Search
samedi 24 juin 2017
  • :
  • :

Octobre: rapports sur les affaires

Tandis que le Mali pleure la mort d’intrépides guerriers tchadiens venus à la rescousse de notre pays, le Minusma essuie l’attaque la plus meurtrière contre elle depuis son déploiement : neuf autres braves casques bleus du contingent nigériens ont été tués lors d’une attaque terroriste vers Indelimane, sur l’axe Ménaka-Ansongo.

En dépit des 30 tués et 90 autres blessés dans ses rangs, la force internationale, et les pays contributeurs, notamment le Tchad, le Niger et Sénégal sont plus que jamais déterminés à rester aux cotés de notre pays dans la lutte contre le terrorisme.

Alors que ce regain de terrorisme incite François Hollande qui avait basculé Serval vers Barkhane à instruire les forces françaises de poursuivre la traque des groupes armés terroristes responsables des attaques «meurtrières» contre les unités de la mission des Nations Unies au nord de notre pays, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le Groupe d’autodéfense touareg Imrad et alliés (Gatia), s’affrontent à N’Tillilte, à la veille de la reprise des pourparlers d’Alger devant aboutir à un accord de paix global et inclusif. Après ces affrontements, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) mettent en place d’une «coordination militaire.

A la mi octobre, jusqu’ici épargné miraculeusement par la « maladie venue de Guinée », notre pays enregistre son premier vrai cas suspect d’Ebola. Il s’agit, selon le ministère de la Santé, d’une fillette de 2 ans (Fanta Condé) venue de la ville guinéenne de Kissidougou avec sa grand-mère, admise à l’Hôpital Fousseyni Daou de Kayes, testée positive après analyse de son prélèvement sanguin.

Le Mali est désormais touché par le virus. Des dispositions s’imposent : quarantaine pour toutes les personnes qui ont eu un contact avec elle de Bamako à Kayes et campagne de sensibilisation. Les autorités sanitaires ont réagi vite et dans les normes requises. Mais il faut attendre les délais d’incubation. En attendant d’y voir clair, la Mauritanie décide de la fermeture des tous les points de passage terrestres situés sur la frontière avec notre pays.

C’est dans ce contexte de peur naissante que la rumeur d’un nouveau cas d’Ebola a circulé à Bamako au sujet d’un garçon de 7 ans dans le quartier de Badalabougou qui s’avèrera finalement un cas de paludisme aigue.

Entre temps, le gouvernement adopte le projet de loi portant budget de l’Etat du Mali pour 2015 qui prévoit des ressources de 1 714 milliards 532 millions de FCFA et des dépenses de 1 785 milliards 452 millions de FCFA de recettes pour un déficit prévisionnel de 70 milliards 920 millions de FCFA et un projet de décret portant sur la deuxième prorogation des mandats des collectivités locales pour une durée de six mois et entrant en vigueur à compter du 27 octobre 2014, avant d’annoncer à grand coup de publicité la tenue «dans les semaines à venir» de plusieurs procès, dans le cadre de la lutte contre la corruption.

De nouveau, les autorités mauritaniennes ont renforcé les mesures de prévention pour faire face à toute éventualité liée à la prolifération du virus Ebola dans la sous-région.

Mais octobre 2014 restera surtout dominé par la publication du rapport d’audit du Bureau du Vérificateur général. Si le rapport de la Cour suprême n’a pas fait trop de vagues, celui de BVG tiendra en haleine l’opinion malienne durant des semaines. Pour cause ! Le rapport met en évidence, dans l’acquisition d’un aéronef présidentiel et la fourniture d’équipements militaires, des irrégularités financières s’élevant à plus de 28 milliards FCFA, dont plus de 12 milliards FCFA au titre de la fraude. Le rapport du vérificateur général indique aussi que le prix de l’aéronef s’élève à 18,9 milliards FCFA, et la fourniture aux Forces armées maliennes de matériels, de véhicules et de pièces de rechange à 69, 1 milliards FCFA.

Mais par dessus tout, le BVG dans ses conclusions qui feront mal au régime suggère la : « dénonciation des faits au Procureur de la République par le Vérificateur général relativement:

– au détournement et complicité de détournement de fonds publics par l’engagement irrégulier des finances publiques ;

– à l’utilisation frauduleuse et au détournement de deniers publics d’un montant de 9 350 120 750 FCFA ;

– au délit de favoritisme ;

– au faux et usage de faux ;

– au trafic d’influence ;

– aux fraudes fiscales portant sur le non-paiement des droits d’enregistrement et des redevances de régulation, en l’absence de toute autorisation légale d’exemption. »

Vendredi 3 octobre 2014 : 9 soldats nigériens tués

Neuf casques bleus du contingent nigériens ont été tués lors d’une attaque terroriste dans le nord du Mali. Cette attaque, la plus meurtrière perpétrée contre la Mission de l’ONU au Mali, a été perpétrée contre un convoi de casques bleus qui se déplaçait vers Indelimane, sur l’axe Ménaka-Ansongo.

Cette attaque porte le nombre total de victimes d’actes hostiles depuis le début de la mission, le 1er juillet 2013, à 30 Casques bleus tués et 90 autres blessés, selon la mission onusienne.

Samedi 4 octobre 2014 : le Niger restera au Mali

Au lendemain de la mort de neuf casques bleus nigériens au Mali lors d’une attaque terroriste dans le nord du Mali, le président nigérien Mahamadou Issoufou a déclaré que «cela ne doit pas entamer la détermination du Niger à poursuivre le combat contre le terrorisme».

«Nous allons continuer à rester au Mali pour soutenir cette cause noble, parce que le combat que nous menons est un combat de valeur, nous sommes des démocrates, nous ferons tout pour apporter notre contribution pour que soit éliminé dans la bande sahélo- saharienne le terrorisme», a indiqué le chef de l’Etat nigérien.

Mardi 7 Octobre 2014 : mort d’un casque bleu sénégalais

Le Président IBK a condamné une nouvelle attaque survenue au Mali dans laquelle un Casque bleu sénégalais a été tué et un autre blessé.

Lors de cette seconde attaque en cinq jours contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), des agresseurs non-identifiés ont lancé environ six explosifs vers le camp de la mission à Kidal. Cette attaque porte à 31 Casques bleus tués et 91 Casques bleus blessés le nombre total de victimes d’actes hostiles depuis le 1er juillet 2013.

Jeudi 10 octobre : la France traquera les terroristes au nord du Mali

Le Président français François Hollande a instruit aux forces françaises de l’opération Barkhane, déployées pour appuyer les forces de sécurité des Etats du Sahel et la mission des Nations Unies au Mali, de poursuivre la traque des groupes armés terroristes responsables des attaques «meurtrières» contre les unités de la mission des Nations Unies au nord du Mali.

Lundi 13 octobre 2014 : la Chine construira au Mali un laboratoire d’analyse minière

En visite au Mali à la tête d’une délégation d’investisseurs chinois spécialisés dans les secteurs des mines et de l’hydraulique, reçu en audience par le ministre des Mines, Dr Boubou Cissé, Wang Yong, assistant du PDG du groupe chinois CGCOC (Overseas Construction Group) s’est engagée à réhabiliter le laboratoire du Programme de développement des ressources minérales (PRDM) du Mali et d’en faire «le plus moderne de l’Afrique de l’ouest».

Mercredi 15 octobre 2014: le Mali s’incline à domicile face à l’Ethiopie (2-3)

Le Mali s’est incliné à domicile face à l’Ethiopie (2-3, mi-temps 1-2) en match comptant pour la 4e journée des éliminatoires de la CAN 2015. Pourtant lors du match aller, disputé le 11 octobre à Addis Abeba, le Mali s’était imposé par 2-0.

Malgré cette contre-performance, les Aigles du Mali (6 points) restent toujours en course pour la qualification dans un groupe B dominée par l’Algérie.

Jeudi 16 octobre 2014: affrontements entre le MNLA et le Gatia.

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le Groupe d’autodéfense touareg Imrad et alliés (Gatia), deux groupes armés rivaux touareg dans le nord du Mali, s’affrontent à N’tillilte.

Ces affrontements interviennent à la veille de la reprise des pourparlers d’Alger devant aboutir à un accord de paix global et inclusif.

Vendredi 17 octobre 2014 : l’ambassadeur de Chine décoré

L’ambassadeur de Chine Cao Zhongming, en fin de mission, après plus de trois ans au Mali, a été décoré par le Président IBK. Pour le «remercier des bons et loyaux services rendus au Mali», le Président IBK a élevé M. Cao à la dignité de Commandeur de l’Ordre National du Mali.

L’audience d’adieu a permis au chef de l’Etat et à son hôte de jeter un regard rétrospectif sur le «grand bond qualitatif effectué par la coopération sino-malienne» et d’envisager le futur de cette coopération qui prend du volume.

Lundi 20 octobre 2014 : le ministre des mines en Chine

Le ministre des Mines, Dr Boubou Cissé, a entamé une visite de travail d’une semaine en Chine avec comme objectif de prendre part à la 16e édition de la China Mining 2014 qui se déroule du 20 au 23 octobre 2014 à Tianjin mais aussi de nouer un partenariat avec ce pays pour la mise en valeur des ressources minières du Mali.

Cette visite à Tianjin intervient un mois après la visite du Président IBK, en Chine, à l’occasion du Forum économique mondial tenu du 10 au 12 septembre 2014 à Tianjin.

Lundi 20 octobre 2014 : 1er vrai cas d’Ebola au Mali

Un cas suspect de fièvre hémorragique à virus Ebola a été détecté à Kayes. Il s’agit d’une petite fille qui a récemment quitté la Guinée-Conakry avec sa tante pour rentrer au Mali.

Pour le Ministère de la Santé, «Il n’y a pas lieu de s’alarmer, car ce n’est pas confirmé. Avec le renforcement des capacités du Laboratoire SEREFO de Bamako par le National Institut of Heath des États-Unis d’Amérique, les prélèvements seront testés ici même à Bamako au Mali. Nous souhaitons que les tests soient négatifs ». Avant de préciser que, «le dispositif mis présentement en place par le gouvernement (du Mali) permet d’éviter la propagation (de la maladie) ».

Mercredi 22 Octobre 2014 : partenariat sino-malienne en vue de la construction d’un laboratoire d’analyse minière

Le Mali et la Chine ont signé un contrat de partenariat relatif à la construction et à l’équipement d’un nouveau laboratoire d’analyse minière, pour un coût de 3 millions de dollars.

Le contrat a été signé par ministre des Mines, Dr Boubou Cissé, et le PDG de la société chinoise CGCOC (Overseas Construction Group), M. Ji Weimin, en marge du Forum China Mining 2014, tenu à Tianjin en Chine.

Les deux pays ont également signé un accord-cadre relatif à la coopération dans le secteur des mines.

Mercredi 22 octobre 2014 : deuxième prorogation du mandat des maires

Le Conseil des ministres du Mali a adopté un projet de décret portant sur la deuxième prorogation des mandats des collectivités locales. Cette prorogation, pour une durée de six mois et entrant en vigueur à compter du 27 octobre 2014, est la seconde du genre des mandats des conseillers élus à l’occasion des élections communales du 26 avril 2009.

Mercredi 22 octobre 2014 : Le Mali enregistre son 1er cas d’Ebola

Un premier cas de maladie à virus Ebola a été enregistré à Kayes. Selon le ministère de la Santé, le malade suspect, une fillette de 2 ans (Fanta Condé) venue de la ville guinéenne de Kissidougou, admis à l’Hôpital Fousseyni Daou de Kayes, s’est avéré positif après analyse de son prélèvement sanguin.

L’enfant malade et les personnes qui ont eu un contact avec elle à Kayes ont été immédiatement identifiés et pris en charge selon les normes requises en la matière.

Jeudi 23 octobre : annonce d’un procès sur des affaires de corruption

Le Premier ministre Moussa Mara a annoncé, lors de la cérémonie d’ouverture d’une table ronde sur «la bonne gouvernance, la transparence et le développement», co-organisée par Transparency International  et la Fondation Frederich Ebert, la tenue «dans les semaines à venir» de plusieurs procès, dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Jeudi 23 octobre 2014 : le gouvernement adopte le projet de budget 2015

Le gouvernement a adopté un projet de loi portant budget de l’Etat du Mali pour 2015 qui prévoit des ressources de 1 714 milliards 532 millions de FCFA et des dépenses de 1 785 milliards 452 millions de FCFA de dépenses pour un déficit prévisionnel de 70 milliards 920 millions de FCFA contre 146 milliards 477 millions de FCFA dans le budget rectifié de septembre 2014, soit une diminution de 75 milliards 557 millions de FCFA ou un taux de 51, 58%.

Vendredi 24 octobre 2014 : arrestation de deux hommes en possession d’explosifs

Les deux hommes en provenance de Ménaka ont été arrêtés au poste de contrôle à la sortie d’Ansongo à bord d’une voiture. Ils avaient sur eux des gros explosifs qui étaient déjà branchés. Ils avaient aussi des pioches dans leur voiture, entre autres pour faire un attentat à Gao.

Vendredi 24 octobre 2014 : le Mali enregistre sa 1ère victime d’Ebola

Le premier cas d’Ebola déclaré au Mali, une fillette de 2 ans (Fanta Condé) venue de Kissidougou, est décédé des suites de son infection.

Après la découverte du premier cas confirmé d’Ebola au Mali, 23 personnes au total ont été mises en quarantaine, dont 12 membres de la famille de la petite fille et 11 du personnel sanitaire.

Vendredi 24 octobre 2014 : le Mali optimiste quant à au processus de paix

Le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a déclaré, lors d’une cérémonie marquant la célébration de la Journée internationale des Nations unies que le gouvernement du Mali est optimiste pour la signature d’un accord de paix global et définitif à l’issue des pourparlers d’Alger entre les autorités et les groupes armés du nord du pays.

Les pourparlers d’Alger avaient été interrompus cette semaine afin de permettre aux différentes parties de présenter à leurs responsables le document de synthèse produit par la médiation.

Samedi 25 octobre 2014 : la Mauritanie ferme sa frontière avec le Mali

Les autorités de Nouakchott ont donné instruction de procéder à la fermeture des tous les points de passage terrestres situés sur la frontière afin d’éviter toute contamination des populations par le virus Ebola».

Samedi 25 octobre 2014 : 3 soldats sénégalais blessés à Kidal

Trois casques bleus sénégalais ont été blessés, dont deux gravement, lors d’une attaque terroriste à l’engin explosif à Kidal. L’explosion a eu lieu à 12 km au sud-ouest de la ville de Kidal, sur la route liant la ville à Anéfis, lors du passage d’un convoi des forces de maintien de la paix de l’ONU au Mali (MINUSMA) transportant de l’eau.

Samedi 25 octobre 2014 : le processus de paix est irréversible, dit Zahaby

Le ministre de la Réconciliation nationale, Zahabi Ould Sidi Mohamed, a affirmé, lors d’une conférence de presse que le gouvernement et les groupes armés du nord du Mali sont engagés dans un processus de paix qui est irréversible.

«Aujourd’hui, tous les Maliens ont le regard tourné vers ce processus et on souhaite une sortie de la crise», a ajouté le ministre qui a lancé un appel non seulement aux mouvements armés pour qu’ils ne rentrent pas dans des spirales de provocation et à toutes les parties sur le terrain pour le respect du cessez-le-feu.

Dimanche 26 octobre 2014 : des moines de Shaolin à Bamako

Le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo, a présidé à Bamako le lancement des activités des moines du temple de Shaolin (Chine), arrivés la veille au Mali, dans le cadre de la promotion de la culture de la paix. Le ministre a remercié les moines du temple de Shaolin d’être venus pour «contribuer à l’exaltante mission d’édification de la paix au Mali».

La présente initiative consiste, par les arts martiaux, à consolider la dynamique de paix dans laquelle se sont engagées les autorités.

Dimanche 26 octobre 2014 : rumeur d’un nouveau cas suspect d’Ebola à Bamako

Les services de santé ont été alertés dans la journée par les populations au sujet d’un garçon de 7 ans dans le quartier de Badalabougou à Bamako. L’enfant, selon des informations, était dans un état inquiétant, présentant des signes suspicieux lorsque les services de santé sont venus à son secours.

Evacué pour un prélèvement sanguin et une prise en charge diligente, le garçon de 7 ans aurait d’abord fait l’objet d’un diagnostic poussé incluant plusieurs tests dont celui au virus Ebola.

Quelques heures plus tard, ce fut un soulagement total à Bamako et dans le reste du pays : le jeune garçon ne souffre pas d’Ebola mais plutôt d’un paludisme grave pour lequel il a été pris en charge à l’hôpital Gabriel Touré.

Mardi 28 octobre 2014 : la Mauritanie renforce les mesures de prévention déjà prises

Les autorités mauritaniennes ont renforcé les mesures de prévention pour faire face à toute éventualité liée à la prolifération du virus Ebola dans la sous-région. Le ministre mauritanien de la Santé Ahmedou Ould Jelvoune précise que «Des instructions ont été immédiatement données pour le renforcement des mesures déjà prises afin de faire face à l’épidémie depuis l’annonce (d’un cas d’Ebola) au Mali voisin et de nouvelles dispositions ont été mises en place».

Mardi 29 octobre 2014 : les rebelles créent une coordination militaire

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut-conseil de l’Unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) ont annoncé la mise en place d’une «coordination militaire».

La structure est composée de dix officiers dont le commandement est assuré par le colonel Mohamed Ag Najim. Elle a été créée à l’issue d’une réunion qui a rassemblé les secrétaires généraux des mouvements, des «officiers supérieurs» et des personnes ressources, à Anefis (nord du Mali) du 26 au 28 octobre 2014.

Mercredi 29 octobre 2014 : Mort d’un soldat français au Mali

Un militaire français a été mortellement touché lors des «combats très violents» avec un groupe terroriste dans le Nord du Mali au cours d’une mission de neutralisation d’éléments terroristes dans le massif du Tigharghar engagée la veille.

Des combats «très violents» ont rapidement opposé les soldats français à «une trentaine de terroristes lourdement armés». Pendant ces combats, un militaire français a été mortellement touché. Il s’agit d’un sous-officier de l’armée de l’air, le sergent-chef Thomas Dupuy, appartenant au commando parachutiste de l’air numéro 10 (CPA 10) stationné sur la base aérienne 123 d’Orléans.

Mercredi 29 octobre : publication du rapport du vérificateur général

Des irrégularités financières s’élevant à plus de 28 milliards FCFA, dont plus de 12 milliards FCFA au titre de la fraude, ont été constatées au Mali dans l’acquisition d’un aéronef présidentiel et la fourniture d’équipements militaires, tel est le résumé du rapport du vérificateur général qui indique que le prix de l’aéronef s’élève à 18,9 milliards FCFA, et la fourniture aux Forces armées maliennes de matériels, de véhicules et de pièces de rechange à 69,1 milliards FCFA.

L’élaboration de ce rapport fait suite à une saisine du Premier ministre Moussa Mara concernant ces deux contrats d’acquisition et de fourniture.

Jeudi 30 octobre 2014 : le climat des affaires s’améliore au Mali

Le Mali a gagné neuf places dans classement Doing Business 2015 de la Banque mondiale, en passant de la 155ème position à la 146ème sur 189 économies classées. Selon le document, le Mali a fait des «progrès significatifs» sur les indicateurs portant notamment sur l’octroi de permis de construire, la protection des investisseurs, tandis que ceux portant sur le paiement des impôts et taxes et l’exécution des contrats restent stables.

Dans l’espace UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine), le Mali récupère sa première place sur les 8 Etats et se classe cinquième sur 15 au niveau de la CEDEAO et 19ème sur 47 en l’Afrique subsaharienne.

Vendredi 31 octobre 2014 : lancement du SMM au Mali

Des professionnels des médias au Mali ont salué l’initiative lancée dernièrement par le Sommet mondial des médias (SMM) pour un «nouvel ordre médiatique mondial» face à la suprématie des médias occidentaux.

LA Rédaction

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *