Search
samedi 27 novembre 2021
  • :
  • :

OHADA: les challenges de la présidence malienne

Pour la deuxième fois, après 2006, notre pays, à travers le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Mohamed Sida DICKO, assure la présidence du Conseil des ministres (PCM) de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA). Il a reçu, hier, les attributs de sa présidence, à savoir un étendard (pour le Président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat, Bah N’DAW), un drapelet et le maillet, et les documents, sous le regard du Premier ministre Moctar OUANE, avec les compliments du Secrétaire permanent de l’Organisation, Emmanuel Sibidi DARANKOUM, au cours d’une cérémonie au CICB.

Cette cérémonie de passation des charges de la Guinée équatoriale à notre pays a été présentée par le Secrétaire permanent de notre commune Organisation comme un moment solennel, en raison, non seulement de la rareté de l’occasion, mais également, en raison du rôle que le Mali y joue. Il a salué le rôle prépondérant du Mali qui a été constamment présent et de façon éclatante dans la vie de l’organisation. Il en veut pour preuve que c’est à Bamako, en 2006 et en 2008, qu’ont été prises les grandes décisions relativement à l’OHADA.
La présence particulière de notre pays, a signifié le Secrétaire permanent, c’est également à travers les ressources humaines compétentes dont il dote notre commune Organisation. En la matière, il cite deux figures emblématiques, à savoir le Président rentrant du Conseil des ministres, Mohamed Sida DICKO qui a marqué son passage à la tête l’École Régionale Supérieure de la Magistrature (ERSUMA), Boubacar Sidiki DIARRAH, actuel Directeur des Affaires Juridiques, de la Documentation et de la Communication. Aussi, est-il convaincu, le Mali sera toujours un cœur battant au sein de notre Organisation et contribuera au renouvellement de notre espace juridique commun. Aussi, pour Emmanuel Sibidi DARANKOUM, la présidence malienne pour 2021, du Conseil des ministres de l’OHADA, suscite bien des espoirs pour l’aboutissement de nouveaux chantiers. « Le mandat du Mali sera exceptionnel, intense », a-t-il pronostiqué.
Par ailleurs, il a rappelé quelques règles de l’OHADA. Et de citer l’article 27 du Traité de l’OHADA : ‘’(…) Le Conseil des Ministres est composé des ministres chargés de la Justice et des Finances des Etats parties. La présidence du Conseil des Ministres est exercée à tour de rôle et par ordre alphabétique, pour une durée d’un an, par chaque Etat Partie. Le Président du Conseil des Ministres est assisté par le Secrétaire Permanent. Les Etats adhérents assurent pour la première fois la présidence du Conseil des Ministres dans l’ordre de leur adhésion, après le tour des pays signataires du Traité. Si un Etat partie ne peut exercer la présidence du Conseil des Ministres pendant l’année où elle lui revient, le Conseil désigne, pour exercer cette présidence, l’Etat venant immédiatement après, dans l’ordre prévu aux alinéas précédents’’.
Aussi, Emmanuel Sibidi DARANKOUM a souligné le dynamisme de l’organisation qui jouit d’un rayonnement exceptionnel faisant des émules en Europe et aux Caraïbes, mais qu’il faudrait renforcer grâce à l’implication de tous. Dans cette veine, il a sollicité le nouveau Président du Conseil des ministres pour un plaidoyer auprès de ses pairs pour le paiement régulier et à date des cotisations.
Après cette intervention, c’est avec solennité et gravité qu’il a remis au Président rentrant ses attributs, sous le regard du Premier ministre, Moctar OUANE : l’étendard, le drapelet, le maillet, et les documents.
Le nouveau Président du Conseil des ministres, Mohamed Sida DICKO, prenant la parole, a déclaré : « en héritant à son tour de la présidence, mon pays mesure l’honneur qui lui est fait, autant que la responsabilité qui en découle ».
Il a ensuite souligné : « (…) c’est pour la deuxième fois que la République du Mali aura l’honneur de présider aux destinées de l’OHADA en cette année 2021. Notre pays a abrité les assises successives du Conseil des ministres à Bamako du 6 au 7 octobre 2005, du 11 au 12 mai 2006, et du 1er au 2 décembre 2006 (…) ». C’est fort de cela que M. DICKO a affirmé : « le Mali commence son mandat, sous fond d’expérience qu’il mettra au service de l’Organisation pour atteindre les objectifs qu’elle se fixera au titre de l’année 2021 ».
Le nouveau PCM a identifié les challenges et déroulé sa feuille de route : « nous nous engageons à parachever l’œuvre entamée et ouvrirons les nouveaux chantiers nécessaires au succès et au rayonnement international de notre commune Organisation ».
Modeste, le ministre de la Justice, compte, dans l’accomplissement de cette lourde et exaltante mission, sur l’accompagnement des 17 États membres de l’OHADA, des acteurs nationaux du monde des affaires.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *