Search
jeudi 3 décembre 2020
  • :
  • :

Observation des élections législatives: la COCEM briefe les universitaires

Avant de finaliser son rapport sur les observations des élections législatives 2020, les membres de la Coalisation pour l’observation citoyenne des élections au Mali (COCEM) ont organisé un atelier d’échanges sur les recommandations de l’observation des élections législatives avec les universitaires-experts. La cérémonie d’ouverture a eu lieu, ce mercredi 21 octobre 2020, à l’hôtel Maeva Palace, présidée par Drissa Traoré, président de la COCEM en présence du représentant du Directeur national démocratique Institue (NDI) ; de Représentante de la coopération suisse ; des universitairesexperts ainsi que les autres membres de la COCEM.

L’objectif de cet espace d’échanges selon les initiateurs, était d’évaluer le niveau d’acceptabilité et de prise en compte des recommandations issues du rapport final d’observation des élections législatives de 2020 en vue de faire du plaidoyer en faveur des reformes électorales et institutionnelles.
À la cérémonie d’ouverture, Drissa Traoré, président de la Coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali a fait savoir que cet atelier permet de discuter avec les universitairesexperts autour des recommandations que la COCEM souhaiterait formuler dans son rapport final d’observation des élections législatives.
Au nom de sa coalition, le président Traoré dira qu’il était indispensable non seulement d’observer les élections, mais aussi de faire un primordial pour partager les constats issus de cette observation.
Il était surtout pertinent selon le Président de la COCEM, de formuler des recommandations concrètes à l’endroit des décideurs pour corriger les insuffisances que la COCEM avait constatées avant d’entamer un nouveau processus électoral. C’est la raison pour laquelle les universités-experts, en dehors de leurs universités, avaient été sollicités par la CODEM pour discuter autour de ces recommandations qui pourraient permettre au Mali, d’entamer les reformes électorales et constitutionnelles avant les prochaines élections.
Le président Drissa Traoré a rappelé certaines recommandations phares de la COCEM. Il s’agissait pour la COCEM, d’aller vers des réformes qui vont prendre en compte la légalisation de la publication des résultats, bureau de vote par bureau de vote. Ensuite, M. Traore a également fait savoir que son organisation avait souhaité qu’il y ait un organe unique pérenne et indépendant de gestion des élections. Parce que selon lui, il y a une pléthore d’organes intervenant au Mali dans le cadre de l’organisation et la gestion des élections.
Aussi, la COCEM envisage-t-elle une révision de la gestion du contentieux électoral qui revient aujourd’hui à la seule Cour Constitutionnelle qui a été beaucoup décriée lors de la proclamation des résultats des dernières élections législatives. La COCEM propose la baisse et les attributions de la Cour Constitutionnelle. Selon le Président Drissa Traoré, cette revue pourrait passer par la mise en place d’une juridiction intermédiaire qui pourrait connaitre en premier ressort, le contentieux électoral ou alternativement. Il pourrait s’agir d’octroyer d’une attribution supplémentaire à l’organe unique de gestion des élections. Pour lui, cet organe unique sera mis en place pour que les résultats des élections aient une valeur juridique.
Par ailleurs, le président de la COCEM a soutenu qu’il a aussi fait des recommandations qui ne nécessitent pas forcement des réformes, mais surtout de changement de pratique et de comportement des uns et des autres. Par exemple, il a cité la campagne électorale dans les lieux de Cultes. Le PrésidentTraoré a déploré qu’il soit constaté que certains candidats ont fait des campagnes dans les lieux de Cultes. Toute chose qui est interdite par la loi électorale.
Pour terminer, le président de la COCEM, Drissa Traoré, a informé que son organisation avait observé les deux tours des élections législatives 2020 au Mali, à travers notamment le recrutement, la formation et le déploiement de 1660 observateurs dont 1500 observateurs fixes au Premier tour et 1450 dont 1316 observateurs fixes au second tour.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *