graves questions sur l’autorité de nomination des premiers ministres successifs.
Dans ces circonstances difficiles, le salut du pays réside en:
l’élaboration, à la suite de concertations,  d’une feuille de route pour sauver le pays,  le desserrement de l’étau de la famille du Président sur les institutions et l’appareil d’État.
À l’instar du peuple malien, nous jugerons le nouveau Premier ministre et le gouvernement formé le 10 janvier en leurs capacités à:

– endiguer la dégradation continue de la situation au Nord et l’insécurité grandissante dans les villes et dans les campagnes,

– à reprendre le contrôle du processus de sortie de crise afin que le Mali cesse d’être spectateur de son destin, à négocier, dans le cadre du dialogue inter-malien, un compromis qui préserve la Nation, la cohésion et la stabilité du pays.
– traduire devant la justice tous ceux qui sont impliqués dans les malversations financières à l’occasion de l’achat du 2ème avion présidentiel et de fournitures à l’armée,
– faire toute la lumière sur les événements tragiques des 17 et 21 mai 2014 qui ont conduit à la partition de fait du territoire malien, notamment en rendant publiques les conclusions de l’enquête parlementaire y afférente,
– alléger les souffrances des ménages et améliorer les conditions de vie du peuple,
– renforcer la confiance des Maliens en leur pays et en ses institutions par une lutte efficace contre la corruption et une bonne administration de la justice.

Bamako, le 12 Janvier 2015

P/ Le Comité Directeur
Le Secrétaire Général

Djiguiba KEITA/PPR




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *